Ligfærd

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nortt
Nom de l'album Ligfærd
Type Album
Date de parution 09 Novembre 2005
Style MusicalBlack Doom
Membres possèdant cet album65

Tracklist

Re-Issue in 2010 by Cyclone Empire
1.
 Gudsforladt
 04:04
2.
 Ligprædike
 08:36
3.
 Vanhellig
 08:07
4.
 Tilforn Tid
 12:05
5.
 Dødsrune
 08:32
6.
 Ligfærd
 03:56

Durée totale : 45:20


Chronique @ Svartolycka

17 Mars 2006
Il est évident et même plus, il serait impardonnable de ne pas saluer la qualité du nouvel album de Nortt. Au-delà du prisme qu’il englobe et du talent inhérent au compositeur (trop vite comparé à Malefic ou Wrest, version doom), ce disque marque, ici, une étape, une évolution dans le registre fermentation auditive.

La première écoute ne laissera pas dubitatif quand à la teneur du disque. Ouverture ambiante et atmosphérique de grande pompe, Nortt ne laisse rien au hasard et prépare au mieux les relents fétides qui le caractérisent. Il plonge directement son auditeur dans un brouillard malsain annonciateur de cette promenade nocturne.
Il ne m’est pas inconnu que certaines personnes n’arrivaient pas à saisir l’ambiance et la « subtilité » du groupe Danois. Certes, la musique pioche à la fois dans le doom le plus suintant et le black metal cadavérique, mais, ce qui en sort tient du véritable prodige. Car, ce qui ressort le plus, au milieu de toute cette surabondance misanthrope, n’est autre qu’une profonde mélancolie passée sous le voile la plus spectrale et malsaine qui soit (souvenez-vous du split Nortt/Xasthur).
Alors, lorsque l’on débouche sur un album de cet acabit je proposerai volontiers à ceux n’ayant pu percher cette couche de réitérer l’expérience Nortt. Car, en tout état de cause, « Ligfaerd » est nul doute le meilleur album du Danois.
Ambiance crépusculaire. Titres de doom funéraires à couper au couteau d’où surnage une voix black lugubre comme il se doit. D’ailleurs, cette voix est peut-être fondement restant pouvant rattacher le groupe à ce style, le tout voulant à tout prix retranscrire au mieux une ambiance morbide d’un quelconque cimetière abandonné.

Habile mélange de doom et d’ambiant, « Ligfaerd » sort de sa caisse, fraîchement déterrée pour atteindre un état plus fantomatique et éthéré, ce qui, avouons-le, le rend d’avantage attrayant, fascinant. Et effrayant !!
Et, à l’image de cette pochette blafarde on ne peut plus explicite (outre une photo bien « evil-warrior » valant son pesant de cacahuète), Nortt signe ici l’un des albums des plus mortuaires et dérangés, à la fois simple et d’une maîtrise sans pareille, tels que l’on n’a pu l’entendre depuis… Quelque temps, disons…

Que les fans se jettent dessus les yeux fermés. On le savait depuis un moment, Nortt a gagné ses galons et toute sa personnalité face à certains poids lourds que sont Xasthur ou Leviathan (pouvant se faire du souci).
« Ligfaerd » pose définitivement la marque d’une parade spectrale du plus bel effet.

2 Commentaires

15 J'aime

Partager
blackpsychoz - 12 Mars 2008: Un album absolument dérangeant où le frisson submerge doucement lorsque l'on sent l'ambiance nous happer à travers un décor funèbre et hostile. La mort possède cette oeuvre absente de toute forme de vie.
blackpsychoz - 12 Mars 2008: Par ailleurs, excellente chronique!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire