Inwards

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dew-Scented
Nom de l'album Inwards
Type Album
Date de parution 14 Janvier 2002
Labels Nuclear Blast
Style MusicalThrash Death
Membres possèdant cet album83

Tracklist

1. Bitter Conflict 03:41
2. Unconditional 03:50
3. Life Ending Path 03:40
4. Inwards 03:02
5. Blueprints of Hate 03:17
6. Locked in Motion 04:20
7. Degeneration 03:17
8. Terminal Mindstrip 05:09
9. Feeling Not 03:07
10. Reprisal 04:32
Bonustrack (Digipack Edition)
11. War Ensemble 04:48
Total playing time 37:55

Chronique @ corpsebunder50

07 Octobre 2009
Dès le riff initial de Bitter Conflict, premier morceau d'Inwards, une sensation de puissance vous envahie. Joué seul à la guitare, d'une simplicité et d'une efficacité à toute épreuve, le riff est bientôt rattrapé par un rouleau compresseur rythmique implacable.

La surprise immédiate pour les néophytes de Dew Scented est l'incroyable synthèse réalisée entre l'école mythique du thrash allemand, fondée sur les deux véritables institutions que sont Kreator et Destruction (Sodom étant quelque part plus éloigné du style développé par Dew Scented), et le death metal suédois des Entombed et Dismember des années 1990, mais avec un son moderne.

Cependant, sur l'album, le groupe ne sombre jamais dans une brutalité death metallique dans la mesure où il n'y a pas de réelles parties blast. En réalité, Dew Scented annonce la couleur de la nouvelle scène thrash metal en modernisant toutes les meilleures recettes distillées par le style thrash/ death depuis 20 ans. En cela, l'album pourrait être qualifié comme le Beneath the Remains des temps modernes. En effet, la comparaison pourrait se faire avec le Sepultura de l'époque: pas assez brutal pour être véritablement death metal, pas assez heavy pour n'être que qualifié de thrash.

Pour en revenir à l'écoute elle-même, je souhaite décrire le premier morceau de Inwards car il est représentatif à lui seul de la puissance de cet album. L'analyse de ce titre pourrait en effet correspondre à l'album entier. Mais attention, ces propos ne sont en aucun cas synonymes d'ennui. Juste que l'album se veut cohérent du début à la fin, n'essayant en aucun cas d'expérimenter quoi que ce soit sur des sentiers qu'il ne maîtrise pas.

Bitter Conflict, ce premier morceau évoqué plus haut, commence par un simple riff thrash, teinté d'une certaine mélodie, suivi d'une rythmique thrash sur-speedée sur laquelle vient se greffer la voix de Laif Jensen, si particulière dans le monde du metal, puisqu'elle est à la croisée du death metal et du hardcore. La machine se met alors en marche sur cette tournerie lancée à pleine allure et sur laquelle se greffent des breaks cassant le rythme afin de mieux repartir sur une partie un peu plus lourde: la magie de cet enchaînement repose sur le fait que le riff tourne en boucle malgré les différentes cassures rythmiques. S'ensuit une partie très lourde, mid-tempo, sur une variante du riff initial, où Jensen met en évidence l'incroyable originalité dont il dispose vis-à-vis de sa concurrence de par son timbre de voix évoqué plus haut, mais surtout par son phrasé.
Pour parfaire le tout, la lourdeur de cette partie se termine sur un solo simple, léger, en contraste avec la tension initiale. Et la machine repart à pleine allure.

L'album enchaîne ainsi sur les riffs mélodiques et les soli des deux excellents guitaristes et la lourdeur rythmique. Cet album est sous tension permanente, puisant dans le thrash-death ce qu'il a de plus brutal, mais aussi, curieusement, dans le hardcore-metal ce qu'il a de plus lourd.
Les morceaux s'enchaînent comme un seul, et la recette fait des miracles à chaque fois. Inutile de les décrire un à un tant l'album est d'une homogénéité implacable. Pour moi, il s'agit sans doute de l'album le plus efficace de la décennie, l'un de mes albums préférés en tout cas!
Si vous aimez les deux ou trois morceaux vraiment brutaux de groupes comme The Haunted ou Hatesphere mais que le reste vous rebute car trop lent ou trop mélodique, et que vous êtes fan des pionniers du death suédois que sont Dismember ou Grave, Dew Scented est fait pour vous.

A noter que Dew Scented est sans doute le groupe le plus entraînant que j'aie pu voir en live (et je les ai vus trois fois!!!) tant le rythme ne faiblit que pour imposer sa lourdeur et mieux relancer sa cavalcade. Les membres du groupe sont d'ailleurs on ne peut plus sympathiques et proches de leurs fans.
Un très grand groupe dont l'album Inwards restera le meilleur à mon goût.

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
AmonAbbath - 07 Octobre 2009: Une chronique bien écrite, claire (on sait à quelle musique s'attendre), bonne continuation.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire