Audio Secrecy

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Stone Sour
Nom de l'album Audio Secrecy
Type Album
Date de parution 07 Septembre 2010
Style MusicalMetal Alternatif
Membres possèdant cet album197

Tracklist

1. Audio Secrecy
2. Mission Statement
3. Digital
4. Say You'll Haunt Me
5. Dying
6. Let's Be Honest
7. Unfinished
8. Hesitate
9. Nylon 6/6
10. Miracles
11. Pieces
12. The Bitter End
13. Imperfect
14. Threadbare
Bonustracks (Digipack CD+DVD Edition)
15. Hate Not Gone
16. Anna
17. Home Again
+ Making of the Album Documentary
Live at Download Festival 2010
Mission Statement
Made of Scars
Hell & Consequences

Chronique @ Loki_Gates

02 Octobre 2010
On y est ! Corey Taylor et James Root sont de retour avec leur bande de potes et Stone Sour sort son troisième album en cette année 2010, année spéciale pour les deux compères, puisqu’elle est marquée par la disparition de leur ami Paul Gray, avec qui ils avaient partagé la scène et les studios pendant dix ans, dans le groupe Slipknot.
Mais, ici on va parler « d’Audio Secrecy », album qui comme le dernier Slipknot, « All Hope is Gone », a fait l’objet d’un petit coup de pub, puisque Corey et le groupe ont affirmé sortir un album différent, plus personnel, avec une évolution et une certaine maturité…
Au départ, je me suis dit, soyons méfiant, Slipknot avait dis la même chose et le moins que l’on puisse dire c’est que malgré une évolution et un gain en maturité certains, ils étaient bien loin de sortir l’album de l’année.
Je me suis donc hâter d’écouter ce nouveau Stone Sour, et après maintes et maintes réflexion, je me suis décidé de vous le chroniquer en espérant avoir les mots justes pour vous poussez à tendre une oreille sur cet album qui vaut le coup.

Déjà je commencerais par dire que Stone Sour a tenu à sa promesse, en ce qui est une maturité et un album qui marque une évolution. Je m’explique, déjà première chose marquante, on démarre avec l’intro « Audio Secrecy ». Une intro chez eux ? Eh bien oui. Absente sur les deux productions studios précédentes, le groupe a décidé de nous préparer au démarrage de son album, au lieu de l’attaquer brut comme se fut le cas auparavant. Quelques notes de piano bien graves, c’est sombre et des interrogations se posent sur la suite…

C’est le calme avant la tempête, puisque l’on enchaine avec le premier titre « Mission Statement ». Un metal rapide avec une bonne patate, je vais réutiliser mon mot fétiche mais qui résume la situation, c’est bien « percutant et rentre dedans ». Le riff principal de Josh et James est tout simplement nickel, le chant de Corey atteint la perfection, autant dans le crié, que dans le clair, on a donc une chanson accrocheuse et qui nous gratifie d’un petit solo de Root bien sympatoche.
Je ne vais pas continuer un track by track, inutile et trop compliqué à réaliser, puis j’oublierais surement des choses à dire.

On retrouve des chansons dans la même veine qui font le coté « metal » de cet album (Digital, Unfinished, Nylon 6/6…). Je ne suis pas là pour tout vous dévoiler, mais pour vous poussez à le faire de vous-même.

Puis, on a chez Stone Sour, les ballades mémorables que personne n’oublie et qui passe à la télé puis parfois même à la radio. Il y a la très bonne expérimentation « Say You’ll Haunt Me », qui prouve une nouvelle fois que le groupe manie très bien son rock/metal « alternatif », il y a donc possibilité de varier habilement entre un coté agressif et un coté doux. On retrouve aussi la chanson très « love », « Hesitate », hymne aux amoureux qui se posent trop de questions sur leur relations, les choix à faire et j’en passe, puis encore plein d’autres…

Je suis même surpris, que l’album penche plus sur un coté relativement posé et calme, pour certains se sera un point admirable et d’autres resteront sur leur faim.
L’avantage de Stone Sour est qu’ils sont très accessible musicalement parlant, et que même si l’objectif est tout de même de vendre (faut pas se voiler la face !), je suis quand même agréablement surpris par cette nouvelle production plus que propre.
Pour ceux qui ont envie de se procurer l’édition limitée, (comme je l’ai fait moi-même), elle nous gratifie d’un dvd avec un making of, des titres bonus sympa et un tout petit extrait de la performance live du groupe au Download Fest, c’est l’occasion de constater que peu importe, où Corey va, il joue à domicile.

Pour conclure, je peux dire que Stone Sour reste une sur une vague ascendante avec ce troisième opus et il démontre de plus en plus qu’il peut se débarasser de son coté « side project » qui lui colle à la peau, dans l’ombre de Slipknot, pour devenir un groupe a part entière.

Bonne écoute à tous !

LG

24 Commentaires

13 J'aime

Partager

joblo666cobpowns - 10 Octobre 2010: le dernier album de slipknot , contrairement à ce que tu affirme , est excellent et plus émotif que les autres ... ( PS : désolé de parler de Slipknot dans une chronique de Stone sour mais c'est pour réponre au commentaire )
Celldweller55 - 10 Novembre 2010: Je n'ai pas aimé cet album, pourtant j'avais trouvé les premiers pas si mauvais. Certes ça ne volait pas haut mais des titres comme "Get Inside" ou "Reborn" continuent de tourner dans ma playlist. Ici, rien de bon à retenir, des compos peu inspirées, un son trop peu métal parfois, bref une déception pour moi.
hadjordisoap - 31 Juillet 2011: Pour ma part j'ai adoré cet Album !!

Tout commence par une petite Intro tout en douceur avec son petit piano, Puis arrive "Mission Statement" avec son riff de gratte solide, une batterie qui cogne et un Taylor en forme !! En effet notre bon Corey taylor des familles a encore fait des progrés en matière de chant clair ( "Hesitate" ) mais reste tout a fait capable de geuler un bon coup quand le besoin sans fait sentir !! Le batteur reste donc toujours aussi bon et a une frappe vraiment puissante notament Sur "Mission Staement", "Let's Be Honest" ou bien encore "The Bitter End" !!

Les Guitaristes nous servent comme à leur habitude un travail tout simplemnt nickel avec de trés bon solo comme sur "Dying", "Hesitate",
"Mission Statement" et j'en passe.. par contre le bassite est un peu trop absent à mon gout sur cet Album.. enfin rien n'est parfait !!

Aprés l'écoute de cet Album une sensation demeure !! Cet Album est indeniablement plus Rock que les autres !! Est-ce un mal ?? Non, pour ma part j'adore ! Si je veux du Metal avec taylor j'irais voir Slipknot !!! D'ailleurs Corey Taylor a toujours parlé de Stone Sour comme un groupe de Rock et non de Metal !! Bref si le tournant rock s'etait deja remarqué avec le second Opus c'est maintenant une certitude avec ce nouvel Album !!!

Voila voila !! Cet Album m'a pour ma part vraiment séduit !! Plus mature, Plus travaillé et plus recherché en bref la bande à Taylor et Jim roots a un fait un exellent travail je trouve !! J'attends donc un 4éme Album de la même trempe voir mieux encore !!
shadowsarepowerless95 - 14 Avril 2012: Alors très bonne chronique, ça j'ai rien à dire!
Par contre cet album m'a profondément déçu! Je me suis ennuyé d'une force... A part peut-être pendant les 4 premiers titres. Mais à part ça, je trouve qu'il n'y a rien à sauver... Vraiment dommage car leur prédécesseur m'avait énormément plu et j'attendais beaucoup de ce disque... Espérons qu'ils parviendrnt à me reconquérir sur leur prochain méfait ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ bojart

06 Octobre 2010
Quand j’ai appris que Stone Sour, le projet solo de Corey Taylor de Slipknot, avait sortit un nouvel album et que celui-ci avait été produit par Nick Raskulinecz (Deftones, Alice In Chains, etc…), j’étais très curieux de savoir si le groupe allait réussir le fameux virage du troisième opus, une chicane des plus traître ayant entrainé Slipknot sur une pente savonneuse avec l’insipide « Subliminal Verses : Pt 3 »!!! J’ai donc décidé de m’atteler à la chronique de « Audio Secrecy », en espérant qu’il serait meilleur que « Come What(ever)May Come », aussi bon que le premier opus des américains et qu’il permettrait à ces derniers de faire de Stone Sour plus qu’un simple side project…

Tout commence par des notes de piano lentes et douces dans l’intro du même nom que l’album… La douceur avant la tempête ! « Mission Statement » prend le relais avec ses cymbales et son riff de gratte en guise de bienvenue. Les tambours et Corey commence la dance glaciale avec la doublette cymbales/guitare (dont le riff semble bien loin), notre fou chantant n’as rien perdu de sa gouaille, toujours aussi incisive et qui dégage à la fois force et détermination. Ensuite viens le refrain à la fois mélodique et rageur qui, si l’on connait déjà les vocaux de Corey, ne nous étonneront point, toujours égal à lui-même, The Great Big Mouth commence par une base vocale basse pour monter, non dans les aigus, mais vers un chant plus clair. La batterie turbine bien alors que le chanteur crache son venin tout en alternance, rythmé dans les couplets et mélodieux dans le pont et le refrain. Un titre froid, je trouve, mais profitant d’une jolie composition et d’un chant correct (à noter le solo de bon aloi) « Say You’ll Haunt Me », premier single de « Audio Secrecy » est une ballade, typique de Stone Sour (souvenez vous de « Bother » ou « Through Glass »). Ouverte par les tambours de Roy Mayorga et la ligne de basse de Shawn E., elle profite d’un Corey en grande forme et dont la voix a muri depuis l’éponyme de 2002. La compo est sobre mais bien fichue, le refrain est solide avec ces riffs jouissifs de James Root et Josh Rand qui accompagne de fort belle manière Corey. Un morceau vraiment sympa et encore plus lors du pont musical où lead guitar, batterie et basse forment un trio de charme !

Tout débute par un riff de fond dominé par les percus de Roy et une basse robuste, « Nylon 6/6 » est lâché ! Un growl pas si terrible que ça ouvre les hostilités ! Déstructuré dans sa compo, l’instru de ce titre n’en est que plus intrigante… les guitares restent discrètes, les tambours sont tabassés avec soin et Corey Taylor nous nargue avec son chant mid-tempo entraînant. Le refrain est très mélodique et redonne un peu d’agencement à une chanson un peu chaotique malgré la sensation agréable de liberté qu’elle libère… le pont musical est un breakdown plutôt original où le chanteur murmure avec rage sur un set de batterie assez réussi. Bref, un bon morceau de métal mélodique avec des innovations loin d’être révolutionnaires mais toujours plaisant à entendre. « Miracles » est une autre ballade, encore plus douce, où la basse et la gratte de Root guident de très belle façon l’auteur/interprète qui livre ici une prestation des plus touchantes, nous rappelant au bon souvenir u titre « Prelude 3.0 ». Refrain accrocheur, mélodies chatoyantes, rythme lent sans être léthargique, tout est là pour nous séduire et perso, ça marche ! Dans le style où Stone Sour excelle (la ballade romantique), notons « Dying », et son duo chant/guitare acoustique qui marche de suite, pourvu qu’on aime ça. Tout s’emballe ! La cadence s’accélère, la partition de gratte acoustique subsiste et tant mieux ! Le refrain, traditionnel, est annoncé par un vrombissement venant des doubles-pédales et puis…et puis il y a ce délicieux solo de James Root, gratouilleur en chef de Slipknot, qui bien que trop court, reste appréciable. Une énergie communicative s’échappe de cette chanson qui va crescendo dans le tempo et la puissance sonore. « Let’s Be Honest », le titre qui suit, est accrocheur plus par ses couplets que par son refrain. Les guitares ont carte blanche pour un duo trop éphemère, coupé par Corey et un growl gentillet. On sent bien que le chanteur s’est adouci dans ces vocaux sans perdre ni son grain inimitable, ni son rythme vocal très alternatif.

« Digital (Did You Tell) » commence fort grace à son riff véhément et le couple cymbales/tambours… les chœurs du refrain associés au chant du beugleur de Slipknot donnent une impression plus cinglante des progrès de Corey dans le chant mélodique… morceau étrange pourtant car lui aussi un peu décomposé, coincé entre néo-thrash et métal-rock alternatif, un titre ambigu qui ne restera pas dans les mémoires ! « The Bitter End » profite dés le début d’une composition assez originale pour nous garder scotché au morceau, surtout à cause du riff distordu servant surement d’intro à chaque couplets. Le tempo est semblable à ceux que les Knots nous servaient à l’époque de leur troisième album officiel (brr…) mais le fait que Corey Taylor ne gueule plus à nous crever les tympans adoucit cette sensation de déjà-vu, en plus du solo (encore trop court) de James… dommage ! Oui, dommage, car le morceau s’annonce comme un tube en puissance !

Un album vraiment agréable et accessible, articulé autour de davantage de ballades mais qui m’as quand même laissé une impression d’abord de déjà-entendu, et ce, même dans les titres les plus originaux de « Audio Secrecy ». Et c’est vraiment dommage car les deux premiers singles annonçait un disque meilleur que le précédent…finalement, je dirais que c’est l’opus le plus mélodique mais aussi le plus inégal des trois albums de Stone Sour.

Bj

16 Commentaires

4 J'aime

Partager

bojart - 05 Avril 2011: @echoasis : en effet!

Souhaitons que le 4é opus soit pleins de surprises, ça changera!
echaosis - 06 Avril 2011: i agree with you mr bojart !
Celldweller55 - 06 Avril 2011: La tracklist est mal affichée ou c'est juste mon PC ?
bojart - 12 Avril 2011: Nouvel affichage surement ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire