Human Target

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Thy Art Is Murder
Nom de l'album Human Target
Type Album
Date de parution 26 Juillet 2019
Labels Nuclear Blast
Enregistré à Graphic Nature Audio
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album15

Tracklist

1.
 Human Target
 03:31
2.
 New Gods
 03:01
3.
 Death Squad Anthem
 03:13
4.
 Make America Hate Again
 03:14
5.
 Eternal Suffering
 05:05
6.
 Welcome Oblivion
 03:36
7.
 Atonement
 03:59
8.
 Voyeurs into Death
 03:30
9.
 Eye for an Eye
 04:55
10.
 Chemical Christ
 04:24

Durée totale : 38:28


Chronique @ Groaw

08 Août 2019

Calibré au millimètre près, Human Target n’est qu’une balle supplémentaire parmi toutes les autres

Fort de sa position et de sa notoriété depuis plusieurs années, Thy Art Is Murder est devenu une référence dans la scène Deathcore aux côtés de d’autres formations telles que Whitechapel, Rings Of Saturn ou encore Carnifex. Le groupe Australien a su trouver son public mais aussi sa musique avec des sujets forts comme la guerre, la propagande, la terreur ou encore la manipulation. Néanmoins, depuis la sortie d’Holy War en 2015, le quintuor s’est installé dans une zone de confort dont il ne semble pas vouloir sortir. Malgré quelques légères évolutions, notamment les connotations d’un death plus traditionnel sur Dear Desolation, il semble difficile de dire que nos musiciens aient quelque peu évolués.

Et ce n’est pas vraiment Human Target, cinquième album du groupe, qui viendra nous contredire dessus. On démarre en trombe avec le titre éponyme, aux guitares lourdes et au tapping hâtif. Le riffing ne varie pas véritablement, même si nous aurons un semblant de solo de guitare (oui, seulement un aperçu car il ne durera pas plus que trois secondes …). Cj McMahon déverse une nouvelle fois toute sa haine dans un vocal reconnaissable entre mille, même si certaines variations et donc un travail un peu plus élaboré est notable. On restera durant tout le long dans une ambiance virulente, presque étouffante avec tout de même un breakdown qui viendra conclure le morceau, ce qui laisse présager un total retour aux sources.

Avec New Gods, on gagne un petit peu plus en impétuosité avec un message important : celui du lavage de cerveau des médias. Cj dénonce avec force ce qui nous rend esclaves, ce qui nous contrôle et ce qui nous détruit. Là encore, la prise de risque est assez minime avec un titre plutôt court (à peine un petit peu plus de trois minutes), avec un instrumental linéaire et redondant mais l’efficacité est encore au rendez-vous. On notera une nouvelle fois quelques alternances dans le travail vocal qui sont le bienvenu.

Dead Squad Anthem atteint le summum de la violence et il ne serait pas impossible de le définir comme le morceau le plus impitoyable de la discographie de nos Australiens. C’est un déferlement de rancœur, de férocité qui se dégage, tant au niveau du riffing, de la batterie que du chant. Mais une nouvelle fois, on reste sur du Thy Art que l’on connait bien, un Thy Art qui continue d’utiliser sa recette jusqu’à son paroxysme. Une nouvelle fois, c’est une boucherie bien réalisée mais malheureusement trop prévisible pour qu’on en garde un intérêt ne serait-ce minimal.

La suite, tout le monde la connait : les morceaux s’enchainent sans que nous puissions respirer la moindre seconde. Le quintuor est définitivement revenu dans ses racines Hardcore/Deathcore et se montre totalement impitoyable envers son auditoire. Il ne sera d’ailleurs pas rare de voir quelques similarités avec d’anciens morceaux : c’est le cas notamment de Welcome Oblivion qui reprend une introduction qui ressemble étrangement à un certain Holy War. D’ailleurs, en ce qui concerne le schéma, les deux titres reprennent la même idée, à deux-trois différences près.
Seuls les deux derniers titres Eye For An Eye et Chemical Christ sortent un peu des sentiers battus en proposant quelques éléments un peu plus novateurs. Pas de quoi crier au génie non plus mais cela montre au moins que nos Australiens peuvent tout à fait proposer autre chose ou reprendre ce qu’ils savent faire depuis plus de dix ans en ajoutant une touche de modernité.

Calibré au millimètre près, Human Target n’est qu’une balle supplémentaire parmi toutes les autres. Ce cinquième album ne manquera pas d’être totalement ravageur et on pourra noter quelques progrès en ce qui concerne le chant de Cj McMahon mais c’est à peu près tout ce que l’on retiendra de positif. Le reste n’est que redite, n’est que ressemblance flagrante et perd rapidement de son charme passé les deux premiers titres. Si vous n’attendez rien du groupe, foncez tête baissée. Pour les autres, le chemin est tout tracé.

12 Commentaires

8 J'aime

Partager

pielafo - 10 Août 2019:

En meme temps c'est du Deathcore con et efficace comme la pluie. Y a pas grand chose a en dire vu que ca se ressemble a chaque fois. Je le disais déja a l'époque de Holy War que le groupe commencais a tourner en rond et que ca devenais dangereux. Mais bon, je pense qu'on peut tous comprendre et admettre que c'est pas trop le niveau intellectuel et artistique qu'on attends quand on écoute un Thy Art. C'est vraiment du Metal de soirée entre potes pour moi ce groupe, pas trop un groupe a écouter. Plus un groupe de fond musical, dans les bars ou en soirée... 

Groaw - 11 Août 2019:

Mais c'est ça que je trouve tellement dommage pielafo, c'est qu'ils ont totalement le potentiel de proposer quelque chose de différent. Cj McMahon l'a prouvé dans différents featurings avec d'autres formations de Deathcore et il est capable de varier son timbre vocal. Là, c'est juste faire du minimalisme, aller au plus simple et se dire "tant que ça peut plaire aux gens, on continue dans cette voie". Sauf qu'à un moment, ça va faire chier tout le monde quoi.

Ca me désole de voir tant de formations qui peuvent proposer un travail différent et qui restent dans leur zone de confort sur le simple fait que ça marche encore ...

pielafo - 11 Août 2019:

Ba apres ils sont signés chez NB donc a partir de la... 

Groaw - 11 Août 2019:

Carnifex, Soliwork, As I Lay Dying (ceux-ci ne sont que des exemples) ont bien signé chez NB, ça ne leur empêche pas de sortir de bons albums. Je sais que NB n'est pas forcément le meilleur label mais en matière de Deathcore, à moins de signer chez Unique Leader Records, chez Slam Worldwide (MDR) ou chez Chugcore, y'a peu de labels pour ce style de musique, la grande majorité étant en auto-prod.

Après, en y réfléchissant, l'auto-prod n'est pas une si mauvaise idée ^^

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire