Archangels in Black

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Adagio (FRA)
Nom de l'album Archangels in Black
Type Album
Date de parution 02 Fevrier 2009
Style MusicalPower Symphonique
Membres possèdant cet album196

Tracklist

1.
 Vamphyri
 04:25
2.
 The Astral Pathway
 05:02
3.
 Fear Circus
 03:57
4.
 Undead
 04:39
5.
 Archangels in Black
 05:35
6.
 The Fifth Ankh
 04:41
7.
 Codex Oscura
 09:06
8.
 Twilight at Dawn
 06:22
9.
 Getsu Senshi
 03:40

Bonus
10.
 Fear Circus (Video) (Digipack Edition)
 

Durée totale : 47:27


Chronique @ Julien

22 Janvier 2009
Il faut espérer que la fausse étiquette de sous Symphony X va être enfin décollé d’Adagio. Certes les deux premier opus étaient très largement Néo Classique progressif avec une démonstration technique complexant n’importe quel guitariste. Mais ce temps là est révolu depuis la parution de Dominate. Plus heavy, plus pêchu, plus sombre le groupe explore avec Archangels in Black la même voie que celle de Dominate mais cette fois nous allons plus au fond des choses, là ou la lumière ne pénètre pas……

Le disque s’ouvre sur le très hargneux « Vamphiry ». Le son de guitare est royal et le hurlement du nouveau venu Christian Palin laisse augurer de l’excellent par la suite. La structure de ce titre est somme tout assez classique mais son efficacité et sa technicité sont a toute épreuve. Stephan Forté a mis les bouchés doubles pour que sa musique sonne bien grosse. Ca doit être le sentiment prédominant, ce sentiment que la musique a été gonflée aux stéroïdes pour nous écraser le tympan contre notre cerveau. L’on retrouve tout au long de ce Archangels in Black le mélange entre heavy affûté et musique extrême qui avait fait mouche sur l’opus précédent. C’est donc sans complexe qu’Adagio s’engouffre dans des paysages de black symphonique (noté la qualité des orchestrations sur l’intro du titre éponyme), des passages avec du gros blast (encore sur le titre éponyme décidément excellent), du chant entre death et black très bien sentis comme sur « Twilight at Dawn ». Bref la diversité est au rendez vous. Mais le plus étonnant dans tout cela c’est le très bon équilibre de ses incursions. Toujours pile poil au bon moment, parfois surprenantes, parfois plus convenues mais jamais excessives.
L’on pourra prendre pour exemple la différence entre le très puissant « Twilight at Dawn» et le très classique « Gentsu Senshi ». Ce dernier étant le titre le plus faible de la galette car presque auto parodique. Il aurait du rester le titre bonus qu’il devait être. Bref pour ceux qui cherchent un peu d’Underworld dans cet album il y en aura aussi pour eux avec « Codex Obscura ». Titre le plus long du disque, il démontre que le groupe peut encore faire de belle pièce à rallonge mais ce qui ressort le plus c’est la cohérence sonore plus que celle de l’écriture.
L’accent a été mis sur la production ce qui permet d’identifié au premier coup de médiator le maître a bord Stephan Forté. Lui qui avait annoncé il y a de ça quelques années que ses disques allaient être plus Néo Classique il a bien changé d’avis et je pense que personne ne s’en plaindra. Comme quoi sa musique vient du fond de ses tripes et on aime ça. Les orchestrations sont comme dit plus haut d’excellentes qualités et surtout elles ne sonnent pas carton. Très bien calibrées pour faire des parties symphoniques, de vrais moments épiques à souhait.
Comment parler de ce nouvel album sans parler du nouveau venu. On ne s’attardera pas sur l’épisode Gus Monsanto, les problèmes de managements sont légions et son départ a fait flipper plus d’un fan. Au final c’est le finlandais Christian Palin (Random Eyes, Essence of Sorrow) qui prend numériquement sa place. Son chant est assez proche de celui de Gus et ses capacités collant parfaitement au style désiré par Adagio le choix fût simple. Deux jours pour enregistrer la galette c’est quand même pas mal quand on voit le niveau des compos…..

Au final ce disque plaira à tous les fans qui ont suivis le groupe dans son évolution. En espérant donc que cette étiquette de sous Symphony X va enfin disparaître au profit d’une étiquette plus reluisante d’excellent groupe pouvant rivaliser avec les meilleurs. En tout cas Stephan Forté et ses potes ont tout mis en œuvre pour arriver à leur objectif !!!!!!

21 Commentaires

30 J'aime

Partager

MyLilith - 20 Mai 2012: Le black et le death comme influence, la musique classique (de toute les époques) comme structure musicale, avec un son très symphonique et Heavy. J'adore cet album!!

Les compositions sont parfaites. A écouter avec un petit joint et une bière.
Venenum - 10 Janvier 2013: Tombé dessus par hasard : j'adore !!
Le chant Black/Death fort à propos et donne même une valeur ajoutée aux titres. Paradoxal de dire cela alors que je n'apprécie pas le Black/Death.
Même le piano qui est un de mes instruments haïs, s’insère parfaitement.
Ambiance prégnante !!
Un classique pour moi !
Molick - 05 Juillet 2013: Bien mieux que Dominate, mais le côté sympho de Sanctus Ignis (In Nomine est le meilleur morceau qu'ils aient jamais composé pour moi) me manque quand même un peu.

Après l'album est carrément bon dans son style plus direct. The Astral Pathway est très prenante.
edenswordrummer - 15 Mai 2014: Merci pour la chronique très éclairante! Les premiers album d'Adagio n'ont pas eu sur moi un effet très positif à propos du groupe..mais celui-ci est très accrocheur tout en conservant juste ce qu'il faut de progressif. Les ambiances black sont bien produites et les voix hurlés sont magnifiquement crades.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire