Apocalyze

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Crossfaith (JAP)
Nom de l'album Apocalyze
Type Album
Date de parution 07 Août 2013
Style MusicalElectro Metal
Membres possèdant cet album36

Tracklist

1.
 Prelude
 00:28
2.
 We Are the Future
 03:31
3.
 Hounds of the Apocalypse
 03:30
4.
 Eclipse
 03:40
5.
 The Evolution
 03:43
6.
 Scarlett
 03:52
7.
 Gala Hala (Burn Down the Floor)
 04:28
8.
 Countdown to Hell
 03:53
9.
 Deathwish
 03:59
10.
 Counting Stars
 04:31
11.
 Burning White
 03:58
12.
 Only the Wise Can Control Our Eyes
 03:37

Durée totale : 43:10


Chronique @ Paillou

13 Août 2013

Moins metalcore, plus électro: une reconversion hétéroclite assumée.

On l'attendait avec une impatience toute particulière, le voici qui débarque dans les bacs: le troisième full-length des Japonais de Crossfaith, qui entretiennent un rythme de sortie diabolique depuis “Blueprint of Reconstruction” en 2008, écumant également les scènes de leur Japon natal et commençant également à s'exporter au-delà des frontières, en compagnie notamment de Bury Tomorrow, While She Sleeps, Bring Me The Horizon... Après un “Zion” particulièrement réussi, mélange savoureux de metalcore et d'électro, c'est au tour de “Apocalyze” d'attester du potentiel des nippons, plus déterminés que jamais à exporter leur musique sur le marché mondial.

De prime abord, on pourrait qualifier ce “Apocalyze” comme la continuité assumée de “Zion”, déjà de par un artwork similaire (dont seule la coloration change), mais surtout de par une acoustique très identique (on retrouve Machine à la prod', qui avait déjà produit “Zion”), puissante et éclaircie, présupposé indispensable pour couvrir convenablement la musicalité plurielle des Japonais. En effet, plus que jamais, Crossfaith revendiquent une identité artistique qui épouse les contours d'une palette plus diversifiée qu'auparavant. Ce que l'on oserait qualifier comme un gage d'assurance, c'est par exemple cette volonté du quintette de pousser encore plus loin ses influences électro: dès “We Are The Future” l'auditeur se retrouve assailli par l'omniprésence des samples de Tamano Terufimi, oscillant entre touches limpides et d'autres plus emphatiques, à la limite de la dubstep. “Eclipse” choisit pour sa part une tendance plus dance et libertaire, jusqu'à l'incorporation d'un chant clair aux relents très pop, étrange mais qui sied à merveille à la tonalité du morceau. D'une manière plus globale, Crossfaith atteignent un palier au niveau du recours aux sonorités/ambiances électro, toujours juste et surtout (c'est cela qui importe) toujours en appui de la base metal leur musique; c'est le cas notamment sur l’alternance couplet/refrain proposée lors de “Burning White” ou avec l'insurrection instrumentale réalisée sur “Deathwish”.

Une autre innovation majeure proposée sur ce “Apocalyze”, c'est l'apparition de nouvelles expérimentations/idées, imperceptibles auparavant. Ainsi, certains titres nous dévoilent une musique lancinante, voire élégiaque, qui donne à contempler une facette inédite des Japonais, qui s'essaient dans des registres d'avantage orientées vers une certaine intimité: la sonorité cristalline de “Scarlett” est ressourçante, donnant cette impression d'une tonalité ectoplasmique qui hante le morceau; impression renforcée par la présence d'un chant féminin spectral, au départ dérangeant, puis finalement ensorcelant. On se retrouve de nouveau confronté à un morceau particulier en la présence de “Counting Stars”, à l'ambiance torturée, sorte de power ballade maladive, encore une fois supplée par du chant féminin mais également par la voix chagrinée d'un Koie Kenta s'aventurant hors de son registre habituel.

Enfin, ce que l'on ne peut manquer sur ce “Apocalyze”, c'est sa (relative) perte de sonorités purement heavy. Effectivement, ce “Apocalyze” sonne beaucoup moins metal(core) que les précédents opus des nippons, les guitares se font plus discrètes, la batterie moins incisive et l'on sent qu'une bonne partie de l'album repose sur les parties électroniques, véritable échine des structures présentes ici. En quelque sorte, Crossfaith jouent leur va-tout avec ce qui a toujours été leur marque de fabrique, à savoir leur manière de déguiser la musique au moyen d'illusions pyrotechniques toujours plus créatives et élaborées, mais en faisant cette fois-ci ce choix aux dépends de l'autre facette de leur identité, alors qu'elles assumaient avant une cohabitation plutôt équilibrée. Des titres tels que “Gala Hala (Burn Down The Floor)” ou “Evolution” montrent un groupe qui s'assume d'avantage sous la bannière électro-metal que sur celle étiquetée électrocore. Dans une certaine mesure, cela peut paraître comme une déception; néanmoins, et comme stipulé plus haut, l'utilisation qui est faite des agencements électroniques est tellement audacieuse qu'on ne peut blâmer telle démarche.

En outre les origines plus metalcore n'ont pour autant pas totalement disparu: “Hounds Of Apocalypse” est là pour nous le rappeler avec son intro surpuissante, son rythme délirant, ses drops bien placés, au même titre que “Countdown To Hell” qui porte admirablement bien son nom, nous entraînant dans une spirale de riffs acérés, pour l'atmosphère la plus bestiale de l'album. C'est assez rassurant de voir de tels titres sur cet opus car ils démontrent que l'ambivalence des Japonais n'a pas flétri, loin de là.

C'est d'ailleurs le constat qui prévaut à la fin de l'écoute: qu'ils soient plus “électronisés”, plus “métallisés” ou dans le parfait entre-deux, les titres délivrés par Crossfaith s'enchaînent avec énergie et sans compromis, pour un album solide: “Apocalyze”, album-étape par excellence, a certainement perdu une partie de sa dimension -core, mais est rattrapée néanmoins par l'élargissement hétéroclite de son répertoire, qui va de pair avec un dosage très efficace de ses influences. On pourra y voir parfois de la disproportion, mais en définitive c'est bel et bien la satisfaction qui prévaut.

11 Commentaires

5 J'aime

Partager

666belzebuth - 14 Août 2013: et bien très bonne et très respectueuse chronique.le moment hard-trance de the evolution vraiment sympa (Hounds of the Apo et Countdown to Hell une pure merveille ces intro en effet, mais Only the Wise can Control our Eyes ne mériterait-elle pas la même distinction?) un peu deçus pour Eclipse et Scarlett même si le dub-step de cette dernière est loin d'être mal foutue. Deathwish et Burning White un formidable exemple d'electro-metal quoique ce dernier plus penché heavy, mais Counting Stars je pige pas.. c'est un générique parfait pour dbz! ;)
plutot satisfait! et chronique impec :)
shadowsarepowerless95 - 14 Août 2013: Je suis comme Celldweller55 je ne supporte pas la dubstep donc c'est sûrement ce qui m'a direct rebuté. Mais je pense que je fais mon capricieux comme d'habitude et qu'il me faut du temps avant d'assimiler cet album, il faut dire que j'espérais tellement qu'ils approfondissent cette optique metalcore qui avait été amorcée sur Zion...
Redgrave - 14 Août 2013: Tout d'abord je tenais à te remercier et à te féliciter pour cette superbe chronique. Très bien écrite et surtout ça donne envie, chapeau bas !

Ensuite concernant l'album j'ai eu, comme beaucoup, quelques craintes à l'issue de l'écoute des deux premiers extraits que sont We Are The Future et surtout Eclipse, mais au final après plusieurs écoutes je constate que le groupe à réussi à aborder son mélange Electro-Metal sous un nouvel angle, c'est ce qu'il fallait faire et c'est ce que tu as justement remarqué dans ta chronique. Un vrai suprise pour moi cet album, je m'attendais plus à un Zion 2.0 mais ma foi pour une fois qu'un groupe réussi à faire évoluer sa musique avec talent ET intelligence on va pas bouder notre plaisir, les chansons étant quand même toutes bien foutues pour un ensemble équilibré et surtout bordel qu'est-ce que ça donne envie de bouger !

Mention spéciale pour Gala Hala (Burn Down The Floor), qui je trouve puise pas mal ses inspirations dans le néo-metal. Je ne sais pas si je suis le seul à penser ça mais en tout cas j'ai trouvé ça audacieux et réussi, bref comme cet album ^^
Paillou - 14 Août 2013: Un gros merci groupé à vous tous!!!

@666belzebuth: en effet j'aurais pu aussi rajouter celle-là! Et comme tu le décris il y a de nombreux commentaires à faire sur chaque morceau, à chacun d'y trouver son bonheur en quelque sorte!

@shadowsarepowerless95: j'aurais aussi aimé que le côté metalcore soit plus exploité, c'est vraiment mon seil regret majeur, le reste me va parfaitement. Je ne peux que t'inciter à faire plusieurs écoutes, tu pourras découvrir des subtilités ;)

@Redgrave: voilà, un rendu équilibré, qui assume ses influences, ses choix. Que peut-on demander de plus à un groupe aussi jeune que Crossfaith? Et oui exactement pour le côté néo de Gala, j'avais d'ailleurs senti une influence Linkin Park sur cet album, j'ai failli le noter dans ma chronique!

Et encore merci à tous, ça fait plaisir :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire