In Battle

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe In Battle
Nom de l'album In Battle
Type Album
Date de parution 1997
Enregistré à Sunlight Studio
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album17

Tracklist

1. Ruler of the Northern Sphere 03:11
2. Enchant Me 02:50
3. År av Köld 04:22
4. Doom of the Unbeloved 03:43
5. Odhinn 02:58
6. A Sign of Northern Triumph and Glory 03:43
7. I Ofred vi Drar Fram 02:53
8. The Nocturnal Moon 04:48
9. De Hängdas Furste 03:16
10. Lokes Ätt 03:17
11. Helhorde 03:49
12. In Battle 04:39
Total playing time 43:29

Chronique @ Sortys

16 Avril 2011

Formé en 1996 sous l’impulsion de John Frölén et de Hakan Sjödin (Setherial), In Battle nous propose un black brutal d’obédience viking. Le coté viking est assez discret pour l’instant, il sera beaucoup plus mis en avant sur le second opus Rage of the Northmen, notamment avec l’ajout de clavier.

Tout au long des 12 titres de ce premier album sorti en 1997, le groupe nous abreuve d’un black brutal typiquement suédois, et pour être franc, ça dézingue sec!

Dès le morceau d’ouverture le ton est donné. Batterie ultra rapide d’Otto Wiklund (futur artilleur sur Lord of the Nightrealm), qui laisse loin derrière les Dark Funeral et Marduk de l’époque. Guitares incisives et chant écorché complètent le tableau. Le chant justement, gros point fort de cette galette. Profond, criard, et qui sait se faire plus guttural (Doom of the Unbeloved), il apporte un plus indéniable. On a peine à croire que c’est le même bonhomme qui s’époumone sur les dernières réalisations du groupe, tant son chant a viré au death (pas nécessairement pour le meilleur).

La suite de l’album est du même acabit, quelques mélodies ici et là permettent de garder l’auditeur en éveil, notamment sur Lokes Ätt au premier riff efficace et mélodique. Avec le morceau Helhorde, avant dernier titre de la galette, John Frölén et sa bande nous prouve qu’ils peuvent varier les ambiances (et surtout la vitesse) en nous proposant un riff d’ouverture plus mid-tempo, qui fait de ce morceau l’un des meilleur de l’album avec Ruler of the Northern Sphere et Doom of the Unbeloved.

Quelques longueurs tout de même (12 titres c’est beaucoup pour un album de black brutal !), notamment le titre éponyme sans saveur et un peu poussif qui clôture l’album.
La production made in Sunlight ne rend pas vraiment service aux compositions, même si ça leur donne un petit coté roots pas dégueux, dans l’ensemble, c’est assez brouillon.

Déboulant après Heaven Shall Burn et The Secrets of the Black Arts, ce premier album d’In Battle mérite le détour, même s’il souffre d’une certaine linéarité, ainsi que de la comparaison avec ses illustres compatriotes.

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
albundy57 - 18 Avril 2011: Aaaahhhhh enfin une chronique de l'ami Hortefeux!!
En tout cas bien cool ta chro, ça me donne envie d'y jeter une oreille, surtout si cela s'inscrit dans la veine brutale proche de MARDUK et DARK FUNERAL...
J'espère que tu ne t'arrêteras pas en si bon chemin vieux sac à Oberlager, ha ha!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire