Ethereal Tomb

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nocturnus
Nom de l'album Ethereal Tomb
Type Album
Date de parution Décembre 1999
Style MusicalDeath Progressif
Membres possèdant cet album68

Tracklist

1.
 Orbital Decay
 04:54
2.
 Apostle of Evil
 04:09
3.
 Edge of Darkness
 04:52
4.
 The Killing
 05:25
5.
 Search for the Trident
 07:40
6.
 Paranormal States
 04:10
7.
 The Science of Horror
 06:47
8.
 Outland
 04:18

Durée totale : 42:15


Chronique @ Fabien

03 Septembre 2007
Auteur des intemporels The Key & Thresholds, Nocturnus se sépare prématurément en 1993, avant la sortie d’un dernier EP chez Moribound Records, faute aux tensions internes insupportables et au manque de soutien de son label Earache Records. Heureusement en 1999, pour le plus grand bonheur des deathsters, le formidable duo de guitaristes & solistes Davis / McNenney et le claviériste Louis Panzer redonnent corps au groupe, complétant le line up avec Rick Bizarro à la batterie et Emo Mowery (déjà bassiste sur le EP éponyme de 1993) à basse et au chant. Misant sur la formation floridienne, le label français Season Of Mist lui offre un contrat, se concrétisant par l'enregistrement et la sortie d'Ethereal Tomb à la fin de la même année. Aucun nom n’apparaît toutefois sur l'album et le nouveau batteur se cache derrière un masque à gaz, tentative de mystification pour gommer le départ de Mike Browning, selon les propos de l'ex-frappeur et fondateur.

Dans la lignée de ses précédentes réalisations, Nocturnus propose un deathmetal technique et plus progressif, dominé par les jeux complexes et les soli vertueux de Davis & McNenney, le tout saupoudré de discrètes nappes de claviers de Lou Panzer. A l’atmosphère moins lourde et plus éthérée, Ethereal Tomb délaisse le côté occulte de The Key et les ambiances futuristes de Thresholds, au profit d'une atmosphère plus feutrée, parfois planante, à l’image l’envoutant morceau Search for the Trident ou de l’instrumental Outland, aux pointes mélancoliques.

Toutefois, Ethereal Tomb peine parfois à décoller, abusant de rythmes lents, sur le chant guttural profond mais trop linéaire d’Emo Mowery. L'ensemble manque par exemple de quelques passages plus agressifs qui, en opposition au climat instauré par les claviers, apportaient pourtant le mordant des précédentes réalisations, tel un nerveux Lake of Fire sur l’invincible The Key ou un entraînant Artic Crypt sur Thresholds.

Bon album, sans toutefois recréer pleinement la magie des débuts, Ethereal Tomb affronte injustement un échec commercial, poussant hélas le quintette floridien à une seconde séparation, qui semble cette fois-ci définitive. Pourtant, au fil des écoutes, l'album révèle une véritable richesse d’écriture et dégage une atmosphère particulière, tantôt lourde, mélancolique ou apaisante, permettant au fan de Nocturnus de s’évader certes un peu moins loin, mais de rêver une fois encore.

Fabien.

5 Commentaires

12 J'aime

Partager
adamp1 - 15 Septembre 2009: Il faut que je rectifie juste un poil le tire à mon sens
Cette album est super pour tout les fans de métal posée et réflechis
C'est sur que c'est pas l'album idéal pour du blast et du brutal
Donc je le vois plus dans le même registre qu'un Grin de Coroner
Il n'y a que trop peu de galette de cette qualitée, en tout cas c'est ma came!!! donc si vous en connaissais laisez moi un message;)

Mais sur cette album la musique respire et est utilisé avec beaucoup de finesse donc je conseil cette album vivement
pour resumer je suis d'accords avec toi Fabien sur plusieurs point mais pas sur la mollesse, c'est juste pas bourrin(tournure de phrase pour dire moux avec de la poesie ah,ah!!)
Fabien - 18 Septembre 2009: Si dans le fond, mon appréhension et ma notation d'Ethereal Tomb reste inchangées, la rédaction redigée il y a deux ans ne me convenait plus dans la forme. Mes mots était particulièrement mal choisis pour décrire mes émotions, envers cet album que j'apprécie toujours, depuis maintenant 10 années.

Ainsi, repensé depuis ton juste commentaire, ce texte remanié correpond désormais mieux au message initial que je désirais faire passer.

Je te rejoins également lorsque que tu écris que le manque "d'agressivité" d'Ethereal Tomb n'est pas un vrai problème. Cet album posé s'écoute simplement dans un état d'esprit différent, ayant suffisament d'atouts pour transporter l'auditeur. Relativement, j'essaie en fait d'expliquer l'echec du disque à sa sortie, qui subissait implaccablement la comparaison avec ses illustres prédécesseurs. D'avant-garde, Nocturnus avait placé la barre tellement haut au début des années 90...

Encore merci pour ton commentaire.
Fabien.
adamp1 - 18 Septembre 2009: je pense que pour expliqué l'echec, il faut cherché la même cause que grin de coroner

a savoir que beaucoup de métalhead se retrouve dans l'agressivité du métal et que donc un album qui ne rejette pas vraiment cette émotion à moins de chance de passer

les premiers Nocturnus sont légendaires car ils sont plus brute et violent alors que celui là n'inspire pas cette émotion


dommage pour nous fan de cette musique(entre autre)

car comme je te disais fab je trouve peu de galette ayant cette qualité



En tout cas je suis souvent d'accords dans ton travail de chronique

a
VargBakken - 13 Octobre 2011: Un album à éviter car il n'apporte rien de réellement intéressant.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire