Darkness Walks Beside Me

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Black Sun Aeon
Nom de l'album Darkness Walks Beside Me
Type Album
Date de parution 27 Mars 2009
Style MusicalDeath Gothique
Membres possèdant cet album37

Tracklist

1. Chapter 1. (A Song for the Introduction)
2. Chapter 2. (A Song for my Wrath)
3. Chapter 3. (A Song for my Demise)
4. Chapter 4. (A Song for my Sorrow)
5. Chapter 5. (A Song for my Weakness)
6. Chapter 6. (A Song for this Winter)
7. Chapter 7. (A Song for my Illness)
8. Chapter 8. (A Song for my Funeral)
Bonustrack:
9. Chapter 9. (A Song for the One Who Passed Away 4.9.2008)

Acheter cet album

Black Sun Aeon


Chronique @ Exyel

23 Janvier 2010
La vie, contrairement à ce que l’on dit, n’est pas un long fleuve tranquille. Chaque période que l’on passe sur terre est faite d’épreuves à surmonter. Comme si une force supérieure avait décidé de nous tester inlassablement, aux grés de ces envies les plus psychédéliques et malsaines. Cette entité est toujours présente, où que l’on soit, où que l’on aille, elle reste derrière nous et guette l’instant propice pour frapper et nous couvrir de son linceul maudit.

Tuomas Saukkonen apparaissant dans plusieurs projets (Before The Dawn) a décidé de s’intéresser et de donner vie à des pistes évoquant chacune des sentiments et des périodes distinctes parsemant la vie de tout individu.

Black Sun Aeon va, sur chacune des pistes de l’album, vouloir nous emporter dans la noirceur mais en mettant à chaque fois un seul sentiment en avant.
On peut par exemple citer « A Song For My Wrath » qui sera la piste la plus violente, empreinte de colère envers le monde entier et au contraire « A Song For This Winter » qui sera emprunt de mélancolie et de regrets. Regrets de toutes ces choses que l’on peut avoir envi de mener à bien, mais finalement le temps nous rattrape et nous empêche d’accomplir nos rêves.

Le concept ainsi donné peut paraitre relativement simple mais le doute sur la qualité de chaque piste peut survenir. Et force est de constater que l’album est de bout en bout prenant.
Les pistes sont toutes variées et le concept de l’album est véritablement bien respecté du début à la fin.
Les musiciens sont tout à fait excellents. La guitare sonne de façon impeccable tout au long de l’album et nous délivre des riffs mémorables : « A Song For The One Who Passed Away ».
La basse donne une impression de lourdeur à l’album, alliée à une batterie remplissant parfaitement son office, cela donne une qualité instrumentale des plus remarquables et qui fait mouche à chaque fois.
Du coté des vocaux, là encore, rien n’est à jeter. Que ce soit les vocaux extrêmes ou clairs, chaque intervention est parfaitement maitrisée et offre une nouvelle dimension aux pistes.
Les vocaux extrêmes ont divers facettes, on peut par exemple trouver du death sur « A Song For My Demise ». Les chants clairs ont été donnés au bon soin de Mikko Heikkilä qui apporte énormément à certaines chansons (A Song For My Sorrow) et donne l’effet de musique plus simple à assimiler tout en restant complexe.

Black Sun Aeon ne vas pas se contenter d’une maîtrise technique parfaite de chaque instrument. Ici la technique est au service de la qualité et se fait gage de diversité. Les genres explorés dans cet album son nombreux.
Même si l’album est clairement à classer parmi le Dark Metal ,on peut par exemple penser à du doom pour le coté lourd et pachydermique de certains passages (A Song For My Funeral).
Des relents gothiques (part le chant clair) et un coté black peuvent être eux aussi mentionnés même si cela passe plus de par les émotions transmises que d’une réelle volonté de Tuomas Saukkonen à en faire (A Song For My Weakness).
Un coté progressif est quant à lui présent tout au long de l’album, et se fait entendre sur chaque piste.
On peut aussi noter le fait que les breaks ont quasiment tous un coté symphonique, qui bien que quelque fois limites, sont assez plaisants.

« Darkness Walks Besides Me » est un album magnifique, froid et d’une noirceur quasi-palpable.

Effet pervers d’une métempsychose dégénérée, même la mort perçue comme salvatrice et échappatoire, se révélera finalement comme un passage imposé au sein d’une spirale immuable.
Quoique l’on fasse, les ténèbres resteront et existerons toujours derrière nous, produit résultant de la folie autodestructrice intrinsèque à l’homme, dont on ne peut se défaire.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
dialgirex - 08 Juin 2010: Merci a toi. Je ne connaissait pas du tout ben je vais reparer cette erreur pas plus tard que tout de suite.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire


Albums en Death Gothique