Mare Nostrum

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Stormlord
Nom de l'album Mare Nostrum
Type Album
Date de parution 23 Mai 2008
Enregistré à The Outer Sound Studios
Style MusicalBlack Symphonique
Membres possèdant cet album76

Tracklist

Re-issued in 2015 by Trollzorn Records with 5 bonus tracks
1. Mare Nostrum 06:47
2. Neon Karma 03:56
3. Legacy of the Snake 05:14
4. Emet 05:26
5. The Castaway 05:04
6. Scorn 04:19
7. And the Wind Shall Scream My Name 04:43
8. Dimension : Hate 04:49
9. Stormlord 06:32
Bonustracks (Re-issue 2015)
10. Neon Karma (Demo)
11. Mare Nostrum (Demo)
12. Legacy of the Snake (Demo)
13. Dimension Hate (Demo)
14. Mare Nostrum (Live on Radio 2014)
Total playing time 46:50

Chronique @ tonio

16 Juin 2008
Par Odin, Stormlord est de retour ! « Mare Nostrum » est la cinquième réalisation de ce groupe italien formé en 1991, et ce nouvel album, munit d’une très belle pochette, déboule via le label Locomotive Records. Le groupe ne change pas son fusil d’épaule et offrent à ses fans ce qu’ils attendent, un black épique et mélodique toujours aussi perfectionniste.

Même si les changement de musiciens ont été nombreux au sein de Stormlord, le groupe a l’avantage de son expérience et maîtrise parfaitement son style, ce qui permet aux fans de savoir exactement où ils mettent les pieds. Le but du groupe n’est d’ailleurs pas de faire évoluer sa musique vers d’autres horizons mais plutôt d’approfondir son univers, de l’enrichir, grâce à une maîtrise toujours plus pointue de la composition. Pour ceux qui ne connaissent pas la formation, la musique de Stormlord possède une base black métal, mais chacune de ses compos brasse de multiples influences tels que le heavy, le pagan, le tout avec beaucoup de variation au niveau du chant, et des lignes de guitares mélodiques toujours présentes.

Sur ce nouvel opus, les synthés sont toujours autant mis en avant et prennent souvent autant d’importance que les guitares, le groupe n’hésitant pas par ailleurs à utiliser des instruments plutôt inattendus, tel que la cithare. Le groupe s’en sort royalement bien, ce qui nous vaut de bons titres tels que l’arabisant "Legacy Of The Snake" ou le presque progressif "The Casteway". Les tempo sont tour à tour furibards ou posés, les guitares fortement métal ou plus langoureuses, le tout se mariant avec beaucoup d’habileté. Ce qui saute immédiatement aux oreilles est en effet le réel travail de composition des musiciens qui ne se contentent pas de juxtaposer parties brutales et lignes mélodiques de façon simpliste. Les ambiances s’incorporent entre elles, se mélangent, mais sans jamais donner l’impression d’un gros fourre tout, ce qui demande beaucoup d’habileté dans la mise en place. Stormlord se montre donc aussi convainquant sur des titres fonceurs tels que "Dimension : Hate" que sur des titres plus aventureux comme "Mare Nostrum" ou l’excellent "Stormlord".

A la fois varié, énergique et fouillé, « Mare Nostrum » est un album mature qui démontre le talent de cette formation italienne. L’équilibre entre les différentes influences est presque parfait, et ce nouvel opus vous ferra autant voyager qu’il vous filera la pêche, pour peu bien sûr que vous soyez amateur de pagan black viking (c’est le terme qui me vient)…



8 Commentaires

7 J'aime

Partager

Zarkh - 16 Juin 2008: Très mauvaise chronique pour moi, effectivement je suis aussi un lecteur et traducteur de lyrics et citer Odin dans une Chronique de Stormlord est une insulte, malgré que j'adore la mythologie et la culture scandinave...
Il fallait aller chroniquer Tyr, Amon Amarth ou Stormwarrior...
tonio - 16 Juin 2008: Je plaide coupable, je ne me suis absolument pas penché sur les thèmes abordés par le groupe. Pour moi la musique et ce qu'elle procure a toujours plus d'importance que les paroles, d'où ma grossière erreur. Enfin bon, pas de quoi en faire un fromage non plus !
Serval - 17 Juin 2008: Comme tu dis Tonio...
pour ma part un excellent album que j'écoute avec un plaisir non dissimulé...
Little_Scarab - 26 Novembre 2008: Lol d'accord avec tonio pas de quoi en faire un drame, on écoute ce genre de groupe plus pour la musicalité qur pour les paroles a mon avis même si cela peut s'avérer très interressant (ca dépend ^^).

Bref l'album est un chef d'oeuvre a mon avi il ne manque pas grand chose (voir rien!).
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ AmonAbbath

03 Décembre 2009
Et si je vous parlais de Dimmu Borgir ? Non ? Pourquoi ? Je vois... Trop grandiloquent pour vous. Bon, et que penseriez-vous d'un petit Nightwish, c'est-y pas tout bon ça ? Ah... On n'a pas envie de causer "female voices" non plus à ce que je vois... Bien. Laissons donc un peu les nordistes de leur côté, et allons voir ce qui se trame ailleurs. Au pays de la pizza et de la mozzarella, par exemple. Au pied du Colisée, plus précisément. À Rome (ou en tous cas dans ses alentours), pour ceux qui ne suivent pas. C'est ici-bas que Stormlord, formation Black symphonique, prit racine en 1991. Mais il aura fallu attendre 1999 pour qu'un véritable album studio voit le jour. Supreme Art of War, At the Gates of Utopia et The Gorgon Cult sortirent à intervalles réguliers, le groupe avançant au gré du temps et sans se presser. En ce qui concerne ce Mare Nostrum, c'est quatre ans qu'il aura fallu attendre. Et l'on était en droit de n'espérer qu'une chose : un disque de qualité.

Quelques bonds rapides de piste en piste peuvent mettre en lumière un premier constat : ils ne se sont pas foutus de nous en ce qui concerne les éléments symphoniques (très réussis, bien loin de sombrer dans le "kitch") et mélodiques. Arpèges, cordes, chœurs féminins (dosés, voire rares, que les plus frileux à ce sujet se rassurent), claviers, en n'omettant pas de passer par quelques instruments traditionnels, tout y est. Approfondissons.

Le morceau-titre entreprend d'ouvrir le bal (c'est un procédé qui a tendance à me déplaire, car il n'est pas rare de voir un album perdre en intensité une fois la chanson éponyme encaissée, mais passons). Tambours épiques, fond symphonique qui ne ferait pas tâche au générique d'un film d'heroic fantasy... Le cliché est présent mais vite balayé : tout éclate après un peu plus d'une minute, et cela avec un riff Black bien ancré dans l'air du temps (j'entends dissonant mais pas crade pour un sou, et très puissant), appuyé par des orchestrations qui pourraient en faire pâlir plus d'un. Les musiciens savent faire la part des choses entre symphonie, mélodie et Metal pur et dur, mixant le tout de manière à ce que cela s'accorde sans que l'on puisse se demander si leur assemblage tient réellement la route.

Une excellente mise en bouche, suivie d'un morceau n'exploitant pas du tout le même filon. En effet, "Neon Karma" est en marge des autres titres, plus axé Death mélodique que Black symphonique. Le plus agréable dans tout ça, c'est que ça colle. La chanson s'insère sans problème dans la tracklist, et inclut une dose respectable d'éléments intéressants : riffs mélodiques, choeurs masculins façon "latin lover", refrain facilement mémorisable entouré de passages plus recherchés, claviers "à la suédoise"... Les influences diverses du groupe se marient sans mal, et nous livrent une musique riche.

LA grosse surprise vient, en ce qui me concerne, de "The Castaway". Je vous parlais de richesse, et il se trouve que la recherche musicale sur ce morceau me semble avoir un intérêt particulier. Il s'agit d'une ballade sur laquelle les guitares électriques ont été rangées au placard, laissant le champ libre aux guitares acoustiques et à une basse envoûtante, aux orchestrations lyriques, à un chant hurlé toujours à sa place habituelle sans que cela ne gêne ou n'entame la musicalité. Les airs sont sublimes, on perçoit sans mal les images d'une épopée en mer, grisante et exceptionnelle. C'est une pièce musicale inqualifiable.

Il serait toutefois incorrect de parler d'un album exceptionnel sur toute sa longueur. L'auditeur fera sans doute la part des choses entre les titres superbes, et d'autres moins intéressants ("Scorn", "And The Wind Shall Scream My Name") où l'originalité est éclipsée au profit d'une musique directe. Ces derniers ne sont certes pas à jeter, mais n'ont pas la carrure pour rivaliser avec les bombes qui les entourent. Le mixage étant pratiquement irréprochable et les orchestrations toujours justifiées (un très bon point), chaque morceau passe comme une flèche et l'ennui peine à pointer le bout de son nez (à vrai dire, il n'y parvient pas).

Après un "Dimension Hate" plus enragé (quelques excellents blasts et une double pédale qui chauffe), la chanson "Stormlord" imposera une conclusion épique se rapprochant des sentiers parcourus par le premier titre du disque, mais toujours avec finesse.

Mare Nostrum est un rival sérieux qui regarde bien en face tous les concurrents scandinaves sans sourciller. Stormlord affirme sa personnalité, et enveloppe son Black symphonique d'influences éclectiques ainsi que d'une aura méditerranéenne perceptible. Dépaysant, rafraîchissant, je pense que nous avons là un disque de qualité.

16/20

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
pistache - 26 Novembre 2011: C'est vrai que The Castaway est bien, je me l'écoute en boucle!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ SiegfriedVX

02 Juillet 2008
Il aura fallu 4 longues années pour que Stormlord sortent enfin le successeur de l'excellent "The Gorgon Cult". "Mare Nostrum" est le 4e album en 17 ans d'existence pour le groupe italien ; autant dire que 4 albums en 17 ans c'est peu, mais ne dit-on pas qu'il faut privilégier la qualité à la quantité ? Vous vous demandez surement si ce nouvel opus est à la hauteur des précédentes réalisations du groupe , autant le dire tout de suite : la réponse est oui.

Stormlord n'a jamais prétendu renouveler le genre, et autant être clair, ce n'est pas avec ce nouvel album que ce sera le cas. Cependant, leur musique, si elle n'a rien d'originale, a le mérite d'être d'une grande qualité. Dès le premier titre ("Mare Nostrum") le décor est planté, le groupe avait annoncé un retour vers quelque chose de plus proche du premier album tout en conservant les acquis des 2 albums qui ont suivi , et force est de constater qu'on ne nous a pas roulé. Les 9 titres qui composent "Mare Nostrum" sont une parfaite synthèse de tout ce que Stormlord a pu faire jusque là. On retrouve donc les riffs ultra accrocheurs qui ont fait le succès de "At The Gates of Utopia" et "The Gorgon Cult" et l'aspect épique qui était très présent dans "Supreme Art of War". Le tempo s'est donc dans l'ensemble considérablement ralenti au profit de quelque chose de plus ambiancé. La musique de Stormlord ne perd pas en puissance pour autant, rassurez vous, et des titres comme "Emet" ou "Dimension Hate" (le titre le plus rapide et le plus brutal de l'album) ne manqueront pas de vous faire headbanger. Au final cet album est bien plus varié que son prédécesseur. Du très épiques "Mare Nostrum", à "Neon Karma" (qui pourra vous rappeler "Wurdulak" pour son coté catchy), en passant par "Legacy of the Snake" et son coté oriental ou encore le très suprenant "The Castaway", vous n'aurez pas le temps de vous ennuyer.

Autre évolution considérable : les arrangements. Même si j'accrochais beaucoup au lignes de claviers des précédents opus , j'ai toujours trouvé qu'il y avait parfois un coté kitch dans le choix des sons de synthé. Ici vous pouvez oublier ça , les arrangements sont tout simplement somptueux ; il suffit de prêter attention sur les parties clavier de "Mare Nostrum" , ou "Emet" pour s'en rendre compte. Le groupe a également fait appel à quelques instruments traditionnels dont les interventions sont toujours bien placées.

Concernant les voix , là encore , c'est du tout bon. Cristiano Borchi a de nouveau fait un excellent travail en plaçant des lignes de chant très efficaces alternant sans problème entre l'aiguë et le grave. On peux également noter quelques interventions en voix claires (dont certaines peuvent rappeler Type O Negative au niveau du timbre de voix) , ainsi que quelques voix féminines particulièrement envoutantes.

La prod quand à elle est excellente et on distingue sans problème tous les instruments.

Pour conclure : Stormlord sort ici son album le plus abouti. Ce nouvel opus fera sans nul doute voyager les amateurs de black symphonique , et malgré un certain manque d'originalité , il serait bien dommage de passer à coté d'un album aussi réussi. Espérons qu'ils ne nous feront pas attendre trop longtemps avant leur prochain album. Espérons également que pour leur prochaine tournée , ils passeront enfin par la France.

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire