Decipher Vol.2

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Neurotech
Nom de l'album Decipher Vol.2
Type EP
Date de parution 30 Septembre 2012
Style MusicalCyber Metal
Membres possèdant cet album13

Tracklist

1. Let the Healing Begin
2. The Race to Recovery
3. Clouded Mind
4. Is the Sunrise Coming
5. Unconditional
6. This Is the New Age
7. A Separate Way

Acheter cet album

Neurotech


Chronique @ Matai

08 Octobre 2012

Ce deuxième volume est comme une parenthèse, un projet peut-être moins ambitieux, mais touchant et superbement composé

Il serait redondant de présenter de nouveau Neurotech et son maître à pensée, Wulf. Depuis quatre ans maintenant, le jeune homme enchaîne les sorties de qualité et se place parmi les meilleures formations d'indus/cyber. Après un premier full length abouti, un « BSP » épique et symphonique et un « Decipher Vol. 1 » en demie teinte, place maintenant à la suite de la série des Decipher.

Même si les morceaux les composant font partie des titres ayant été mis de côté lors de l'enregistrement de « Antagonist », certains ont été retouchés et recomposés afin de présenter une évolution logique. Point de compilation des titres les moins bons pour ce « Decipher Vol. 2 ». Wulf nous offre sept titres situés dans un univers et un style musical précis. On amorcerait même un retour aux sources, à l'EP « Transhuman », donc, avec ce côté plus pop. D'ailleurs, on ne manquera pas de retrouver plusieurs titres qui auraient pu figurer sur ce premier EP.

Afin de trancher avec l'aspect inachevé et atmosphérique du premier volume, Wulf enchaîne les morceaux cyberpop. Il faut dire que beaucoup de groupes metalliques tendent à adopter le pop à des fins plus ou moins justifiées, que ce soit le metal symphonique des derniers Within Temptation ou Delain, ou le cyber d'Illidiance pour ne citer qu'eux. Neurotech s'oriente dans cette direction pour le moment et il faudra donc apprécier les rythmes dansants, les mélodies gentillettes et les chants féminins.

En effet, Wulf a mis le paquet sur le chant doux et atmosphérique de la chanteuse et actrice Tanja Ravljen. Il faut dire qu'elle est au premier plan et qu'elle monopolise tous les titres ou presque, aussi bien sur les couplets que sur les refrains. D'un côté, mélangé à cet ensemble proche de la synthpop, le rendu est plutôt intéressant, si bien qu'on n'a pas vraiment l'impression d'avoir à faire à du metal. Les guitares sont plus discrètes et restent principalement étouffées par la dose massive de claviers et d'arrangements atmosphérico-symphoniques. L'électronique joue beaucoup dans l'élaboration des titres, conservant ce côté cybernétique malgré une approche bien plus pop. Quant à la voix de Wulf, elle n'aura jamais été autant pervertie par le synthétique, si bien qu'on a plus l'impression d'entendre un robot s'exprimer.

L'avantage avec cet EP, c'est qu'on sent une évolution et non une stagnation comme sur le Volume 1, dont les titres, plus ou moins bons, rappelaient fortement « Antagonist ». Ici on a un peu un mélange de tout ce qui a été fait jusqu'à présent, avec de belles nouveautés au niveau des chants et du type d'ambiance. En outre, « Let the Healing Begins » est plus qu'une introduction. C'est un titre de bienvenue, une plongée dans l'atmosphérique, une invitation à une cure de cyberpop metal, comme nous le suggère la voix de Wulf (« Welcome to Decipher Vol. 2 »).

On peut être vite désillusionnés par le changement catégorique de style. Ce manque de panache dans les guitares, l'omniprésence du chant féminin, le côté pratiquement techno de certaines parties. On retrouve tout de même la marque de fabrique de Neurotech, à savoir les atmosphères, l'abondance de mélodies à la fois belles et pessimistes, et la puissance des choeurs, comme sur « A Clouded Mind », efficace et magnifique, qui tranche littéralement avec l'insupportable « A Race to Recovery ».

Tandis qu' « Is the Sun Rise Coming » propulse l'auditeur dans un paysage paradisiaque, telle cette pochette loin d'être aussi synthétique et déshumanisée que les productions précédentes, « Unconditional » rappelle la période de « Transhuman » et notamment le titre « Nex ». Il possède la même rythmique ainsi qu'un schéma quasi similaire, sans oublier l'alternance chant masculin/chant féminin pris dans un cyber popisé. Pour la petite anecdote, « Unconditional » faisait partie des premières chansons écrites pour « Antagonist » mais a été ensuite remplacée par « The Sky Is Always Open ».

Pas de surprises concernant la suite de l'EP, tout reste dans le même acabit, c'est à dire un mélange de cyber atmo et de cyber pop. N'attendez pas quelque chose de très rapide ou de très agressif. Ce deuxième volume est comme une parenthèse, un projet peut-être moins ambitieux, mais touchant et superbement composé, pour un one man band ouvert d'esprit et presque romantique.

9 Commentaires

6 J'aime

Partager

Cannibal_Ferox - 09 Octobre 2012: Moi j'ai bien aimé, c'est hyper plannant et envoutant. La voix de Tanja est superbe. Le seul truc qui m'a littéralement tappé sur les nerfs c'est les effets electronniques dans la voix de Wulf, alors là c'est complètement abusé, d'autant plus que ça voix est très bien en temps normal. Et j'avoue que j'ai tout de même hâte à un peu plus de violence (en attendant Decipher vol.3, je vais aller me faire tabasser par Deathharmonic tient).

Et Merci pour ta chronique :)
Matai - 09 Octobre 2012: Deathharmonic qui a sorti un nouveau single avant de préparer le nouvel opus ;)
Cannibal_Ferox - 09 Octobre 2012: Je sais que je vais être complètement hors sujet par rapport à Neurotech, mais juste pour être certain, Matai, le nouveau single de DeathHarmonic, c'est bien le truc super malsain qui s'apelle Big Red Machine ? Sinon, alors là il va falloir que tu m'éclaire...et pour un nouvel album, alors là tu m'en apprends toute une !!!
Matai - 10 Octobre 2012: Il s'agit bien du truc malsain qui s'appelle "Big Red Machine". Attends toi à du costaud avec le nouvel album!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire