Exterminate

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Angelcorpse
Nom de l'album Exterminate
Type Album
Date de parution 25 Fevrier 1998
Produit par Jim Morris
Enregistré à Morrisound Studios
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album200

Tracklist

1. Christhammer 05:48
2. Wartorn 03:57
3. Into the Storm of Steel 02:43
4. Phallelujah 05:37
5. Reap the Whirlwind 05:16
6. That Which Lies Upon 04:04
7. Embrace 06:07
8. Sons of Vengeance 06:18
Total playing time 39:50

Chronique @ Fabien

04 Mai 2007
Angelcorpse est un nom qui ne laisse personne indifférent sur la scène deathmetal, d’une part par son extrême brutalité, mais aussi pour sa contribution, avec Krisiun, Hate Eternal & Nile, au nouvel élan du deathmetal de la fin des années 90. (sans parler de renaissance car le deathmetal n’a jamais été enterré).

Si Hammer of Gods pose les bases de la musique d’Angelcorpse, Exterminate enfonce carrément le clou et propulse le groupe au devant de la scène death, parmi les groupes les plus respectés. La pureté du concept rappelle indiscutablement Morbid Angel époque Covenant, mais ici, tout y est développé puissance 1000, que ce soit la vitesse supersonique et les solos déchainés de Gene Palubicki, ou bien le côté très malsain et evil de la voix de Pete Helmkamp. De plus, l’attitude du groupe, sans aucune concession ou forme de tolérance (musicale), renforce le côté très pur qui s’en dégage.

Dès le premier titre Christhammer, Angelcorpse déballe toute sa haine et son agressivité, dans un tourbillon de brutalité, à coups de blast-beats impitoyables de John Longstreth et de riffs terrassants de la paire Taylor / Pabulicki. Mais attention, même si la musique paraît chaotique au 1er abord, l’avalanche de riffs reste terriblement précise et contrôlée, pour mieux bousculer les neurones du deathster (du moins ceux qui fonctionnent encore) ; Exterminate est en effet d’une parfaite fluidité et d’une puissance imparable, à l'image de son titre intemporel Phallelujah.

En outre, la production Morrisound Studios par Jim & Tom Morris s’avère nettement plus convaincante que celle des studios Chapman du premier album, donnant ainsi toute l'intensité nécessaire et apportant à cette pièce de collection toutes ses lettres de noblesse.

Mon discours se résume à la courte citation de Pete Helmkamp sur le livret du CD : « Once we were the Hammer of Gods, Now we Exterminate ». Vous voilà prévenus !

Fabien.

8 Commentaires

15 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Heartwork - 21 Mars 2010: " L’attitude du groupe, sans aucune concession ou forme de tolérance (musicale) "



Je suis très intéressé ! Tiens-tu ça du livret du cd ou d'une interview que tu aurais lue ? Peux-tu nous en apprendre plus sur cette intolérance ?



Merci !
ArchEvil - 30 Novembre 2011: Rarement un album n'avait fait autant honneur à son patronyme. De la tête au pieds, de l'illustration ornant sa pochettes aux textes de Pete Helmkamp, Eterminate est en toute pureté un concentré de violence démesurée et irrévérencieuse. Deuxième mouture longue durée du groupe, il se distingue par sa production sèche, glaciale et agressive, peu sujette à sortir le gros matos audio. Tout est dans l'expression et sa globalité totalement enragée et animale, davantage mue par une majorité de skank beats lancés à plein pots, juste ce qu'il faut de blasts écrasants, riffs vicieux et soli nous lobotomisant à coups de trémolos, un Helmkamp transpirant l'hostilité, le tout entretient une impression de vitesse délirante et un climat d'agression permanente. La puissance d'impact, leur talent à créer des montées d'adrénaline spectaculaires et la structure assez simple de la plupart des morceaux les transforment en véritables hits nucléaires, que dire de ces Into the Storm of Steel, Phallelujah ou Sons of vengeance... jouissance sauvage et totalitaire, orgasme annihilateur, ... un Nagasaki tout en finesse et glamour.
LeMoustre - 27 Fevrier 2016: Peut-être le CD le plus extrême de mes étagères. Acheté en 2014 chez O'CD pour 7€, ce fut l'occasion de monter le curseur de la brutalité avec ce disque. On sent bien l'influence de Morbid Angel sur certains riffs, parmi les plus ambiancés (période Blessed Are The Sick"), et l'adage "D'abord je vais à fond, ensuite j'accélère" est ici particulièrement adapté. Néanmoins très bien construit, et même si je doute aller plus loin dans la discographie de ces bouchers, ça fait rudement du bien par où ça passe. Quelle intensité, mes aïeux ! Pas assez spécialiste pour réellement comparer avec d'autres combos de ce style, j'apprécie énormément ce disque pour son énergie, les coups de boutoir du batteur, et le rendu particulièrement bestial, tout en restant cohérent de ce Exterminate qui porte effectivement bien son nom.
stefhammer75 - 19 Mars 2017: Un album excellent que j'ai acheté à sa sortie et qui m'a mis une très grosse claque à l'époque.Vu en concert au club Dunois à Paris en Avril 1998 avec Immortal.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire