Flying in a Blue Dream

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Joe Satriani
Nom de l'album Flying in a Blue Dream
Type Album
Date de parution 1989
Enregistré à Fantasy Studios
Style MusicalGuitar Hero
Membres possèdant cet album307

Tracklist

1. Flying in a Blue Dream 05:28
2. The Mystical Potato Head Groove Thing 05:05
3. Can't Slow Down 04:46
4. Headless 01:28
5. Strange 04:55
6. I Believe 05:50
7. One Big Rush 03:20
8. Big Bad Moon 05:13
9. The Feeling 00:52
10. The Phone Call 03:00
11. Day at the Beach 02:03
12. Back to Shalla-Bal 03:15
13. Ride 04:58
14. The Forgotten (Part One) 01:10
15. The Forgotten (Part Two) 05:10
16. The Bells of Lal (Part One) 01:19
17. The Bells of Lal (Part Two) 04:08
18. Into the Light 02:25
Total playing time 1:02:00

Commentaire @ GOLLUM

04 Juillet 2006
"Flying in a Blue Dream", album daté de 1989, consacre définitivement Joe Satriani au rang de grand artiste. Cet opus, dont la particularité est de contenir pas moins de dix-huit titres, est sans nul doute la meilleure réalisation du maître.

Cette galette est en effet structurée par dix-huit pistes qui se succèdent sans empiéter les unes sur les autres. Elles se complètent pour former l'équivalent d'une grande histoire, avec rebondissements, moments de folie, accalmies, passages mélancoliques, et une fin aérienne extraordinaire.
La seconde particularité est que cinq pistes sont accompagnées de chant. Satch en personne a tenté de pousser la chansonnette. On aime ou on n'aime pas du tout... Certes, il n'a pas nécessairement une voix de chanteur pro, mais son timbre donne une couleur plutôt sympathique aux morceaux concernés : "I Believe", "Big Bad Moon", "The Phone Call", "Ride" et "Strange".

L'album démarre par le titre éponyme, au rythme midtempo des plus entraînants et à la mélodie originale. Un beau rêve bleu. Suit un morceau plus relevé, puis un peu d'accalmie. "I Believe" est plus mélancolique, tandis que "Big Bad Moon" se montre particulièrement énervé, avec force solos et harmonica. "Island Of The Forgotten", en deux parties, est mystérieux, entraînant. Le dernier morceau, "Into The Light" semble vouloir happer l'auditeur(trice) vers la lumière pour sortir du long tunnel de nos difficultés, en clôturant ce chapître par un dernier rêve.

Le mixage et la production sont excellents, sans être cliniques, et le rendu est digne des meilleures productions de la fin de la décennie des eighties, avec un son de guitare assez "raw" pour bien se réveiller le matin.

Si vous ne souhaitez acquérir qu'un seul album de Joe Satriani, ce sera celui-ci, sans hésitation. Très hautement recommandé par votre serviteur !!!

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
CochonWarrior - 10 Mai 2014: Je suis bien d'accord avec toi, cet album est l'un de mes préférés!
PhuckingPhiphi - 07 Juillet 2016: Sans doute un cran es-dessous de l'intemporel Surfing With The Alien, mais ça reste de très haute volée ; Satriani est un extraterrestre…

Merci pour la kro.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire