Diminishing Between Worlds

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Decrepit Birth
Nom de l'album Diminishing Between Worlds
Type Album
Date de parution 29 Janvier 2008
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album105

Tracklist

1. The Living Doorway 04:23
2. Reflection of Emotions 04:16
3. Diminishing Between Worlds 03:52
4. Dimensions Intertwine 03:45
5. The Enigmatic Form 03:16
6. A Gathering of Imaginations 04:08
7. Await the Unending 04:30
8. Through Alchemy Bound Eternal 03:52
9. ...And Time Begins 05:20
10. Essence of Creation 06:34
11. The Morpheus Oracle 00:54
Total playing time 44:50

Chronique @ Fabien

12 Mars 2008
Depuis ces dernières années, sous l’impulsion de Necrophagist, Psycroptic ou Spawn Of Possession, la scène brutaldeath internationale est en pleine effervescence, débordant d’imagination afin apporter de nouvelles sonorités, en repoussant sans cesse les limites de la technique, tout en conservant sa pureté. La scène californienne, berceau d’une pléthore de formations death talentueuses, n’échappe ainsi pas à cette règle, à l’instar des récents efforts d’Odious Mortem, Brain Drill ou Decrepit Birth.

Ce dernier se débarrasse en effet de ses influences Suffocation trop marquées sur le néanmoins bon ...And Time Begins, évoluant étonnamment grâce à l’aération et la variation de son style, pourtant particulièrement brutal. Suite au départ de Tim Yeung & Derek Boyer (Hate Eternal, Suffocation), Matt Sotelo & Bill Robinson recrutent parallèlement KC Howard (Odious Mortem), l’un des batteurs death actuels les plus intéressants de la scène californienne, aux côtés de son homologue Marco Pitruzella (Brain Drill). Sous forme de trio, Decrepit Birth s’embarque ainsi aux Legions Recordings Studios, sous la coupe de Sotelo en personne, débouchant sur la sortie de Diminishing Between Worlds chez Unique Leader, en ce début d’année 2008.

D’emblée, l’album impressionne par la clarté et la précision des rythmiques d’Howard, servant de moteur aux riffs techniques et atypiques de Sotelo, qui brille par la richesse de son répertoire, et sa dextérité à la basse et aux guitares. Maîtrisant son sujet, Decrepit Birth enchaîne ainsi les titres avec aisance et équilibre, imposant ses riffs techniques, et débordant sur une multitude de soli de guitares et de basse vertueux, à l’image des remarquables Living Doorway ou Dimensions Interwine.

En outre, Diminishing contient de nombreuses touches acoustiques et écarts jazzy délectables, enrichissant son atmosphère, depuis l’éponyme Diminishing jusqu’à l’instrumental Gathering Of Imaginations, que Cynic n’aurait pas refusé sur son précieux Focus. Difficile d’accès de prime abord, l’album prend toute sa dimension au fil des écoutes, n’affichant que le seul défaut du chant guttural de Robinson, un brin monocorde, qui se rattrape en revanche par la justesse de ses paroles, sur un concept ésotérique & astral intelligent.

Au-delà d’un patronyme banal et d’une pochette de Dan Seagrave réussie mais stéréotypée, Diminishing Between Worlds cache un deathmetal de force et de caractère, possédant la classe d’un album d'Atheist et la brutalité pure d’un Immolation. En cette année 2008, Decrepit Birth se hisse ainsi parmi les formations les plus intéressantes et les plus techniques de la scène brutaldeath du moment.

Fabien.

7 Commentaires

17 J'aime

Partager

sijj - 16 Mars 2008: Excellente chronique Fabien, certains diront comme d'habitude, qui met bien en valeur le fait que cet album est très nettement meilleur que le premier, terne et linéaire. Une nouvelle tuerie technique et brutale venue des US, preuve que les groupes de là-bas n'ont pas l'intenton de se laisser faire par les nombreux et talentueux groupes européens du moment, Kronos et Necrophagist en tête. Tout cela est bon pour nous et pour le death.
KRegoR - 30 Octobre 2008: ok j'ai pris la claque du siècle, rien a ajouter 19 sur 20 ( le point de moins pour les défauts : voix monocorde; prod pas assez puissante; et pochètte )
Wyndorel - 11 Décembre 2008: Excellent album auquel je n'accorde aucun reproche notoire, car ceux cités dans la chronique ne me paraissent pas en être, la voix étant tout à fait adéquate et son côté monocorde n'a rien de lassant à mon sens. Quant à la pochette elle est sublime (pourquoi lui reprocher d'être typée?!) et le patronyme... est un patronyme.

Quant au premier album il est très compact et je rejoins tout à fait cette remarque sur le manque littéral d'oxygène qui lui donne une consistance très particulière, malgré qu'il soit plutôt conventionnel.
Fabien - 17 Mars 2009: Diminishing fait effectivement partie des bonnes surprises de l'année 2008, comportant ces touches jazzy fort délectables, au même titre que le très bon Servile Insurrection de Severed Savior.

Dans le même registre, je n'ai toujours (et honteusement) pas chroniqué l'album Aeons Past d'Element. Ce groupe californien fait également partie de ces formations brutaldeath techniques incluant ces accents à la Atheist plus qu'appréciables.

Fabien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire