Blue Screen Planet

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Neurotech
Nom de l'album Blue Screen Planet
Type EP
Date de parution 10 Décembre 2011
Style MusicalCyber Metal
Membres possèdant cet album14

Tracklist

1. Blue Screen Planet Part 1: Axiom 10:05
2. Blue Screen Planet Part 2: Revelation 08:32
Total playing time 18:37

Chronique @ Matai

13 Décembre 2011

Neurotech 3.0: une version encore plus améliorée

Neurotech aura été peu de chose à ses débuts avec la sortie du premier EP « Transhuman » quelque peu timide et incertain malgré une certaine force et une âme. Le maître à penser Wulf aura travaillé d'arrache pied afin que son projet unique naisse comme il se doit, armé de divers instruments et d'ordinateurs, tout en gardant un œil vers l'actualité mais aussi vers le futur. Neurotech, c'est l'expression de l'évolution de l'humanité dans un monde en progression continue, autant écrasé par les avancées technologiques que les expériences en tout genre de l'homme. « Transhuman » était le reflet même d'un univers transformé où tout n'était que machine.

Puis « Antagonist » arriva en mars 2011, plus mature, plus efficace et pêchu, et surtout plus travaillé. Wulf, en véritable génie, avait réussi à instaurer une aura futuriste et mélancolique, tout en privilégiant l'aspect mélodique et atmosphérique, sans toutefois mettre de côté ce sens de la mécanicité. Un véritable pas en avant pour le slovène, devenant sans aucun doute l'entité la plus cotée dans son pays mais aussi dans l'univers du cyber metal aux côtés de Sybreed ou encore Illidiance. Désormais, on ne peut que citer le nom de Neurotech parmi ces formations atypiques, arrivant à instaurer une atmosphère sombre, mécanique, futuriste et agressive au sein de mélodies et de relents pessimistes.

Il était clair qu'après la sortie d'un tel album, le one man band ferait encore parler de lui. Chose faite. Wulf nous offre un merveilleux cadeau de fin d'année avec la sortie d'un nouvel EP « Blue Screen Planet ». Cette fois-ci, on change d'horizon et de monde : nous voilà dans un univers tout en cristaux liquides, parmi toute la magie numérique, les écrans et la technologie. Cette dernière a pris possession de l'espèce humaine, véritable esclave d'un monde faux et stérile devenu froid et vide d'émotions.

Avec cette offrande, on tombe en pleine révolution où les mots atmosphériques et épiques prennent tout leur sens. Alors que « Antagonist » mettait la barre assez haute, « Blue Screen Planet » fait de nouveau un pas en avant, dépassant de loin nos espérances. Comme l'avait dit Wulf : « Antagonist étant une version plus élevée de Transhuman, le prochain opus devrait être une version améliorée d'Antagonist ». Le jeune homme n'a pas menti et ne s'est pas loupé. Il pousse le concept jusqu'au bout, rendant la musique encore plus puissante, travaillée et maîtrisée. L'homme et sa machine...une fusion que l'on peut ressentir au sein de ces deux morceaux longs de plus de huit minutes pour une durée totale de presque vingt minutes. On a beau atteindre la durée d'un « Transhuman », il n'empêche que ce « Blue Screen Planet » mise beaucoup plus gros en matière de développement instrumental et d'ambiances, les deux titres proposés se suivant littéralement. De nouveau, les guitares servent à appuyer la rythmique alors que les claviers ont la place la plus importante. Selon Wulf, « Une musique sans mélodies, c'est ennuyeux ». Et on peut dire qu'il reste fidèle à lui-même : nous avons droit à de merveilleuses mélodies aussi mélancoliques que pessimistes et même lumineuses par moment, à l'intérieur d'un amas de parties orchestrales, de choeurs, de rythmes mécaniques, d'effets électroniques cybernétiques et d'ambiances à couper le souffle.

Axiom

Et non action. Axiom se réfère à un ordinateur et à une opération pouvant aider aux calculs et au développement d'un système d'algorithme. On se retrouve encore une fois au sein de la technologie, et c'est ce point qui est mis en valeur dans la première partie de l'EP. Juste et incroyablement progressif, ce morceau nous narre des événements à travers des passages bien intercalés et finement composés, où la voix rageuse et irrémédiablement plus synthétique de Wulf arrive à nous tenir en haleine à travers ce dédale de mélodies imparables. Le piano, les choeurs et les arrangements purement orchestraux arrivent à apporter une force et beaucoup d'émotions à un morceau on ne peut plus épique et grandiose. Du coup, on se retrouve avec le côté spatial d'un « Eternal » de Samael avec les mélodies si chères à Neurotech, les effets et sonorités électroniques et décadentes de Sybreed, le côté prog de Kalisia, et l'univers impérial, épique et inquisiteur d'un « Conqueror » de Mechina.
La quatrième minute de ce « Axiom » annonce les hostilités avec une agressivité palpable et un fond assez sombre, soutenu par des choeurs furieux indiquant un soulèvement, jusqu'à un break très typé Sybreed sur « The Pulse of Awakening », pour filer droit vers des atmosphères à couper le souffle et un final magistral, puissant, digne d'une BO de film et surtout, ce blast ultime terminant le morceau.

Revelation

Neurotech prend beaucoup plus d'assurance et se permet d'avoir de l'ambition en nous proposant sa première piste instrumentale et sans guitares. Le titre commence là où « Axiom » s'était arrêté en reprenant la mélodie principale, mais en transformant le tout en atmosphérique voire ambient. Wulf arrive à insuffler à cette suite une âme et une force extrême, tout en évitant de tomber dans la grande linéarité. Elle étonne, elle prend aux tripes, tant par les ambiances futuristes et cosmiques que par son rythme mécanique et ses choeurs magnifiques. Subtils, les effets électroniques et ambient rappellent Jean-Michel Jarre, une des influences de Wulf. Le clou du spectacle arrive à 04:48 avec une puissance indéniable et un apport considérable de frissons et d'émotions, dû à ce côté sombre et pessimiste si adapté au concept du slovène. La fin, elle, se veut quelque peu longuette, tout ne peut pas être parfait. Mais ce qui est clair, c'est qu'on n'en ressort pas indemne...

Neurotech est au sommet de son art, offrant finalement un EP peut-être meilleur qu' « Antagonist », plus recherché dans les mélodies, bien que moins pêchu, on ne se situe pas vraiment dans le même registre. En tout cas, on peut clairement affirmer que Wulf y aura mis toute son imagination, arrivant à nous apporter, comme il le disait, une version plus élevée de l'album précédent. On espère que cela se confirme avec le prochain full length, en attendant, certaines formations cyber metal ont de quoi avoir la pression, et cela ne serait pas étonnant quand on voit le travail acheminé derrière tout ça. Du bon boulot.

11 Commentaires

14 J'aime

Partager

VampiricGoth - 13 Décembre 2011: Très bonne chronique, chère Reine du Cyber ;)

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé Antagonist, mais j'ai trouvé cet EP encore meilleur que l'album. Je trouve qu'il y a, comme le dit aussi Mataï, beaucoup de travail, et peut-être plus que sur Antagonist. Si le fameux Wulf continue sur cette voie, il pourrait presque atteindre la perfection dans le domaine du Cyber.
Après, je comprends que certain puisse trouver ça ennuyeux et d'autres magnifique (je suis de ceux là), le tout étant une question de gout, les férus de "brutalité" et de rapidité ou de dynamisme ne vont pas forcément s'y retrouver, quant aux amateurs de symphonies, aimant aussi les musiques atmosphériques avec des ambiances particulière y trouveront leur compte sans problème...
Bloodyrain77 - 14 Décembre 2011: Absolument magnifique en tous points, j'ai été envouté direct par les deux zic de cette EP. Antagonist était déjà géniale mais là l'ajout de la double pédale et de symphonie plus présente donne vraiment une intensité incroyable à la musique de Wulf.
archenemy86 - 14 Décembre 2011: Oui c'est clair je suis d'accord avec toi VampiricGoth !

J'espere qu'un nouvel album va suivre rapidement ! :D
mayhem13 - 15 Décembre 2011: Je ne connaissais pas, je viens de tomber sous le charme! Merci!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire