End of the World

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Ravenlight
Nom de l'album End of the World
Type EP
Date de parution 28 Septembre 2018
Style MusicalPower Symphonique
Membres possèdant cet album4

Tracklist

1.
 Words Unspoken
Ecouter03:54
2.
 The Wild Hunt
Ecouter04:22
3.
 End of the World
Ecouter03:51
4.
 Where the Stars Grow
Ecouter04:52

Durée totale : 16:59

Acheter cet album

Ravenlight



Chronique @ ericb4

03 Octobre 2018

Un délectable mais conventionnel message musical...

Nouvel entrant dans un registre déjà surinvesti, mais conscient des enjeux d'un tel investissement, le jeune duo irlandais originaire de Belfast entend relever le défi de s'imposer sur la nouvelle scène metal symphonique à chant féminin, au même titre qu'Elvellon, Beyond The Black, Once et Sleeping Romance. Aussi, dans un tel champ de turbulences, constamment réalimenté en formations de tous poils, dont quelques loups aux dents longues et bien aiguisées, nos acolytes n'ont-ils pas attendu bien longtemps pour se lancer dans l'arène, et ce, non sans prudence et dans un même souci de faire entendre leur voix...

En effet, cofondé en janvier 2018 par la mezzo-soprano Rebecca Feeney et le multi-instrumentiste John Connor, le combo nous octroie à peine deux mois plus tard un premier et tubesque single dénommé « Where the Stars Grow ». Titre qu'il inclura dans cet introductif EP 4 titres intitulé « End of the World » ; menue auto-production n'excédant guère les 17 minutes et témoignant déjà d'une qualité d'enregistrement difficile à prendre en défaut. Ce faisant, le duo officie dans un power mélodico-symphonique à la fois dynamique, troublant et fondant, dont les influences de Nightwish (première mouture), Xandria (troisième période) et Ancient Bards ne sauraient être éludées.

C'est sur des charbons ardents que démarre notre périple, dans une ambiance à la fois pimpante, enivrante et feutrée. Ainsi, au regard de ses refrains immersifs à souhait, mis en habits de lumière par les chatoyantes volutes de la belle (rappelant tour à tour Melissa Ferlaak (Plague Of Stars, ex-Visions Of Atlantis, ex-Echoterra...) et Dianne van Giersbergen (Ex Libris, ex-Xandria)), l'accroche s'opérera d'un battement d'aile sur « Words Unspoken ». Evoluant dans l'ombre d'un Nightwish estampé « Oceanborn », ce vibrant et gracieux up tempo, véritable hit en puissance, se dote parallèlement d'enveloppantes nappes synthétiques et d'un fin legato à la lead guitare.

Lorsqu'ils accélèrent un tantinet la cadence, sans pour autant viser les charts, nos compères parviennent non moins à encenser le tympan. Ce qu'ils nous prouvent à l'aune de « The Wild Hunt » et « End of the World », deux toniques et galvanisantes offrandes power symphonique à mi-chemin entre Xandria et Ancient Bards. Dotée d'un léger tapping, disséminant un riffing ondulant et martelant, l'instrumentation de chacune de ces deux pistes se double de stupéfiantes montées en puissance et d'un subtil solo de guitare. A la maîtresse de cérémonie, eu égard à ses magnétiques inflexions calées dans les médiums, d'achever de nous convaincre de poursuivre notre traversée jusqu'à la note ultime de ces tempétueux et mélodieux méfaits.

Mais c'est dans ses moments plus en retenue que l'impact émotionnel s'avérera le plus puissant de l'opus. Ainsi, la petite larme au coin de l'oeil ne pourra que malaisément être esquivée sur le confondant mid tempo « Where the Stars Grow » ; tubesque et ''nightwishienne'' proposition que n'aurait nullement reniée le maître inspirateur lui-même. Aussi, couplets finement ciselés et refrains enchanteurs s'enchaînent sereinement dans cet espace ouaté. Témoignant d'une mélodicité certes convenue mais ô combien hypnotique, ce délicat message musical poussera assurément le chaland à une écoute en boucle.

Pour un premier essai, le duo irlandais s'en sort avec quelques honneurs, délivrant une œuvre à la fois vitaminée, sensuelle et proprette, apte à éveiller d'authentiques plaisirs. On aurait peut-être souhaité davantage de diversité atmosphérique, rythmique et vocale (duos mixtes, choeurs...), des exercices de style plus variés (ballades, fresques, instrumentaux...) et l'une ou l'autre prise de risque, ici aux abonnés absents, pour un recueil plus large de l'adhésion. Par ailleurs, en dépit d'une technicité de bon aloi et de ses louables qualités mélodiques, le projet devra se nourrir d'harmoniques moins classiques, plus personnels encore, voire d'un zeste d'originalité, pour espérer voir le duo irlandais se démarquer de la féroce concurrence continuant d'agiter ce registre metal. Mais nos acolytes ont encore bien le temps d'affûter leurs armes. Wait and see...

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Ravenlight