Children of the Dark Waters

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Eternal Tears Of Sorrow
Nom de l'album Children of the Dark Waters
Type Album
Date de parution 15 Mai 2009
Style MusicalDeath Symphonique
Membres possèdant cet album105

Tracklist

1. Angelheart, Ravenheart (Act II: Children of the Dark Waters)
2. Baptized by the Blood of Angels
3. Tears of Autumn Rain
4. Summon the Wild
5. Sea of Whispers
6. Midnight Bird
7. Diary of Demonic Dreams
8. When the Darkest Night Falls
9. Nocturne Thule
Bonustrack
10. Sea of Whispers (Acoustic guitar)

Acheter cet album

Eternal Tears Of Sorrow


Chronique @ Horca

05 Septembre 2010
Trois ans après « L’album-retour » du groupe Finnois sur la scène du Death mélodique, voici un bon CD, pour le qualifier dans sa globalité. Ce nouveau chef d’œuvre musical finnois est tout d’abord excellent en façade, je cite donc, une belle pochette monochrome accompagnée d’un titre en accord avec l’image, rien à redire sur ce point là. Pour ceux qui se demandaient pourquoi il était marqué « Angelheart, Ravenheart (act 1) » au dernier titre de l’album de 2006, auront leur réponse au premier titre de ce nouvel opus. Voyons maintenant en détail et en profondeur si ce nouvel album peut répondre affirmatif à ces trois questions : Est-il indispensable à écouter ? Est-il digne des autres albums ? Marque-t-il une évolution quelconque ?
Dans les lignes qui vont suivre, je vais tenter de fournir des réponses mais surtout « mes » réponses, cette chronique est un avis comme un autre après tout.

« Children of the Dark Water », c’est une ambiance gothique par excellence, une atmosphère démoniaque et enchanteresse à la fois. Que ce soit ici ou ailleurs, j’ai toujours trouvé qu’EToS a un talent assez spécial pour combiner ses instruments. Tout le monde écouterait ces riffs alliant une telle force, une telle vitesse en serait subjugué. Mélodique à souhait, cet album fait honneur à son style. Des introductions et des interludes, voire même quelques soli au synthé sont d’une beauté indéfinissable.

Sur ce schéma de parfait mélange musical, au milieu du synthétiseur enchanteur, de la guitare folle et puissante, de la batterie imposant ce rythme sombre et lumineux, il y a Altti et sa voix criarde certes, mais harmonieuse et ceci dans une maitrise plus parfaite que jamais. La voix suit les instruments comme si elle en était un elle-même. Petite touche héritée de « Before the Bleeding Sun », vous remarquerez la présence de chœur et aussi, de voix claire dans certaines chansons de cet album. En terme de textes, attendez-vous à un contenu gothique à souhait, anges, démons, murmures de la mer, anges déchus, cauchemars, nuits sont les mots clés du coté "chant" d’EToS. L’album s’enchaîne à vos oreilles, magnifique parade musicale qu’est « Children of the Dark Waters ».

Un album reprenant des riffs dignes de « A Virgin and a Whore », certains côtés voix claire et harmonie typique de « Before the Bleeding Sun », je vous présente avec fierté le mélange parfait entre ces deux albums. Sans pour autant détrôner « A Virgin and a Whore », qui pour moi, reste le meilleur album d’Eternal Tears Of Sorrow. Pour finir sur les réponses à nos chères questions, « Children of the Dark Waters » est indispensable à écouter pour les fans du groupe et/ou de Death mélodique, voire même les autres, si vous avez apprécié la description faite de l'ambiance, des thèmes ou encore le mélange paradisiaque que l'on nous propose ; EToS est un monde bien à part après tout. Notre petit dernier égale ses ainés sans trop de mal et ne marque pas forcément une évolution, mais plutôt une concrétisation des hauts faits accomplis par les anciens. Cet album se place aisément au sommet de votre belle tour à CD, sous le signe de la mélodie et de l'inoubliable. Si vous n'aimez pas le métal qui envoie du gros son bourrin, mais qui est néanmoins très recherché, vous êtes à la bonne porte. Attention, une écoute prolongée de cet album peut entrainer une dépendance ...

Un album digne de ce nom, qui pour moi, est à posséder !

8 Commentaires

10 J'aime

Partager

 
meweed - 05 Fevrier 2011: Super chronique Horca, je kiffe cet album... et suis devenu dépendant.. je te dis ça qu'en tant qu'amateur de cet album en particulier. En effet je connais ce groupe que par cet album, je vais essayer de me procurer quelque uns de leur album. Lesquels de leurs albums ressemblent le plus à cette explosion de riffs mélangée à cette atmosphère - si particulière qui allie le maléfique au magnifique - que représente CofDW?
Matai - 17 Mars 2011: Bonne chronique mais il y a quelques points sur lesquels je ne suis pas d'accord...

Tout d'abord, le côté gothique, qui ici n'est pas trop qualifiable. C'est beaucoup plus dans une veine symphonique voire épique, plutôt grandiloquente de ce côté là. C'est sans doute l'aspect black des morceaux qui les rendent plus sombres et plus ancrés dans une ambiance particulière.

Ensuite, tu parles de
vitesse, mais il est clair que ETOS ne fait rien de très rapide, en comparaison avec des groupes tels que Skyfire, rapide aussi bien dans les riffings que dans les envolées aux claviers.

Et finalement, tu n'as pas évoqué l'aspect power metal de la musique, qui est quand même notable. Une alternance entre le melodic death black et ce power symphonique, qu'on entend plus souvent à partir du milieu de l'album avec des voix claires assez représentatives, des narrations à la Rhapsody of Fire ainsi que des riffs atypiques.
Horca - 17 Mars 2011: @Matai

Je trouve que l'ambiance particulière est qualifiable de gothique selon moi, c'est d'ailleurs pour cela que je l'ai mis dans ma chronique.(comme tu cites d'ailleurs: "l'aspect black des morceaux qui les rendent plus sombres et plus ancrés dans une ambiance particulière.) Symphonique je suis d'accord (je viens d'ailleurs de remarquer que je ne l'avais pas mentionné ... étonné de moi-même!), épique en revanche... je n'irai pas jusque là.
Concernant la vitesse, je considère davantage le sens de "vitesse" à partir d'un certains palier de rapidité plutôt que de faire la comparaison avec des groupes misant sur cela (Speed Métal notamment) et par là même faire perdre de l'intérêt au mot. En effet, aucun groupe n'est jugé rapide si on les compare à certains géants de la matière (dont certains que je trouve trop rapide que ça en devient brouillon, mais je dérive du sujet!). La vitesse dont je parle pour ETOS, c'est pour moi ce palier, cette vitesse suffisante, qui apporte un "dynamisme" au morceau et non pas un concours du plus rapide ;).

Du côté de l'aspect Power Metal, je me contenterais de répondre "oui, peut-être" en l'absence de pouvoir dire mieux. Je n'ai probablement pas mentionné le côté Power de l'album du fait de l'ambiance sombre et noire qui se dégage des différents titres. Je n'ai pas ressenti beaucoup de Power dans l'écoute de cet album.

Sinon pour une règle générale, chacun peut avoir une certaine conception, sensiblement différente des autres, lors de l'écoute d'un même album. Cette chronique est le reflet de mon ressentiment.

Mais je suis néanmoins très heureux d'avoir lu ton commentaire très constructif sur ma chronique. C'est intéressant.

Cordialement :)
thaurorod - 11 Avril 2011: moi j'ais connu ce groupe grâce a cet album et j'ais adorer donc je n'arrive pas trop a trouver des défauts, en plus j'adore les solos de gratte
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire