Chained

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Crystal Eyes
Nom de l'album Chained
Type Album
Date de parution 21 Novembre 2008
Labels Metal Heaven
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album29

Tracklist

1. Ride the Rainbow 04:51
2. The Fire of Hades 05:56
3. The Devil Inside 03:35
4. Waves of War 05:08
5. Dying in the Rain 04:35
6. Fighting 04:25
7. Shadow Rider 05:50
8. Lonely Ball of Fate 04:31
9. Guardian 03:45
Total playing time 42:36

Chronique @ Chacal

15 Avril 2009
Il aura fallut plus de 15 années d'existence à Crystal Eyes pour qu’un de leurs albums arrive enfin au fin fond du Cantal et atterrisse accidentellement dans ma boite aux lettres. 15 ans d'existence sans que votre humble serviteur n'est jamais ouï-dire un seul mot à propos de cette équipe suédoise ! Halte à cet affront lamentable et voyons l'étendue de mes lacunes …

La première approche n'est pas franchement fantastique : l'artwork de la pochette et la photo de derrière sont mortellement clichés, limite ridicules. La seule chose intéressante est que l'on cible déjà le style musical du groupe. Il semblerait que Crystal Eyes œuvre dans le Power/Heavy.
Allez, arrêtons de jouer à madame Irma : « Let me put my love into you » que j'annonce à mon lecteur CD !
Bon, déjà, pas de mascarade : leur look et leur style musical sont bien en parfaite adéquation car c'est bien de heavy à tendance power dont nous parlons ! Et la bonne nouvelle c’est que la vilaine impression laissée par la pochette est assez vite oubliée lorsque l'on découvre le contenu de cette galette. Non, non, rien de bien nouveau, au contraire même, c'est plutôt old school : pour cibler la chose, la musique de Crystal Eyes se situe entre Hammerfall pour la pointe épique et Héroïc fantasy, avec un soupçon de bonne humeur à la Helloween et quelques astuces made in Maiden pour le fignolage.
Soyons honnête, ça fleur bon le métal teuton qui était très en vogue il y'a quelques années. Même si l'on est loin de révolutionner le style « Chained » reste un album d'un très bon niveau : les compositions sont assez diversifiées en jonglant entre heavy, speed et power, toujours accompagnées de mélodies imparables et de refrains entêtants. Même si la technique n'est pas le fort du groupe, l'architecture des titres est bien travaillée et offre à chaque fois de bons breaks et de bons passages musicaux. Les solo de Paul Pettersson sont tous mélodiques à souhait, toujours au service du titre, sans fioriture ni frime ! Même que, pour une fois, j’aurais tendance à dire que s'il y'en avait eu un poil plus histoire de faire monter la sauce, cela aurait été un plus ! Il suffit d'écouter des titres comme « The fire of Hades », « Waves of war », « Dying in the rain » pour se rendre compte du boulot !
Nico Adamsen, le frontman du combo, apporte une contribution de taille ! En plus d'avoir la voix qui va pile poil avec le style, monsieur ne craint pas de monter, mais tout en maitrise, sans jamais pousser des cris suraigus insupportables. En plus, il a un côté dynamique qui rend la plupart des chansons encore plus entrainantes qu'elles ne le sont déjà, tout en insufflant cette pointe de joie et de bonne humeur. Aucun de doute, ce gars peu m'enrôler dans son fan club quand il veut !
Ajouter quelques « ohohoh » fédérateurs, des pseudos ballades qui se transforment vite fait à l'aide de gros riffs, d'hymnes chevaleresques qui semblent issue d'un champ de bataille ou de ballade épique contant la bravoure des héros et vous avez un bref aperçu du résultat distillé par Crystal Eyes après 15 années d'expérience.
C'est sûr, les influences des musiciens sont palpables sur quelques relents : Blind Guardian (« Gardian »), Helloween (« Wave of War »), Iron Maiden (« Shadow Rider »), Hammerfall sur plusieurs refrain, et alors ? Qui peut prétendre n'offrir que du neuf dans le style ?

Si cet album était sorti 10 ans auparavant, Crytal Eyes ferait sans doute parti des incontournables de notre époque. Aujourd'hui les places au top sont chères et malgré la grande qualité en tout point de vue de cet album (composition et production), je doute de nos amis suédois arrivent à percer alors que cet LP, sans révolutionner le genre, a des atouts incontestables, le premier étant de faire ressentir le besoin à l’auditeur d'appuyer plusieurs fois de suite sur la touche « play » avant d'éjecter le CD !

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire