Hilal

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Arkan
Nom de l'album Hilal
Type Album
Date de parution 16 Juin 2008
Produit par Fredrik Nordström
Style MusicalFolk Death
Membres possèdant cet album59

Tracklist

1. Groans of the Abyss 06:59
2. Lords Decline 06:09
3. Mistress of the Damned Souls 06:07
4. Lamma Bada "Under the Spell of Haughtiness" 03:15
5. Tied Fates 05:58
6. The Seven Gates 05:55
7. Athaoura "Shaped by the Hands of Gods" 03:47
8. Chaos Cypher 05:31
9. Defying the Idols 06:09
10. El Houdou 01:09
11. Native Order 07:21
12. Amaloun Jadid 03:41
Total playing time 1:02:01

Chronique @ Matai

22 Avril 2010

Voyage en Orient

Alors qu’Orphaned Land fait sensation en Israël, que Nile surprend aux USA et que Myrath se fait de plus en plus connaître en Tunisie, les français d’Arkan nous proposent à leur tour du métal oriental, mi-death, mi-folk, mélangeant les ambiances de leur confrères précédemment cités pour finalement sortir un album très exotique, original et dépaysant.

Fondé par l’ex batteur de The Old Dead Tree, désirant intégrer des éléments orientaux dans une musique hargneuse et énergique, « Hilal », qui tient son nom d’une tribu arabe, est un véritable bijou en matière de métal oriental.

Le tout se veut très bien réussi. Le son est très bon, le groupe ayant signé chez Season Of Mist, un nom tout de même chez les labels ; les compos sont variées et originales et surtout enivrantes. Rare est-il de mélanger autant de parties orientales à d’autres parties bien métal et rentre dedans, créant de véritables ruptures au sein des titres. C’est ça l’avantage chez Arkan. Sur « Groans of the Abyss » ou « Lords Declines » vous pouvez tout à fait avoir une intro bien rentre dedans, des couplets et refrains bien bourrins, aux riffs et ambiances orientaux, puis avoir une coupure en milieu de titres totalement acoustiques, où les instruments orientaux et les chants traditionnels arabes sont de la partie : violons, percussions, flutes, et j’en passe, tout est au rendez-vous et permet à l’auditeur de voyager ne serait-ce que quelques secondes, voire parfois quelques minutes.
La musique reste toutefois bel et bien death même si les riffs orientaux se veulent peut-être plus présents que les riffs typiquement métal, mais tout de même…les jeux de guitares sont très bien réussis et apportent de la hargne au milieu de cette musique qui se veut chaleureuse. « Tied Fates » et « The Sevent Gates » possèdent toutes deux une intro du même style, c'est-à-dire un solo de guitares oriental faisant automatiquement voyager. Le reste se veut tout de même différent contrairement aux apparences, les parties death étant plus prédominantes, le chant caverneux de Florent Jannier faisant mouche, de par son charisme et sa rage qu’il semble livrer dans chacun des titres. Mais ce tranchant est allégé de temps en temps par le chant clair atmosphérique et oriental d’Abder Abdallahoum ou des chants arabes féminins tel que sur « Defying the Idols », exemple type du dynamisme et de l’agressivité mélangés à la douceur des chants et la chaleur des instruments orientaux.
Ajoutez à cela des titres très calmes tels que « Athaoura » et « Amaloun Jadid », où aucune guitare électrique n’est à l’honneur. Ici, juste place à l’exotisme, aux ambiances orientales, voire orphaned landesque, aux chants arabes…dépaysement garanti.

Il faut aussi noter que « Chaos Cypher » se démarque plus par son côté black que death pour la majeure partie du titre, le growl grave de Florent étant très imposant et poussé à l’extrême, les guitares et les riffs très dynamiques, et la batterie bien martelée. La fin, par contre, se veut plus centrée dans une optique doom, ce qui détonne avec le reste du titre : cette fin est donc lente, pesante, sombre, mélancolique, et surtout très prenante, le chant féminin arabe apportant tout de même un peu plus de lumière et de mélodies dans ce flot de tristesse, de désespoir et de chaos.

Ce premier opus d’Arkan est donc une véritable réussite, le folk et le death ne dominant pas plus l’un sur l’autre, le mélange étant savoureux et très jouissif. Un vrai régal qui plaira sans aucun doute à tout amateur d’originalité et de voyage.


11 Commentaires

8 J'aime

Partager

Matai - 09 Octobre 2010: Pas de quoi ;)
Krokodebil - 15 Septembre 2011: Waw je suis tombé sur une review de concert, j'ai tapé le nom pour voir, je suis tombé sur ta chronique et en même temps j'écoute le disque en ligne. Juste énorme, j'adore ce genre de son, de mélanges. Ca me fait penser aux meilleurs moments de Moonspell, à plein de bonnes choses. Franchement merci pour la chro' ! :)
AlonewithL - 24 Novembre 2011: Assez sympa comme volume, même si j'ai l'impression que certains passages tournent un peu sur eux mêmes. J'apprécie déjà mieux le second album d'Arkan, plus mélodieux à mon goût.

Sinon un excellent écrit de ta part belle reine.
Matai - 28 Octobre 2012: Parce qu'il y a quand même un ensemble "extrême". Si tu aimes le death oriental, tu peux toujours essayer les Egyptiens de Scarab et/ou éventuellement Aeternam (Canadiens, mais un de leur membre est marocain).
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ medusiax

23 Fevrier 2009
Arkan...Un des rares groupes de Death Oriental de la scène française, qui risque d'en épater plus d'un grâce à ce premier opus, Hilal.
Signalons au passage que le groupe a été fondé par Foued Moukid, l'ex-batteur du mythique The Old Dead Tree. Son objectif premier : fondre en une seule forme un métal abrupt au fond oriental.
J'avoue que sur ce coup-là, les p'tits français on vraiment assuré. Hilal nous offre un véritable voyage musical, que je pourrais qualifier d'Orphaned-Landesque.
L'hybridité de cet opus est vraiment remarquable, grâce au subtil contraste saturation/acoustique.
En voici un exemple assez explicite : écoutez la transition "Lords Decline" / "Mistree of the Damned Souls" ... Magnifique ... 2 minutes 30 d'acoustique d'instruments orientaux (oûd, bouzouki, mandola...) et chants arabes qui vous emmènent au fin fond de l'orient, coupé brutalement par un métal décadent.
Guitares saturées, riffs métalo-orientaux, parties atmosphériques enivrantes, une voix black abrupte adoucie par la sensibilité vocale d'Abder Abdallahoum, des chants aériens : voici un album poignant, une véritable épreuve de style.
Pour un premier opus...Franchement, je m'incline...!

3 Commentaires

0 J'aime

Partager
Icare - 30 Juillet 2009: Paye ta note, grosse! :D
Matai - 18 Octobre 2009: D'accord avec toi, cet album est un vrai bijou du genre !
 
josedelamuerta - 20 Fevrier 2010: ouep pas mal du tout et pour avoir eu la chance de boire une petite binouse avec abder ont peux ajouter la sympathie au crédit du groupe ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Arkan