Apocalyptic Feasting

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Brain Drill
Nom de l'album Apocalyptic Feasting
Type Album
Date de parution 05 Fevrier 2008
Enregistré à Castle Ultimate Studios
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album113

Tracklist

1. Gorification 03:53
2. The Parasites 03:24
3. Apocalyptic Feasting 03:41
4. Swine Slaughter 03:10
5. Forcefed Human Shit 01:31
6. Consumed by the Dead 03:18
7. Revelation 03:44
8. Bury the Living 04:13
9. The Depths of Darkness 03:54
10. Sadistic Abductive 04:19
Total playing time 35:07

Chronique @ Fabien

13 Mars 2008
Réputée pour ses nombreuses formations de death extrême depuis l’essor de Deeds Of Flesh, la Californie ne cesse de surprendre, présentant cette fois le redoutable Brain Drill, fondé en été 2005 par son leader Dylan Ruskin. Le guitariste s’adjoint très vite des services de l'excellent batteur Marco Pitruzzella et du growleur Steve Rathjen, puis enregistre dans la foulée le EP The Parasites, rapidement remarqué par Alex Webster en personne.

Complétant le line up avec Jeff Hugell, un as de la basse à 7 cordes (fort utiles en sweeping), le groupe aligne ainsi les concerts nord américains et, grâce à l’appui de Webster, décroche directement un précieux contrat chez Metal Blade. Ainsi, deux ans seulement après sa formation, Brain Drill enregistre déjà son premier album aux Castle Ultimate Studios, sous la houlette de Zack Ohren (Odious Mortem). Répondant à la douce appellation d’Apocalyptic Feasting, le disque sort en ce début d’année 2008, muni d’une illustration sans équivoque du maître actuel Par Olofsson (Disavowed, Psycroptic).

Reprenant la brutalité dévastatrice d’Origin et le côté gore de Cannibal Corpse, Brain Drill balance un death d’une sauvagerie à toute épreuve, renforcée par les vocaux de Rathjen, rageurs ou gutturaux, développant une vision très personnelle de l’apocalypse. Mais, au delà de son concept pourtant conventionnel, le quatuor possède une technique époustouflante, multipliant les plans impossibles avec une aisance désarmante.

Pitruzzella martèle en effet ses fûts avec une précision de métronome, soutenant les lignes de basse complexes de Hugell et les riffs torturés de Ruskin, qui affolent alors littéralement l’auditeur par la maîtrise de leurs instruments à cordes, notamment en sweeping. Le duo déborde ainsi fréquemment dans les aiguës, à la limite des soli, assenant des riffs d’une brutalité dissonante quasiment inédite, loin, décidément très loin des riffs monolithiques du death old school de Grave ou Bolt Thrower.

Bénéficiant en outre d’un son à la puissance et à la clarté irréprochables, Apocalyptic Feasting impressionne, à l'image du cataclysmique Parasites ou du terrible Bury The Living, bien que son extrême brutalité lui confère parallèlement une certaine linéarité. Repoussant encore les limites techniques du deathmetal de quelques crans, Brain Drill donne ainsi une sacré leçon durant 35 minutes, se coinçant en revanche dans un concept entre Origin et Cannibal Corpse trop marqué. Toutefois, l’incroyable potentiel du groupe lui autorise une marge de progression encore considérable, lui permettant de passer sans l’ombre d’un doute d’un premier effort remarquable à une excellence certaine.

Fabien.

16 Commentaires

18 J'aime

Partager

yozzy - 09 Août 2009: tres bon la basse est magnifique

p.s. quelqu'un devrait faire une chronique de l'ep viraema (je n'ai pas encore la connaissance et la subjectivité de la faire)
Spirit_Of_Deathiny - 01 Décembre 2010: "Reprenant la brutalité dévastatrice d’Origin et le côté gore de Cannibal Corpse, Brain Drill balance un death d’une sauvagerie à toute épreuve"
J'avoue que cette phrase me fait baver. Tu fais un excellent travail Fabien!
Comment ne pas résister à acheter l'album avec une chronique pareil!
17blunt - 09 Juillet 2011: Très bonne chronique !Disque que je viens juste d'acquérir sous les conseils de mon ami karnivormetal et je dois avouer que je ne suis pas déçu d'un poil ! Les musiciens sont vraiment impréssionnants de déxtérité. Ultra rapide du début à la fin ce qui donne une première écoute "d'apprivoisement" et d'analyse ! Mais pour ma part la deuxième et la troisième écoute ont donné tout le sens du disque ! En bref un album à ne pas juger trop vite et qui n'est pas facile d'accès pour les novices du genre qui pourraient se laisser dominés par tremblement de terre musical que dégage cette turie monumentale !
Deathiny - 09 Fevrier 2012: Par contre je trouve que marco Pitruzzella n'est pas si fort que ça (bien sur qu'il est fort sinon il serait pas entré dans Vital Rimains à 18 ans), je veux dire par là qu'il est surtout balèze niveau rapidité et blast beat mais autrement...
Il n'y a cas regarder ses videos sur youtube pour se rendre compte qu'il a quelques petites faiblesses: il perd en vitesse et en volume à certains moments m'enfin bon, pour un batteur de brutal-Tech Death c'est clair que c'est un bon, sa rapidité est impressionante.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire