Galgenfrist

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nortt
Nom de l'album Galgenfrist
Type Album
Date de parution Fevrier 2007
Style MusicalBlack Doom
Membres possèdant cet album56

Tracklist

1.
 Galgenfrist
Ecouter03:41
2.
 Til Gravens Vi
Ecouter08:19
3.
 Af Døde
Ecouter07:11
4.
 Kaldet
Ecouter01:49
5.
 Over Mit Lig
Ecouter10:22
6.
 Havet Hinsides Havet
Ecouter10:53
7.
 Hjemsøgt
Ecouter04:56

Durée totale : 47:11

Acheter cet album

Nortt



Chronique @ Vinterdrom

07 Mars 2008

Traînant son abominable carcasse depuis déjà 13 ans (les superstitieux apprécieront !) dans les profondeurs abyssales de l'underground et auteur de plusieurs albums ainsi que d'une série de maxi et de split culminant dans un black/doom/ambiant des plus sinistres, Nortt s'est une nouvelle fois extrait de son ossuaire putride pour venir, tel un oiseau de mauvais augure, hanter nos chaumières et répandre sa "bonne" parole avec son dernier (mort)-né "Galgenfrist" ("La Tentation de la Potence" en danois).

Confirmant la direction prise par son prédécesseur "Ligfaerd" ("Marche Funèbre"), à savoir la prise de pouvoir de la facette dark ambiant et des longues nappes de synthés froides et glauques, ainsi que la mise en sourdine de l'aspect black au profit d'un doom que l'on pourrait qualifier de drone tellement il est distordu et agonisant pour ce qui est de la facette metal, cette nouvelle œuvre maudite enfonce le clou par la même occasion : passages ambiants toujours plus longs, son de guitare toujours plus grave, percussions toujours plus espacées, textes réduits au strict minimum et interventions vocales toujours plus rares et noyées dans la masse brumeuse. Ces dernières sont les ultimes liens (ténus) rattachant encore le one-man band danois avec ses racines black.
Toujours plus extrême, Nortt se rapproche désormais de Until Death Overtakes Me dans sa forme, tout en représentant paradoxalement son exact opposé dans le fond : le second nommé tutoie la stratosphère, tandis que le premier s'escrime à creuser sa tombe toujours plus profondément.
Toute notion d'esthétisme, de beauté et de sophistication se trouve ici réduite en cendres. Ne restent que la crasse, la pourriture, la décomposition, la puanteur et la solitude. La solitude d'une mort survenue sans personne pour vous tenir la main durant vos derniers instants.
Même les notes de piano de "Af Døde" et "Havet Hinsides Havet" ne parviennent pas à réchauffer l'étouffante et persistante atmosphère de caveau humide où la température reste désespérément bloquée en dessous de zéro.

Un album véritablement jusqu'au-boutiste, une pure folie constituée de sept titres érigés à la gloire du dégoût de toute chose ayant le malheur d'être en vie, s'enchaînant sans interruption et renforçant par là-même l'impression de se trouver en face d'un monolithe aussi compact et inamovible que menaçant et gorgé d'ondes néfastes.
En quarante-sept minutes, Nortt a accompli son œuvre de désespoir, Nortt s'est totalement coupé de toute attache avec le genre humain, auquel il a définitivement tourné le dos, et s'en retourne irrémédiablement auprès de ses semblables, habitants du royaume des Morts, comme le suggère si bien la pochette. Serez-vous prêts à l'y suivre ?

10 Commentaires

19 J'aime

Partager

Trndblck - 22 Mars 2008: Effectivement si tu apprécies particulièrement le dark ambient (style que je connais très mal cela-dit) je comprends que tu préfères les dernières sorties.
Ashes - 03 Mai 2008: Très bonne chronique....
J'ai acheté l'album hier et c'est très spécial c'est vrai mais j'apprécie beaucoup.... rien que par curiosité ça vaut le coup d'écouter...
D'ailleurs ça m'fait pas mal penser à Tyranny et Wormphlegm...
Krypt - 25 Mai 2008: Chronique à la hauteur de cet album. Galgenfrist est emplit d'une telle froideur et d'une telle tristesse qu'on ne peut observer la moindre lueur à travers cette musique si sombre et si envoûtante à la fois. Depuis ça sortie je n'ai cessé de l'écouter, ce doit être une des meilleures sorties 2008. Mais il faut dire que ce n'est pas un album qui s'écoute en vitesse ou même dans un magasin de disque, il faut prendre le temps de se laisser emporter par la musique. Arrivé à la fin de l'album vous aurez l'impression de vous réveillez, comme si vous aviez passé 47minutes en dehors de tout, là où ni vie de espoir n'existent.
keketomax - 14 Octobre 2015: Oui, mais l'album au total est vraiment court!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Trndblck

25 Avril 2008
Un peu plus de deux ans après Ligfaerd, et suite à quelques délais, l’Infâme Nortt nous revient pour hanter nos esprits masochistes. Troisième longue durée donc pour Nortt, qui a du coup signé chez Avantgarde Music. Que sonne le glas, car l’annonce d’une telle sortie a un arrière goût de fin du monde. Ni espoir, ni devenir, comme le disait Fucked up Mad Max, telle semble être le leitmotiv de Nortt.

L’artwork est explicite : un homme encapuchonné s’avance au milieu d’une forêt, tenant dans ses mains une corde avec un nœud coulant (Galgenfrist signifie quelque chose comme "L’appel de la potence"). Il est intéressant de noter l’évolution des artworks. Gudsforladt présentait une pochette assez abstraite, un lointain paysage nocturne et orageux, puis sur Ligfaerd apparaissait une étrange figure au milieu d’un cimetière, le tout sur un ton très épuré, sans détails. Ici, c’est une photo en noir et blanc. Je serais presque déçu de cet artwork, non représentatif de l’idée que je me fais de la musique de Nortt. Certes, on conserve le caractère sombre et morbide, mais le travail est trop explicite, trop direct. J’eusse préféré une approche plus insidieuse, plus abstraite.

Musicalement, on retrouve la formule Nortt, à savoir un funeral doom très lent. Il y a toujours ces guitares plus incisives que pachydermiques en fond sonore, qui sonne comme l’éclair qui déchire le ciel. Le son n’est pas ultra lourd comme on peut le trouver dans le doom habituellement, ce qui constitue un infime lien au black metal. On retrouve également clairsemé le long de l’album la voix fantomatique et grondante de l’âme pensante du combo, dans un registre plutôt black metal également. On s’arrête là pour les influences black, le reste n’a rien à voir avec ce genre musical. La batterie fait figure de tambour du jugement dernier, jouée à un tempo si lent qu’il n’est même plus possible de parler de tempo. Greffé à cela, on retrouve des nappes d’ambient, comme auparavant ; mais, et c’est là une nouveauté, le côté ambient est largement plus présent dans cet album. Il risquerait même d’en dérouter certains. Pourtant, il ne m’étonne guère de voir Nortt coupler autant de parties atmosphériques, déjà pourtant bien présentes précédemment, à son funeral doom. On retrouve également le piano, avec des mélodies simples, très simples, pour ne pas dire simplistes, et pourtant ces mélodies sont d’une profondeur et d’une gravité bleuffante. Un son nouveau fait également son apparition, une sorte de larsen de gratte, un son très aigu et continu, qui vient renforcer le côté apocalyptique de la musique (d’un point de vue doom bien sûr...). Ce son se rapproche des mélodies jouées à la guitare sur Ligfaered, mélodie extrêmement lente. Ce n’est pas tout à fait le même son ici, il fait clairement plus penser à un son bruitiste. Cependant, l’utilisation de ce son n’est pas toujours totalement réussie, et il semble un peu à part du reste de la musique, comparé à tous ses éléments très graves, comme entourés d’une aura sombre. Mais c’est là une critique légère. La musique reste toujours extrêmement noire, s’enfonçant inlassablement dans les abysses de la terre et de l’esprit. Un voyage funéraire dont le but n’est autre que la Mort.

La Mort est en effet vue selon le géniteur comme une libération, comme la seule possibilité de salut. Si la Mort tient un rôle si important dans l’univers de Nortt, ce n’est pas pour rien. Le salut ne peut venir que d’elle, car il n’y a rien à attendre de la vie. Voilà donc la vérité que nous assène la musique de Nortt : la vie est un non sens. Et nous, pauvres mortels, cherchons vainement à combler ce vide, toujours à espérer, sans savoir quoi au juste. Si la musique de Nortt est si grave, c’est parce que cette vérité n’est pas simple à admettre. Le vice de l’espoir finit par ressurgir, et espérer c’est prendre le risque de se confronter au désespoir. Nortt m’a toujours semblé au-delà de la dépression et du désespoir. Il n’y a pas vraiment de tristesse chez Nortt, au sens où la tristesse résulte d’un besoin affectif. Nortt est bien au-delà, c’est une étape où les concepts d’espoir et de vie n’existent plus. Il s’agit de la résignation la plus complète, il n’y a plus que l’atroce Vérité, insupportable et douloureuse, il n’y a plus d’envie ni même de besoin. L’étape finale avant la corde. La bande son du deuil de votre vie. Car c’est bien là le but de Nortt : répandre le non sens de la vie afin que chacun se rende compte de sa médiocrité et finisse par accepter ce qui aux yeux de certains paraît impensable : nous ne sommes nés que pour mourir. Il n’y a rien d’autre, il n’y a même peut-être rien.

Galgenfrist est donc une nouvelle piqûre de rappel pour ceux qui se seraient lâchement remis à espérer et à donner un sens à leur vie. Je ne qualifierais pas cet album de perle ni même d’exception. Plusieurs raisons à cela : d’une part, un artwork qui ne colle pas complètement à la musique proposée, puis deux trois éléments musicaux qui ne permettent pas de parler de perfection. Et puis, il faut bien être honnête, Nortt n’a pas renouvelé le genre, ce n’est de toute façon pas ce que j’attendais. Ainsi, si les autres albums ne vous ont pas accrochés plus que ça, pas la peine de vous procurer ce Galgenfrist. Nul doute que l’écoute de cet album demande un investissement de la part de l’auditeur ; il faut être prêt à renoncer à ses certitudes et laisser la musique pénétrer vos pensées. Sans cela, la musique de Nortt ne vous paraîtra qu’ennuyeuse et sans intérêt. En revanche, les inconditionnels du genre peuvent foncer, c’est une valeur sûre. Nortt fait selon moi partit de ces groupes capables de complètement faire oublier la musique pour nous transporter dans leur univers, et ce troisième album ne déroge pas à la règle. Un excellent album.

4 Commentaires

8 J'aime

Partager
Vinterdrom - 01 Mai 2008: Excellente chronique, Trndblck !
Tu as très bien su tirer la substantifique moelle de ce monument de noirceur et de non-vie qu'est "Galgenfrist".
Je noterai simplement un tout petit point de désaccord, au sujet de la pochette, que je trouve personnellement en parfaite osmose avec la musique proposée. Ceci dit, je comprends aussi très bien ton point de vue que tu as parfaitement su expliquer.
Trndblck - 02 Mai 2008: Merci bien !
Mon avis sur la pochette est de toute façon très personnel. J'aurais effectivement préféré quelque chose de plus abstrait, mais celle-ci reste tout de même pas mal.
A bien y regarder, elle n'est pas aussi simple qu'on pourrait l'y penser : un homme seul s'avance parmi des arbres morts (ou presque : pas de feuille). Il s'avance vers la lumière, qui pourrait symboliser la vérité. N'oublions pas ce chouette noeud coulant, symbolisant clairement la mort. Finalement je retrouve le raisonnement de ma chro : la vérité est la mort.
Sans compter sur l'apect "éradication de toute trace de vie".
Donc au final, elle est pas mal cette pochette !
Friedrich_Bergstein - 18 Novembre 2010: La vie ne vaut rien, le modne est pourri et sa seule issue est la mort, la vie est un non sens et blablabla, je fais mon rédacteur dépressif. Il serait temps de changer de disque un peu. Sinon, tu as cerné le sujet du disque, c'est bien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire