Chaos of Forms

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Revocation
Nom de l'album Chaos of Forms
Type Album
Date de parution 16 Août 2011
Enregistré à Damage Studios
Style MusicalThrash Death
Membres possèdant cet album100

Tracklist

1. Cretin 03:03
2. Cradle Robber 04:25
3. Harlot 02:52
4. Dissolution Ritual 04:37
5. Conjuring the Cataclysm 04:34
6. No Funeral 03:55
7. Fractal Entity 01:43
8. Chaos of Forms 04:30
9. The Watchers 04:12
10. Beloved Horrifier 04:09
11. Dethroned 04:58
12. Reprogrammed 04:03
Bonustrack (Deluxe Edition)
13. Surprise ! You're Dead ! (Faith No More Cover) 02:11
Total playing time 47:01

Chronique @ tomski

03 Octobre 2011

Revocation confirme son talent!

Le groupe Revocation, ayant peu tourné en Europe(le groupe a joué en première partie de Dying Fetus au printemps 2010) et encore méconnu du public français, nous propose un troisième album solide, enregistré dans le Massachusetts par Pete Rutcho (Damage Studios).

Le combo s'est entouré d'un nouveau guitariste, Dan Gargiulo, afin de faciliter le travail de David Davidson, le chanteur et principal guitariste. Vu le style musical endiablé, il était difficile à un seul guitariste d'assurer la guitare rythmique et les soli. Après deux premiers albums remarqués, Revocation, nous propose un troisième opus de très grande qualité et innovant par rapport aux deux premiers. Si Revocation puise dans l'héritage commun du Thrash et du Death Metal, il a su imprimer sa propre marque avec un style de jeu de guitare propre qui parfois donne à sa musique un côté expérimental comme sur Fractal Entity, The Wathers ou même Chaos of Forms. On retrouve dans la musique très énergique du groupe une touche parfois jazzy mais jouée à très grande vitesse. Si le chant s'inscrit dans le style du deathcore, Revocation garde le sens de la mélodie et David Davidson nous livre de très beaux passages y compris hors des soli.David Davidson est certainement l'un des tous meilleurs guitaristes de la planète Metal.

Dès le premier morceau, Cretin, la couleur est annoncée : puissance, rapidité des riffs et mélodie absolue sur les soli. Sur ce nouvel opus, le groupe a soigné les refrains repris en choeur comme sur les morceaux Cradle Robbert, Conjuring the Cataclysm ou No Funeral.

Une fois de plus, les musiciens de Revocation nous prouvent leur grand talent. Alors que la plupart des dinosaures du Thrash s'endorment sur leurs lauriers (j'exclurai Slayer du lot qui avec World Painted Blood nous un livré un grand album), heureusement qu'il existe de jeunes groupes de la pointure de Revocation pour nous surprendre et nous secouer. En conclusion, Chaos of Forms se classe sans aucun doute dans les 10 meilleures productions de l'année 2011. Headbangers, êtes-vous prêts?

8 Commentaires

9 J'aime

Partager

MCGRE - 03 Octobre 2011: Superbe album des riffs de fous un must hé hé .
mayhem13 - 11 Octobre 2011: Maman la dérouillée que j'ai pris en l'écoutant! Mieux que le précédent.
StephDS - 04 Mars 2012: Je ne peux malheureusement pas mettre une note au dessus de 20 a cet album que j’écoute en boucle. Dave Davidson est tout simplement un génie. Je suis d'accord avec Mayhem, les derniers disques sont excellents mais ici on sent que le groupe a atteint une vraie maturité. Je continue de croiser les doigts de les voir en France.
Baal666 - 06 Avril 2018:

Une technicité sans faille ! Un groupe d'une qualité inégalable!!! David Davidson nous étale un thrash death vraiment sympa , plus violent que Sylosis , plus burné que Devildriver !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ cutthroat

23 Mai 2016

Evolution logique.

Formé dans le courant de l'année 2000 à Boston, Revocation se fera rapidement une p'tite réputation auprès des fanas de thrash/death, en même temps c'est mérité. Le groupe, après deux excellents disques dotés d'une technique remarquable, Empire of the Obscene (2008, autoproduction), et Existence Is Futile (2009, Relapse Records), poursuit son chemin sur la même voie, avec toujours le génial David Davidson, petit prodige de la six cordes, prêt à nous abreuver une fois de plus de riffs techniques rapides, et de solos de grande classe à en faire pâlir certains. Pas étonnant d'ailleurs que ce groupe ait été rapidement repéré quand on entend ça.

Pour ce troisième album "Chaos of Forms" (2011) toujours chez Relapse Records, le trio sera rejoint d'un quatrième membre. Le guitariste Dan Gargiulo, qui allégera de ce fait le taf de Davidson, qui, il faut l'admettre, lui fera un bien fou, pas qu'il ne puisse se démerder seul, mais cela permettra surtout d'aller encore toujours plus loin dans la technique et renforcera la puissance (déjà énorme) des compos.

L'enregistrement et le mixage confié à Pete Rutcho aux Damage Studios est impeccable, tout est rendu à la perfection, batterie, basse, guitares, chant, sont d'une limpidité ébouriffante, chaque note, chaque roulement de toms est magnifié par cette prod' en granite. Du très bon boulot !
La cover de son côté est une fois de plus magnifique, et le rendu sur papier glacé du livret très réussi.

Encore une fois Revocation ne fait pas dans la dentelle, le rythme des morceaux est effréné et la preuve en est dès l'ouverture de l'album par le superbe et frénétique Cretin, soutenu par des accélérations de batterie vraiment jouissives. Cradle Robber, second titre et peut-être meilleur morceau de l'album, est également remarquable, d'une technique robuste, et pourvu d'un solo juste énorme, le titre frappe fort.
La suite ne dérogera pas à la règle, les morceaux suivants confirmeront l'étendue du talent des musiciens, technique de malade, breaks succulents, soli démentiels, chant puissant en parfaite adéquation avec l'ensemble.

Le groupe étonne par sa dextérité, et également par son inventivité sur le titre "The Watchers" ou un quatuor de cuivre s'invite à la fête, Davindar Singh (Baritone Sax), Wyatt Palmer (Tenor Sax), Derek Beckvold (Alto Sax), et Nigel Taylor (Trompette) apportant un côté jazzy très sympa, et toujours dans ce même morceau incroyable, un solo d'orgue très 70 (rappelant le son de ceux que l'on trouve dans les vieux Deep Purple pour exemple) réalisé par Pete Rutcho le producteur. Après cet écart fort appréciable ça repartira sur un solo encore une fois superbement exécuté.

Du talent, ça les p'tits gars de Revocation en ont, ils confirment cet état de fait avec "Chaos of Forms" (2011), d'une technique et puissance irréprochables dans leur jeu, et après avoir déjà balancé deux premières bombes dans la gueule de tout le monde, ils nous en re-claquent une troisième en pleine poire, encore plus mâture et technique que les deux autres.
Par contre il est clair et net que certains vont ne voir dans toute cette débauche de technique et de notes que de la pure branlette de manche, et cela leur en touchera une sans faire bouger l'autre, mais pour les autres, foncez, vous ne le regretterez pas.


0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire