A Band in Upperworld

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Adagio (FRA)
Nom de l'album A Band in Upperworld
Type Live
Date de parution Juin 2004
Style MusicalPower Symphonique
Membres possèdant cet album51

Tracklist

1. Introitus
2. Second Sight
3. Chosen
4. The Stringless Violin
5. From My Sleep... to Someone Else
6. Promises
7. Seven Lands of Sins
8. In Nomine...
Bonustracks (Limited Edition)
9. Panem et Circences (Live)
10. Miss Aeterna (Unreleased Track)
11. Chosen (Demo)
12. The Stringless Violin (Demo)
13. Promises (Video, Recorded live at Lorient, 21/02/2004)

Chronique @ Gyroscope

21 Fevrier 2010
« Paris where are you tonight? », voilà exactement la question que l’on se pose tout au long de l’excellent live A Band in Upperworld d’Adagio. Où était le public ce soir-là, ou plutôt que lui fallait-il de plus pour réagir un tantinet ? Six ans après ressortent les vieux dossiers, ou plutôt les pépites musicales non commercialisées à l’époque dans l’Hexagone, changement de line-up oblige. Ce live marque en effet une époque, où Adagio était passé du groupe qui surprend à celui qui époustoufle, avant que tous ces changements de chanteurs commencent à déstabiliser un peu le solide édifice qui s’était monté à grands coups de Sanctus Ignit puis Underworld. Et dans la continuité de ces deux grands crus, A Live In The Upperworld se serait dégusté avec un plaisir non contenu.

« Introitus » ouvre avec grandiloquence le concert, chose qui devrait avoir un effet dopant sur le public, et pourtant, passées les premières minutes euphoriques de « Second Sight », le soufflé retombe, à l’inverse de la musique. Adagio nous sert en effet un début de show sur-dynamisé, juste dans la technique et magique dans l’ambiance. Qui a dit que les maîtres du genre étaient finlandais ? Ici le clavier n’est pas sans rappeler avec plaisir les débuts de Sonata Arctica, et a su être impeccablement dosé entre une basse puissante et précise de bout en bout et une batterie encore relativement calme par rapport aux opus qui allaient suivre. Stephan Forte, quant à lui, est présent partout, faisant vibrer notre corde sensible sur « The Stringless Violin » ou envoyant de bonnes claques à un public qui réagit peu à peu, mais sans répondre cependant à l’appel enflammé d’Adagio.

Ce n’est pourtant pas faute de communication de la part du groupe, ni d’énergie. La setlist était bien choisie, révélant tout le talent individuel de nos Français, notamment pendant le break de « From My Sleep…To Someone Else », sans oublier l’harmonie de l’ensemble, captivante. L’atmosphère devait être survoltée, d’où l’intelligence de calmer le jeu avec « Promises » en milieu de concert. La ballade, presque acoustique, révèle toute la sensibilité des compositions du groupe, et avant tout le travail réalisé sur les refrains. A ce niveau-là, Adagio est en effet très bon, et peut-être ces chansons moins complexes, moins chargées, marquent-elles plus facilement. A en croire la réaction de la salle, ce titre a fait son petit effet, de quoi recharger les batteries pour les trois morceaux restants, et notamment l’épopée « Seven Lands Of Sins ». Un petit quart d’heure d’envoûtement dans un monde très particulier, qui prouve qu’Adagio a su créer son propre son, en studio comme sur scène.

Vient ensuite ma chanson préférée du groupe -comme une grande partie de la salle semble-t-il- « Panem Et Circenses », et là, une petite déception car la justesse n’est pas toujours au rendez-vous et la fin de concert se fait sentir. Malgré tout, le solo de la mi-temps est savoureux et relance totalement le morceau, sans compter le public qui devient fou, prêt à se déchaîner sur la fameuse « In Nomine… ». La communion se fait enfin, célébrant la qualité du show donné ce soir-là et que finalement peu de personnes ont pu apprécier, mais il n’est jamais trop tard !

Ainsi ce live A Band In The Upperworld balance dans les oreilles du grand Adagio et se laisse écouter avec plaisir, que vous soyez ou non un inconditionnel du groupe. Pleins d’une énergie positive, ces titres ont un effet délicieusement frais et boostant et ont su conquérir un public qui semblait faire son difficile. Alors, pourquoi pas vous ?

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire