Massive Conspiracy Against All Life

Liste des groupes Black Metal Leviathan (USA-1) Massive Conspiracy Against All Life
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Leviathan (USA-1)
Nom de l'album Massive Conspiracy Against All Life
Type Album
Date de parution 24 Mars 2008
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album59

Tracklist

1.
 Vesture Dipped in the Blood of Morning
 05:22
2.
 Merging with Sword, Onto Them
 10:58
3.
 Made as the Stale Wine of Wrath
 08:44
4.
 VI-XI-VI
 07:09
5.
 Receive the World
 07:48
6.
 Vulgar Asceticism
 09:20
7.
 Noisome Ash Crown
 12:55

Durée totale : 01:02:16


Chronique @ Mango

23 Septembre 2008
Un nouvel album de Leviathan est quelque chose que l'on atTend avec une certaine impatience. Ce groupe, que j'ai découvert en achetant le double album Verrater, officie dans un black metal tordu et réellement malsain, qui fait une large place aux expérimentations (ambiant, atmosphérique voire même noise industriel). Certains sons semblent sortis d'un album de Genocide Organ ou Inade - pour ceux qui connaissent.

Bien trop souvent, les gens d'assez mauvaise foi comparent ce groupe à Xasthur, de par le fait qu'ils sont tous deux américains et qu'ils ont sorti plusieurs splits albums ensemble.
Les rythmiques de Leviathan sont beaucoup plus brutales et véloces ; la batterie bien plus audible.

Quant à "Massive Conspiracy Against All Life", il est (je pense) assez réussi. Il comporte les ingrédients qui ont fait le succès de "Tentacles of Whorror", même si ce dernier était plus varié et expérimental dans la structure des morceaux.
"Sacred scars", qui ouvre l'album, fait penser à l'attaque démoniaque d'un essaim de guêpes, se fondant sur l'auditeur. Une algarade sonore bourdonnante, envoyée par les cieux pour punir les hommes de leur peu de foi.
Le riff sur les dernières minutes de "Seamless garment as the morning" est de toute beauté. Wrest sait se faire plus mélancolique à partir de la huitième minute. Une longue glissade d'accords mineurs, éminemment tragique, semble annoncer un crépuscule de l'humanité.
"Last breath of expiration" est peut-être plus convenue, ce qui pourra surprendre et déranger certaines personnes (les coupures assez nettes entre le déluge de guitares et les plages ambiantes). À mon sens, cela fait aussi partie du plaisir de l'écoute et n'apporte que plus de diversité à l'ensemble.

Le début de "Flagellum raised to the sky" est vraiment bizarroïde, la guitare se mêle à des sons de clavier dans un accouplement surréaliste, puis le black metal reprend ses droits et les accords oppressants (qui peuvent rappeler le "Work which transform god" de Blut aus Nord) refont surface.
"Sanies obnuntio" est au même titre que "History of rape sur l'album précédent, une conclusion absolument délicieuse, émotionnellement très forte.
On a affaire ici à un titre qui dépasse le cadre de la musique metal : la guitare tresse une mélodie décharnée et lugubre qui a plus avoir avec une certaine idée de la coldwave (telle que la pratique un groupe comme Lycia) qu'avec l'héritage habituel du black metal. Les parties de batterie sur ce morceau sont vraiment variées. Le début, quasi rituel et processionnel, se meut par la suite en un déluge brutal et bruitiste, fait de cymbales fracassantes.

Je le conseille à ceux qui ont aimé " Tentacles of Whorror"
mais aussi aux autres qui cherchent du black metal très personnel et qui seraient fatigués par la musique d'aujourd'hui, extrêmement clinique et timorée.

À noter deux choses : si cet album vous plait, vous pouvez aussi vous tourner vers l'album "Instinct:decay" de Nachtmystium. De plus, pour ceux qui n'aiment que le caractère atmosphérique de Leviathan, sachez que Wrest poursuit l'aventure avec son autre projet ("Lurker of chalice"), qui est dans une veine encore plus blafarde, éthérée et dépressive.

7 Commentaires

7 J'aime

Partager

Gamaliel - 22 Mars 2009: Personne n'aurait des info sur le split de ce groupe ? info ou intox ? pourquoi ?
 
NicO29 - 05 Septembre 2011: Les dernières minutes de "merging with sword onto them" c'est du gros repompage ou un hommage à Blade Runner ?
Super album sinon, même si je préfère d'un ptit chouïa Tentacles of Whorror.
Bolverkrheathenlord - 18 Juillet 2012: N'importe quoi cette chro' les titres que tu cites... euh... T'es sûre de chroniquer le bon album?!!!!!!!!!
Je me casse...
Doomouton - 13 Août 2012: tu ne te serais pas trompé sur les titres dans ton analyse ?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Excremential_Holy_Vo

02 Novembre 2010
Alors pour résumer rapidement, Leviathan fait parti de ces groupes de la sphère américaine faisant éloge aux cotés de Xasthur/Vrolok et évoluant dans la même optique, soit un Black Metal proche de l'Ambient avec un aspect éthéré et spectral. Cet opus, sortis en 2009 (pas récent donc), est un changement radical pour les suiveurs du groupe.

Si les précédentes sorties de Leviathan nous propulsaient dans un monde parallèle ou règne le Chaos, sur cet opus c'est l'essence même du Néant intersidéral qu'on explore. Par ces mélodies guitares distordues, grinçantes, obscures et avant-gardistes, Wrest marquent de son empreinte initiale. Une touche bien plus Orthodoxe est à dénoter de ces riffs guitares bien plus conventionnels que sur ses prédécesseurs. Mais l'esprit est toujours là, l'atmosphère est plus perfectionnée, plus travaillée, de manière a ce que seuls les ténèbres infinis en ressorTent. Les rythmiques sont entraînantes, allantes et "blastées" de façon à être éjectés, déstabilisés. Le titre "Last Breath of Expiration", nous envoie cinq minutes de Blast-Beat sous fond de folie dis-harmonique alternée d'un passage Down-Tempo monstrueux !Autre exemple d'envoutement rythmique, le morceau "Seamless Garment As The Morning", qui nous envoie un rythme syncopé façon Ska pendant trois minutes et alterne sur le reste du morceau en blast ultra-rapide et sec. La voix reste toujours aussi cauchemardesque que sur les anciennes sorties, profonde, abyssale et remplis de reeverb' de manière à ce qu'elle se morfonde avec la masse sonore. Les plages de claviers sont éthérées, enivrantes, hypnotiques et font penser à du Striborg (en particulier l'album "Spiritual Catharsis"). Elles sont bien plus nombreuses que ce nous avons l'habitude d'enTendre chez Leviathan, ce qui renforce la noirceur céleste des compositions.

Au final, une production et une puissance sonore appliquée, un son dans son ensemble "puissant". Un album qui se range dans la lignée de ce que fait Deathpsell Omega de nos jours avec une touche Blut aus Nord "Odinist" et toujours la marque infernale et spirituelle de Leviathan. Un chef d'œuvre !
A noté que Wrest a composé lui même la rythmique avec une batterie acoustique pour la première fois !

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
metalhead9838772 - 21 Juillet 2011: Bonne critique, mais l'album est arrivé en 2003, et non 2009.
Crevard - 14 Juin 2013: Nan nan l'album est sortis en 2008
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire