Með Vættum

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Skálmöld
Nom de l'album Með Vættum
Type Album
Date de parution 14 Novembre 2014
Style MusicalFolk Metal
Membres possèdant cet album39

Tracklist

1. Að Vori 03:08
2. Með Fuglum 06:29
3. Að Sumri 05:12
4. Með Drekum 07:29
5. Að Hausti 03:54
6. Með Jötnum 09:43
7. Að Vetri 05:26
8. Með Griðungum 09:05
Bonustracks
9. Sleipnir (Live at Eldborg, Iceland, 29/11/2013) 06:26
10. Valhöll (Live at Eldborg, Iceland, 29/11/2013) 05:29
Total playing time 1:02:20

Chronique @ AlonewithL

07 Fevrier 2015

Une traversée beaucoup plus agréable qu’attendu.

Le reniement, c’est pour les lâches. Hors les vikings n’ont jamais été associés aux lâches. Ils les faisaient plutôt fuir à grandes enjambées. Aujourd’hui, « Skalmöld » est bien connu du public metaleux, en grande partie grâce à la distribution efficace et habile de Napalm Records, qui se dresse parmi les plus gros labels en musique metal. En conséquence, le groupe figure comme l’un des plus gros combos natifs d’Islande. Pourtant, certains se sont montrés divisés quant à leur second opus. « Börn Loka » figurait dans une veine identique à la première création de la formation. Tout au plus, sentions-nous poindre une tentation pour l’introduction d’éléments symphoniques, qui va se vérifier par leur album live de 2013, introduisant un orchestre philarmonique. « Börn Loka » donnait déjà quelques signes de faiblesses. Le viking metal si particulier des six compères, tout en raideur, en robustesse, mais aussi en monotonie, est peu-malléable et compliqué à faire évoluer. Comme « Skalmöld » ne sait obstinément pas se renier, on spéculait donc sur un troisième volume crucial, qui marquerait un affaissement de la musique du groupe. L’œuvre de fin 2014, « Með Vættum », va, en fait, s’avérer être une traversée beaucoup plus agréable qu’attendu.

C’est une grosse vague dévastatrice qui va néanmoins nous accueillir dès notre entrée en mer, le puissant remous produit possède la capacité de nous emmener de force loin vers le large. Ainsi, « Að Vori » perpétue tout ce que l’on connaissait déjà de « Skalmöld », de son ardeur, mais aussi de sa rudesse et de sa simplicité. L’esprit est alors à la conquête. La dualité aux chants comme les chœurs participent à ce vif entrain, qui n’accompagne toutefois pas la piste la plus étoffée qui soit. Sous une forme de redite, mais bien plus riche cette fois, « Með Jötnum » se montre tout aussi dévoreur, par son rythme déchaîné. On y croiserait certaines influences extérieures : « Heidevolk » sur l’entame et « Arkona » sur les airs qui finalisent le morceau. En plein milieu, le break n’emprunte rien de ces deux autres groupes, mais on y retient une musique devenue lourde, lente et ramassée. Preuve s’il en est que les islandais se permettent parfois quelques rares incursions novatrices.

On aurait pu imaginer une scène tout aussi alambiquée pour l’étrange et ombrageux « Með Griðungum ». C’est tout de même le cas si on s’en tient à ses débuts, entre l’air vaporeux, les sonorités lointaines de ses 30 premières secondes, les battements, les riffs intimidants et le chant syncopé qui le font suite durant les deux premières minutes, avant que ça se fluidifie un peu plus, que l’on émerge un peu de cette âpreté sans pareille, par un engagement plus prononcé, tout en souplesse et en contemplation au point de ressembler à son confrère « Týr ». La prestigieuse formation des Îles Féroé se fait surtout ressentir à travers les chœurs de l’ouvrage, tels ceux du mid-tempo, de l’apaisant, mais intense « Að Sumri », ou encore sur le plaisant « Með Drekum », plus enclin à une rigueur mécanique neutre, qu’à la violence si brutale et si vive d’autres morceaux issus du même album. Au point, d’ailleurs, de faire corps avec son précédent « Að Sumri ». Cependant, ceux-ci resteront en couple.

En effet, point de repos, de demi-mesure ou de contemplation concernant le restant des morceaux proposés dans cet effort. « Med Fuglum » n’a rien de complaisant. Il est fougueux, dur, énergique, doué d’une volonté imparable, bien rentre-dedans, mais cependant assez plat, souffrant des défauts liés à la composition du groupe, où les riffs, comme les voix sont taillés à la hache. Heureusement le dernier quart arrive à nous distraire par ses airs médiévaux et un jeu plus relâché. Quoi de plus distrayant que des riffs pagan, que ce soit sur un « Að Hausti », aux chants croisés et insistants, permettant d’y cumuler une tension, pour qu’elle soit évanouie sur un refrain aérien et libérateur. La leçon pagan metal battra vraiment son plein avec un pataud et vivifiant « Að Vetri », dont on devinerait un lien de filiation avec le norvégien « Einherjer ». Pour ce qui est de sa première moitié en vérité, car la seconde est une charge, presque un souffle, extrêmement aéré et frais, qui nous étonne déjà beaucoup de la part d’un groupe caractérisé par sa musique étriquée, voire étouffante.

Point de symphonie, comme redouté ou espéré, point d’écroulement non plus. « Skalmöld » poursuit tranquillement son chemin sans rien changer à sa programmation. L’album de 2014 ressemble à l’album de 2012, qui ressemble à celui de 2010. On pourrait prendre cela pour de la monotonie, surtout que le style pratiqué par le groupe est déjà fortement axé sur la répétition et les rythmiques monoblocs. Curieusement, il ne s’en tire pas trop mal avec ce « Með Vættum », qui déjoue tous les pronostics. On retrouve toujours le même « Skalmöld », que nous avons déjà croisé, mais les titres, aussi massifs qu’ils puissent être, sont dans l’ensemble plutôt captivants. On suit l’album d’une traite sans fléchir. « C’est bon pour cette fois », comme dirait un gendarme à un jeune contrevenant. Il serait par contre dangereux pour la formation islandaise de réitérer une formule identique à la longue. Leur navire est solide, ils ont pu traverser bien des tempêtes avec. Néanmoins, on n’est pas à l’abri d’un naufrage. Il faudra bien un jour quitter le vaisseau ou l’arranger pour qu’il affronte l’épreuve du temps.

14/20

4 Commentaires

4 J'aime

Partager
kiss33 - 09 Fevrier 2015: c'est vrai que c'est assez répétitif, mais qu'est ce que c'est bon ! Ils étaient en seconde première partie d'Eluveitie samedi à Bordeaux ils ont mis le feu ! A voir à la longue comme tu dis mais les gens qui ne connaissaient pas dans la salle ont été conquis ! Ils dégagent un charisme incroyable sur scène et le guitariste lead est... juste énorme !
AlonewithL - 09 Fevrier 2015: J'ai eu vent de leur concert sur Bordeaux, et du coup je regrette un peu de les avoir manqué.
kiss33 - 09 Fevrier 2015: ouais c'est dommage mais espérons que t'ais d'autres occasions !
dissikator - 14 Juillet 2015: Skalmold c'est juste énorme en live. C'est d'ailleurs là que je les ai découvert, puis revus une 2ème fois, et une 3ème ce week-end au Ragnard-Rock fest. Par contre en album, hormis quelques morceaux accrocheurs, je trouve ça beaucoup trop répétitif. Casser des murs à la masse pendant 1h, ça soûle un peu ! Mais merci pour la chro, je vais voir ce que donne cet album sur scène.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire