Deformity

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Illidiance
Nom de l'album Deformity
Type EP
Date de parution 24 Décembre 2013
Style MusicalCyber Metal
Membres possèdant cet album5

Tracklist

1. Deformity 03:59
2. Boiling Point 03:43
3. Urbanized 04:47
4. Let It Bleed 03:41
5. Moments of the Fall 05:27
Total playing time 21:37

Chronique @ Matai

06 Janvier 2014

Les amateurs du genre ne seront pas déçus du résultat

Ce n’est plus vraiment ce que c’était. Dans le passé, les membres portaient des tenus futuristes et présentaient une imagerie particulièrement cybernétique. Désormais, nous les voyons cheveux au vent tel un boys band à minettes. Il faut dire que les Russes ont une très forte cote de popularité dans le monde du metal moderne/indus. Evoluant d’un cyber black symphonique à un cyber metal plutôt pop sur les bords, la bande a tourné avec les plus grands (Rotting Christ, Thy Disease, Deathstars) et s’est octroyé les faveurs des agences de réservation de prestige (Sybreed, Behemoth, Septic Flesh). Illidiance est loin d’être un premier venu et le prouve régulièrement avec des titres très pros et tranchants comme des rasoirs.

En ce moment, les musiciens mettent à l’honneur leur nouvel EP, trois ans après leur dernier album « Damage Theory » et leur plus récent single « Neon Rebels ». La recette principale n’a pas changé d’un iota. Nous écoutons toujours un groupe alternant les vocaux hurlés/clairs, mettant en avant une ambiance futuriste, intégrant des samples cybernétiques et mécaniques, et plaçant des riffs acérés aux moments les plus opportuns. L’ensemble des cinq titres ne déconne pas tant que ça par rapport à leurs morceaux précédents puisqu’on retrouve bel et bien une continuité, ne serait-ce qu’avec l’éponyme « Deformity » ou « Boiling Point ».

En revanche, la différence réside dans la façon dont Illidiance a complexifié et diversifié sa musique. Il ne se contente pas toujours d’intégrer des titres directs et classiques, avec couplets agressifs et refrains mielleux. Il met en lumière d’autres influences dont le djent sur le premier morceau et ces saccades répétitives ainsi que d’autres sonorités électroniques, plus fouillées, comme sur « Urbanized » et sa rythmique efficace et déstructurée. Les samples et la batterie semblent d’ailleurs plus en osmose, un duo imparable comme le prouve « Let It Bleed ».

L’EP « Deformity » semble montrer qu’Illidiance a d’autres choses à nous proposer, même s’il ne met pas de côté les éléments qui ont fait de lui ce qu’il est actuellement (le cyber à profusion, le côté pop…). L’ensemble est plutôt encourageant pour la suite et même attractif pour les amateurs du genre, qui ne seront pas déçus du résultat. Sa place dans le saint trio des plus gros groupes cyber metal (avec Sybreed et Neurotech) n’est donc pas usurpée.

8 Commentaires

6 J'aime

Partager

Celldweller55 - 08 Janvier 2014: Question de point de vue, j'avais pas accroché aux albums précédents
Jeromelegnome - 09 Janvier 2014: Leur seul album que j'aime et que je trouve terrible c'est Nexaeon. Je déteste les voix claires dans les derniers morceaux et franchement dans un style très proche le dernier Lyfthrasyr est largement au dessus, il est terrible!
Matai - 09 Janvier 2014: Je suis pas non plus une grande fan de leur voix claires mais ça passe quand même dans l'ensemble. Ceci dit je te rejoints, "Nexaeon" est une grosse tuerie.
aigle22 - 09 Janvier 2014: Personnellement, c'est pas les voix claires en elles-même qui me dérangent, c'est la façon dont elles sont utilisées. C'est trop mielleux, trop lent, ça colle pas à la musique et leur morceaux perdent toute leur puissance. Alors que les voix claires sur l'EP Synthetic Breed étaient un peu plus dynamiques et collaient mieux à leurs morceaux. Et je suis d'accord pour Nexaeon, c'est de loin leur meilleur album.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire