Feeding the Crawling Shadows

Liste des groupes Black Metal Sargeist Feeding the Crawling Shadows
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Sargeist
Nom de l'album Feeding the Crawling Shadows
Type Album
Date de parution 31 Mars 2014
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album48

Tracklist

1.
 Feeding the Crawling Shadows
Ecouter05:06
2.
 In Charnel Dreams
Ecouter04:34
3.
 Unto the Undead Temple
Ecouter05:02
4.
 Snares of Impurity
Ecouter04:53
5.
 Return of the Rats
Ecouter03:50
6.
 The Unspoken Ones
Ecouter04:12
7.
 The Shunned Angel
Ecouter04:53
8.
 Inside the Demon’s Maze
Ecouter04:44
9.
 Kingdom Below
Ecouter04:18
10.
 Funerary Descent
Ecouter05:04

Durée totale : 46:36

Acheter cet album

Sargeist



Chronique @ Antonin_Martin

14 Mars 2017

Un album difficile d'accès, mais qui révèle toute sa saveur après un certain nombre d'écoutes

Feeding the Crawling Shadows... Dernier album en date de Sargeist, qui a maintenant trois ans, le digne successeur du très bon "Let The Devil In", un album qui, il faut le dire, reste bien plus facile d'accès pour sa production, bien plus lisse, et caractérisé par une atmosphère moins suffocante et délétère que son successeur. C'est dire qu'il m'a fallu une paire d'écoutes avant d'apprécier la dernière offrande de la horde finlandaise qui, au premier abord, ne m'avait pas vraiment enchanté, mais qui, avec le temps, est finalement devenu l'un de mes albums favoris du groupe.

Après des chamboulements de line-up importants, que ce soit pour Sargeist ou Behexen, la nouvelle évolution de ces deux groupes avait divisé, et laissé certains fans sceptiques quant à la tournure de ces deux formations. Pour ma part, il est tout à fait logique de faire une comparaison entre ces deux groupes, étant donné que ce sont les mêmes membres qui y officient, parmi lesquels Torog, Shatraug ou encore Horns, du moins sur cet album, et le dernier méfait de Behexen intitulé The Poisonous Path. En tout cas, force est de constater que les deux formations se rejoignent sur pas mal de points, orientées vers un Black encore plus étouffant et moribond, caractérisées par le chant de Torog qui s'avère bien plus caverneux que par le passé, autrefois bien plus perçant et criard, mais également par une production bien plus massive, et d'une pesanteur bien plus lourde qu'auparavant.

Contrairement au chant de Torog entonné chez Behexen, celui-ci étant assez linéaire et sans grandes variations, il s'avère dorénavant plus varié sur cet album, voire criard, rappelant le Sargeist de l'époque, mais toutefois moins aigu et plus souffreteux ; pour ainsi dire, léthargique, suintant le mal-être et respirant le souffre. C'est dire que le son s'avère moins compact et l'atmosphère plus respirable que dans Behexen, à la fois caractérisé par un chant plus diversifié, qui apporte un brin d'oxygène à l'ensemble, mais aussi par des compos plus riches, formant un tout moins compact et indigeste. De plus, cet album est assez limpide, d'une durée tout à fait honnête (environ 45 minutes), et qui, à mon humble avis, définit la durée idéale d'un album afin de s'en imprégner pleinement, et de ne pas s'en détacher trop tôt ; ou à l'inverse, que son écoute devienne pompeuse au fil du temps.

Tandis que l'opus précédent (Let the Devil In) m'avait laissé sceptique vis à vis de la production, que je trouvais très lisse en comparaison des productions précédentes du groupe, je m'interrogeais alors sur la tournure de ce dernier. Le son des guitares étant assez propre, avec des riffs de guitares pachydermiques et pénétrants, celles-ci étaient toutefois moins suffocantes sur cet album, mais conféraient à l'ensemble un attrait plus groovy et direct. En somme, plus accessible et conventionnel, à en juger par un son bien plus propre et moins râpeux que sur cet album. Mais à ma grande surprise, et bien que je ne fus pas emballé dès la première écoute, le son de Feeding the Crawling Shadows est bien plus sale que son prédécesseur ; pour ainsi dire, cet album est en quelque sorte un retour aux sources pour son atmosphère noire et malsaine qui caractérisait Sargeist depuis ses débuts (même encore plus cradingue vis à vis de la production), mais toutefois très inspiré dans le riffing, par un jeu à la fois mélodique et effréné.

L'atmosphère sur cet album est vraiment irrespirable et suffocante, d'une aura noire et ritualiste, la voix d'Hoath Torog résonnant dans notre tête tel un esprit malveillant, celui-ci se livrant à des incantations, comme s'il chantait dans l'antre d'une grotte, caractérisées par ses growls caverneux ou à l'inverse un chant plus criard et perçant. En tout cas, du plus bel effet. Le son crasseux et bourdonnant des guitares joue aussi un rôle crucial, celles-ci restant très distinctes, très fortement mises en avant avec le chant, contrairement à la batterie, formant un mur sonore massif et opaque. Une production qui peut déplaire, pour certains jugée beaucoup trop crasseuse, mais le moins qu'on puisse dire, c'est que cet opus recèle sa propre atmosphère, et reste un album à part dans la discographie du groupe, bien que le rapprochement avec Behexen soit limpide vis à vis du son.

En définitive, c'est le genre d'album qui demande un certain temps d'adaptation pour s'en imprégner, qui reste donc difficile d'accès au premier abord, mais qui révèle tous ses secrets et sa saveur au fil de bon nombre d'écoutes. Personnellement, c'est un album avec lequel j'ai eu beaucoup de mal au départ, mais à présent que j'adore, et que j'ai su apprécier avec le temps. Aussi, ne jugez pas cet album après une seule écoute, ce serait passer à côté d'un excellent album, en dépit de sa production, qui plaira (ou non). A prendre ou à laisser.



5 Commentaires

6 J'aime

Partager

Antonin_Martin - 22 Mars 2017: Oui la prod est vraiment sale, j'ai eu beaucoup de mal avec cet album au départ, pourtant j'aime aussi les sons raw. C'est le genre d'album qui demande une paire d'écoutes pour en définir ses subtilités.
mayhem13 - 22 Mars 2017: Antonin, tu l'as écouté au casque ou sur hp? car sur hp, je n'ai rien compris à l'album...
valentheris - 22 Mars 2017: Ecoute ici :
https://wtcproductions.bandcamp.com/album/feeding-the-crawling-shadows

La prod est excellente. Elle rajoute une couche de crasse et d'authenticité en renforçant l'atmosphère des compos et de ces riffs au top. Mon Sargeist préféré avec le premier, authentique et convaincant.
mayhem13 - 22 Mars 2017: je vais écouté les autres pour me faire une idée, là j'ai vraiment du mal pour le moment sur la prod...
Merci pour le lien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire