All for One

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Raven (UK)
Nom de l'album All for One
Type Album
Date de parution 1983
Labels Neat Records
Style MusicalNWOBHM
Membres possèdant cet album144

Tracklist

1. Take Control 03:21
2. Mind Over Metal 03:28
3. Sledgehammer Rock 03:58
4. All for One 03:31
5. Run Silent, Run Deep 05:37
6. Hung, Drawn and Quartered 05:17
7. Break the Chain 03:47
8. Take It Away 03:23
9. Seek and Destroy 03:50
10. Athletic Rock 04:40
Bonus tracks
11. Born to be wild 03:30
12. The Ballad of Marshall Stack 05:39
13. Inquisitor 04:02
Total playing time 40:52

Chronique @ Hibernatus

09 Juin 2019

une glorieuse impasse de l'évolution qui marque au fer rouge tous ceux qui l'ont croisée

1983 : mes yeux émerveillés de petit provincial découvrent avec ébahissement les bacs débordant de vinyles de la FNAC Montparnasse. À l'époque, c'était quelque chose. Quel crève-cœur ce fut de choisir, dans la mesure de mes moyens limités. J'en ramenai, entre autres, deux nouveautés de l'année : le « Kill'em All » de Metallica et le « All for One » de Raven. Sans le savoir, j'achetai le trait d'union entre deux moments clefs. Un symbole, une passation de pouvoir.

Deux albums d'exception, de deux groupes aux destins bien contrastés. Le premier bouscule tout, révolutionne le Metal et inaugure une flamboyante carrière. Sur ce 3e album, le déjà vieux Raven (1974) des frères Gallagher et de Rob Hunter pousse dans ses derniers retranchements son Hard originel : acidifiant comme jamais les canons mélodieux du Heavy britannique, les Anglais se revendiquent de l'« athletic Rock », un proto Speed-Thrash à l'exigence technique démonstrative.

Ça ne va pas marcher. L'athletic Rock de Raven connaît un début en fanfare, mais n'enregistre qu'un éphémère succès qui culmine avec le « Live at Inferno » de 1984 (un des plus grands live du Metal, soit dit en passant). Asphyxiés par la déferlante Thrash ? Hypnotisés par le mirage américain ? Le groupe renonce à ses outrances novatrices et rentre dans le rang avec le plus consensuel « Stay Hard » de 1985 . Ce sera le début de la chute. « All for One », qui devait s'appeler initialement « Athletic Rock », est un apogée, une glorieuse impasse de l'évolution qui marque au fer rouge tous ceux qui l'ont croisée.

L'album atteint les limites d'un exercice : garder des racines dans le Hard et déployer ses plus hautes branches vers des altitudes plus brutales. Motörhead avait déjà bien secoué le cocotier, Raven va plus loin. Le Metal des Corbeaux n'entre que par effraction dans la NWOBHM, plus par commodité qu'autre chose, leur premier album ne sortant qu'en 1981. Évident sur « Rock Until You Drop », le Hard continue de structurer nettement le beaucoup plus énergique « Wiped Out » de 1982 : mais le style de Raven, batterie de furieux, voix et riffing très aigus, s'y affirment et lui donnent une consonance plus Heavy. « All for One » est l'aboutissement de cette évolution stylistique, le disque de la maturité conquérante.

S'il n'est pas totalement « extrême », « All for One » représente l'extrême du Hard Rock. L'expression si particulière de Raven est un creuset d'alchimiste assimilant nombre d'influences successives : Judas, Maiden, Accept. Les Teutons vont d'ailleurs jouer un rôle décisif dans l'élaboration de « All for One » : le disque est produit par Udo Dirkschneider et Michael Wagener, un trait de génie qui consacre formellement le progrès artistique du groupe et en fait un très grand album de Metal.

La griffe de Raven imprime à l'album une densité puissante ; la frappe débridée de Rob « Wacko » Hunter coiffé de son casque de hockey, la voix perçante et agressive de Mark Gallagher, la rythmique aiguë, hypersaturée et les soli agressifs de son frère John homogénéisent de la plus belle manière une tracklist fort diversifiée.

Il n'y a guère que le magnifique Run Silent, Run Deep qui ressortit vraiment de la NWOBHM. Mélodie prégnante, tension emphatique et romantique, un break maidenien tout de douceur, font de ce mid tempo un titre emblématique de la mouvance. Mais c'est aussi le seul où Mark Gallagher ne chante presque jamais en suraiguës.

Le reste du propos est plus rentre-dedans. Dans le genre, Take Control est un parfait opener : toute priestienne, sa rythmique pesamment balancée est comme un bulldozer qui prépare le chantier à venir en écrabouillant méthodiquement l'auditeur. Le suivant, Mind over Metal, cingle de ses stridences incandescentes les débris pantelants qu'a oublié l'engin chenillé. Miam, délicieux, tout ça, on en redemande ; mais on reste quand même dans le classicisme.

Raven est souvent associé au Speed naissant : avec le rugissant Seek and Destroy, on a le Fast as a Shark britannique, et l'illustration de l'impact sur le trio du « Restless and Wild » d'Accept. On reste sur une allure finalement plus modérée, mais l'intention y est.

Hung, Drawn and Quartered était le sadique supplice que les cruels Anglois réservaient aux traîtres à la couronne. S'étonnera-t-on que ce titre soit celui qui lorgne le plus sur un bébé en train de naître et appelé à un grand avenir, le Thrash ? C'est un peu la fusion des contraires (toujours l'alchimie Raven) ; la constance mélodique le rattache au Heavy de la NWOBHM, mais le genre est écartelé. Mark hurle comme un possédé, le titre est syncopé à l'extrême, les soli fusent plus sauvagement que jamais. Rarement, mais parfois, il m'arrive de regretter de n'être pas né Américain : j'aurais pu assister au « Kill'em All for One Tour » de 1983, où Metallica assurait la première partie de Raven (eh oui, dans ce sens). Hung, Drawn and Quartered illustre la parfaite complémentarité des deux formations.

Un groupe aussi scénique que Raven ne peut pas se passer d'hymne à entonner en concert. Break the Chains, Take it away, Athletic Rock en sont. Mais l'éponyme All for One les enfonce tous. Si les paroles délirantes prennent beaucoup de liberté avec les trois mousquetaires d'Alexandre Dumas, le public français leur pardonnera, rien que pour les quelques mesures de l'anachronique et jubilatoire Marseillaise emportées l'air de rien par le solo de John. Un titre enthousiasmant au possible.

Le Hard Rock, enfin. Sledgehammer Rock, c'est juste du Motörhead cuisiné à la sauce Raven. Mais si l'on écoute avec attention, on en trouve dans presque chaque morceau. Étonnant groupe, si fidèle à ses origines qu'il fait du neuf avec du vieux sans jamais trahir ou affaiblir l'un ou l'autre. L'acier d'« All for One » est décidément d'une trempe exceptionnelle.

2017, Paris, la machine du moulin rouge. C'est au bout de 34 ans que je vois pour la première fois Raven sur scène. En première partie de, tiens donc, Dirkschneider. Petite boule d'angoisse, vais-je être déçu ?
Non. L’exubérant « Wacko » a depuis longtemps raccroché les baguettes, mais Mike Heller fait excellemment le job. Quant aux frères Gallagher, la seule chose qu'ils ont perdue est leur allure d'asperge filiforme, la bière anglaise donnant pas mal de rondeurs. Mark est toujours impressionnant dans des aiguës qu'il assume sans forcer, et s'il perd déjà un litre de sueur au bout de la première minute, le presque obèse John assure comme une bête. Les frangins occupent la scène avec telle frénésie, une telle générosité, qu'on a du mal à imaginer qu'ils aient pu faire mieux en leurs vertes années.
Je suis explosé par la furia de Hung, Drawn and Quartered ; je m'égosille extatiquement sur les paroles de All for One. Pur bonheur, trop court (quel scandale que Raven fasse des premières parties en 2017). Paraphrasons et détournons Brassens : le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est bon, on est bon.

Hail Raven ! Solid as a rock with the swords in the air !

12 Commentaires

20 J'aime

Partager

Arioch91 - 04 Juillet 2019:

J'ai dû découvrir Raven en 1985, avec All For One et leur Live at Inferno et ça m'avait bien plu je dois bien l'avouer. Mais peu de temps après, le Ride the Lightning de qui vous savez m'a foutu une branlée bien plus forte encore et c'est vrai qu'à ce moment là, des groupes que je découvrais comme Raven, Exciter ou Running Wild, j'ai eu tendance à les remiser au placard.

Raven, faudra que je me réécoute ces deux albums. Excellente piqure de rappel que cette chronique !

David_Bordg - 07 Juillet 2019:

C’est la même chose pour moi ARIOCH91, mais c’est vrai qu’il est grand ce disque et quelle puissance et furie développée pour ce style de métal et surtout à cette époque. De ce point il écrasait la concurrence, sans l’ombre d’un doute.

samolice - 07 Septembre 2019:

Enfin reçu en lp. Une tuerie ce disque, quel bonheur. Mon préféré. Comment ça a pu partir en couilles ainsi à partir du suivant, inexplicable...

Sperma_frost - 07 Septembre 2019:

Même ressenti que toi l’ami Samolice, cet album est une tuerie loin devant le reste de leur disco que ce soit avant ou après !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ GLADIATOR

22 Fevrier 2009

Les trois mousquetaires du métal...

"Take Control" prend immédiatement contrôle de vos sens, le riff "hachoir" de "Mind Over Metal" métallise votre esprit peu à peu, avant qu'un marteau-pilon ne s'abatte sur ce qui vous reste de volonté ("Sledgehammer Rock")... "All for One" ... Vous avez subitement envie de croiser le fer avec tous les "tektoniques"(ta mère) que vous croisez... Plus loin, "Break the Chains" vous invite à vous libérer, à vous éclater... "Take It Away" vous pousse à tout fracasser, et à la fin d'"Athletic Rock", vous vous retrouvez en tenue légère, ébouriffé, hors d'haleine et à peine capable d'articuler le mot... encore !!! Voici ce qui vous attend si vous vous risquez à l'écoute de cet opus, véritablement foudroyant. Raven, trio d'origine anglaise, pratique un Heavy-Speed-Rock à très haute intensité, souvent à la limite du Thrash . Après deux premiers efforts ("Rock Until You Drop" et "Wiped Out"), le groupe enregistre en 1983 ce "All for One" qui restera comme leur album de référence. Produit par Michael Wagener et Udo Dirkschneider (un son puissant et très live), cette bourrasque métallique établira Raven comme une valeur sûre de la "New Wave of British Heavy Metal". Multipliant les premières parties de groupes prestigieux, le groupe tourne sans relâche et enregistre dans la foulée "Live at the Inferno" en 1984, un double-album incandescent. Par la suite, désireux d'une reconnaissance qui tarde à venir, Raven se "commercialise" et enregistre "Stay Hard", un album décevant et contre-nature... Malheureusement , le groupe ne réussit pas ensuite à se renouveler , malgré de bons albums ("Architect of Fear" notamment...) et des prestations scéniques toujours aussi athlétiques. Cet album a été reédité en 2002 chez "Essential Production", avec quelques bonus (lives, démos et reprises). Si vos murs sont solides, et si vous n'avez pas peur de transpirer et de finir en petite tenue, ce "All for One" vous promet de longues heures d'air-guitar...

All for One , One for All !!! 18/20 Glad.

10 Commentaires

6 J'aime

Partager

Chriscatcher - 06 Janvier 2014: "All For One" (One For All!) et son solo de guitare hommage à "La Marseillaise", cultissime !
swit35 - 19 Janvier 2014: Putain d'album que je redécouvre… puissance brute… UDO dans la production, tout s'explique.
rikkit - 19 Mars 2014: Cet album pète.
keketomax - 12 Novembre 2015: Tout a fait d'accord, album vraiment cool!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire