A l'Ombre des Vautours

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Killers (FRA)
Nom de l'album A l'Ombre des Vautours
Type Album
Date de parution 12 Avril 2007
Labels Brennus Music
Style MusicalHeavy Speed
Membres possèdant cet album89

Tracklist

1. L'Enfer du Décor 01:11
2. Deux Bastos dans le Cigare 03:05
3. Combien de Fois ? 03:11
4. Comprendre 03:39
5. Seul dans Mon Coin 03:42
6. No Future 02:04
7. Faire du Métal 03:08
8. Malgré Tout 02:55
9. Trop Tard 02:50
10. Absent 03:05
11. Nouveau Monde 02:21
12. Un Peu de Répit 02:43
13. Habemus Metal 02:21
14. Overkillers 03:15
15. Pas de Pitié 04:34
16. La Ronde des Couillons 02:47
17. Trajectoires 04:05
18. Www.Misère 03:56
19. Voyeur 03:03
20. S.O.S. 02:31
21. Latitude Ouest 04:17
22. Tais-Toi 04:19
Total playing time 1:09:02

Chronique @ MetalAngel

05 Juin 2007
Notre chère France est aujourd'hui très active grâce à ses nombreux groupes de metal. Aux quatre coins de la Gaule, on pratique surtout le death et le hardcore, deux styles qui ont le vent en poupe ces dernières années. Mais, même s'ils ont un énorme succés, ils ne peuvent pas éclipser le dernier bastillon imprenable d'irréductibles gaulois, qui résistent encore et toujours à l'absence de mélodies métalliques et qui ne capitulent pas devant les gargouillis gutturaux dans le bassin Aquitain : Manigance et Killers, deux groupes du 64, le pays Basque français. Nous avons déjà chroniqué le nouvel album de François Merle et cie, intitulé 'L'ombre et La Lumière', et c'est au tour du nouvel opus du quartet fondé par Bruno Dolheguy, dans lequel avait évolué naguère le guitariste chevelu de Manigance, le très puissant 'A l'Ombre des Vautours', d'être analysé par votre serviteur.

'A l'Ombre des Vautours', bien loin musicalement du 3ème album de Manigance, est un disque tellement plus thrash que heavy, notamment, à cause des riffs tranchants qui jalonnent cet album de part en part et des rythmiques rapides et incisives, caractéristiques du genre, si bien que les noms de Slayer et Kreator nous viennent en tête pendant toute la durée de l'écoute, dès l'intro de "Deux Bastos Dans le Cigare". Et ce n'est pas la voix de Bruno, très proche de celle de Tom Araya, qui nous contredira, bien au contraire! En effet, le groupe aquitain semble être une réunion de fans de la légende américaine. Néanmoins, certaines intonations ainsi que la prononciation plus "parlée" que chantée apportent un côté "trustien" très agréable. C'est ce mélange qui fait tout le charme de Killers, de même que l'utilisation de la langue de Molière, avec laquelle ils s'expriment. Plus qu'une marque de distanciation avec les autres groupes français, exit Manigance et Amartia, cet élément linguistique est plus une force qu'autre chose. Il est rare, de nos jours, de voir des groupes francophones interpréter leurs textes en français avec autant de verve et d'entrain, et cela est purement affligeant de ne pas avoir dans notre pays plus de groupes ayant suivi les traces de leurs prédecesseurs, qui ont vécu l'Âge d'Or du metal francophone, tels que Killers, justement, ADX, Blasphème, Sortilège, Malédiction, ou encore, H-Bomb pour ne citer que les plus influents, tout cela pour avoir une reconnaissance au niveau européen, si ce n'est mondial.

'A l'Ombre des Vautours' est composé de 22 (!) titres! Non, vous ne rêvez pas! Ces titres sont metalliquement efficaces, de vraies bombes! Aucun titre de remplissage n'est présent sur le disque. Tous ont leur place ici. Comme tant de chansons peuvent vite lasser l'auditeur, qui aura tendance à écouter le disque en plusieurs fois, le quartet a eu la très bonne idée de mettre quelques interludes instrumentaux pour séparer les chansons et faire retomber quelque peu la pression pour revenir, par la suite, aux choses sérieuses. Tous les musiciens du groupe sont des vitruoses maîtrisant à la perfection leurs instruments, ce qui leur permet de ne laisser sortir que le meilleur d'eux-mêmes.

Les passages instrumentaux sont au nombre de trois : l'intro "L'Enfer du Décor", "Nouveau Monde", et "Trajectoire". Ensuite, nous avons droit à deux reprises, en français (!) siouplaît, qui sont "Habemus Metal" de Manowar et "Overkill(ers)" de Motörhead, superbement interprétées. Restent ensuite 17 autres titres originaux que Bruno et Killers ont écrits et composés. C'est du Killers tout craché avec une pointe Slayer, sauf sur "Seul Dans Mon Coin", que l'on dirait tout droit sorti de la tête à Dave Mustaine, tout particulièrement à cause de l'atmosphère spéciale et de la mélodie de guitare, si typiques du rouquin et de son groupe Megadeth, époque "Cryptic Writings".

Par rapport à 'Habemus Metal', ce 'A l'Ombre des Vautours' paraît nettement plus inspiré et puissant, deux conditions sine qua non qui font d'un disque peut-être pas un chef-d'oeuvre, mais, tout du moins, une bombe de heavy metal. Killers a, cette fois-ci, mit les petit plats dans les grands pour nous concocter une savoureuse recette, dont ils sont les seuls à savoir réaliser. Dommage, cependant, que les lignes de chants de Bruno ne soient pas plus mélodiques. Les titres auraient, ainsi, encore plus gagnés en musicalité. Malgré cela, ce nouvel album de Killers vient enfoncer le clou et prouver encore une fois, si besoin est, à la face du monde, que les français font partie du peloton de tête des peuples qui savent faire de la musique, de la vraie, de la couillue!!! 'A l'Ombre des Vautours' est un véritable régal pour les oreilles, à consommer sans modération!!!

4 Commentaires

5 J'aime

Partager
Ystävälle - 06 Juin 2007: Je n'ai pas entendu cet album, mais il me semble prometteur, et selon ta chronique, il semble également s'adapter à de nouveaux sons, ce disque ne se base pas uniquement au don hard rock typique des années 80. A voir.
 
GLADIATOR - 02 Janvier 2009: 21 bastos dans le cigare , pour 70 minutes de bonheur ! Peut-être pas aussi fort que Slayer et Kreator , mais drôlement efficace ! Une bombe de Heavy-speed , et française en plus ! Courrez l'acheter...vous devriez déjà l'avoir !
Merci pour la chronique . Glad.
albundy57 - 29 Novembre 2010: Oh que oui, un album puissant et radical. Encore une bien belle pièce que nous livre ici le combo basque.

Les reprises "Overkillers" et "Habemus metal" sont absolument gigantesques!
NOOKY78 - 10 Octobre 2012: Tres grand groupe de metal francais qui a su resister au temps avec satan jokers et manigance continuez a pondre des albums comme celui ci d'ailleurs je conseil leur nouvel album 10/10 pour les vrai fan comme moi depuis leur debut et les nouveaux egalement merci KILLERS pour toute ces merveilleuses annees de metal francais!!!LONG LIVE ROCK'N ROLL
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

20 Juin 2016

Combien d'albums encore avant que Killers ne soit enfin couronné comme il le mérite?

Animé d'une indéfectible conviction, Bruno Dolheguy et ses acolytes auront traversé, bon gré mal gré, les épreuves d'un temps souvent fratricide et rarement bienveillant à leur égard. Sans jamais se départir pourtant de ce dogme sincère les conduisant à exprimer leur passion au cœur d'œuvres dont la plupart ont suffisamment de vertus pour être encensées, ils auront, en effet, tenu le cap face à des bourrasques plus déstabilisantes les unes que les autres. Rarement épargnés, ils sont néanmoins toujours debout sur le pont. Toutefois combien de temps encore Killers pourra-t-il se battre face à une indifférence aussi caractérisée? Et surtout, combien d'œuvres, dans lesquelles il déploie aussi manifestement son talent, devra-t-il encore produire pour cesser d'errer dans les contrées quasi désertiques dans lesquelles on l'a confiné? Après un excellent Mauvaises Graines (2000) et un bon Habemus Metal (2002), les membres de Killers nous reviennent en cette année 2007 avec un nouvel opus intitulé "A l'Ombre des Vautours".

Soyons d'emblée intègre et abordons ces sempiternels critiques qui, ici encore, ne manqueront pas d'irriter les eternels insatisfaits quant à ce choix des Basques d'exprimer leur art dans la langue de nos contrées natales pour cracher tous le fiel d'une expression artistique Heavy Speed Metal aux accointances Thrash très prononcées. Et si certains pourraient, toujours encore, reprocher à cette formation cet insupportable défaut, qui pourraient encore, décemment, nier et dénigrer, objectivement, tous le talent de ces artistes dans l'écriture de textes fins et engagés et tout leur savoir faire dans l'exécution d'un propos aussi maitrisé ? On peut, en effet, ne pas apprécier leur art. On peut difficilement leur reprocher un manque d'inspiration, d'application ou de compétences.

D'ailleurs, mû par une volonté de synthétiser assez largement et assez rapidement l'ensemble des qualités et des défauts de ce disque, disons que, comme à l'accoutumé, Killers y développe toutes les caractéristiques qui jusqu'à aujourd'hui ont construit une réputation qui, à mon plus grand regret, demeure bien trop confidentielle.

Les adjectifs tels que "vindicatifs", "concernés" et "désabusés" pour les excellents textes de Bruno Dolheguy seront donc toujours de rigueur. Et d'autres telles que "agressive", "âpre" et "virulente" seront encore nécessaire pour décrire ce Heavy Thrash rapide. Citons, afin d'illustrer la bonne tenue de ce disque, des morceaux tels que "Deux Bastos dans le Cigare", tels qu'un "Combien de Fois?" nerveux, tels que le superbe "Comprendre" et son étonnant final au poème baudelairien (L'Ennemi) déclamé, tels que "Pas de Pitié" et son préambule sombre, tels que le pesant et tourmenté "Absent", ou encore, par exemple, tels que "www.misère".

Quelques rares incursions en des territoires moins habituelles pour ce groupe viendront, quant à elle, compléter un tableau très agréable. Parlons donc de "No Future" et de ses relents Punk, de "Pas de Pitié" dont certains passages nous rappellent immanquablement l'aspect "enjoué" d'Helloween ou encore, par exemple, de "Habemus Metal" et de "OverKillers" dont les musiques sont celles, respectivement, du "Black Wind, Fire and Steel" de Manowar (Fighting the World (1987)) et du "Overkill" de Motörhead (Overkill (1979)). De nombreuses autres évocations subtiles, peut-être en un hommage consentis au Metal de ces dernières années, viennent d'ailleurs égrener l'œuvre.

Et s'agissant de la plus embarrassante des imperfections de ce nouvel effort, plus encore que ce fut le cas sur le remarquable Fort Intérieurs (1998), Killers sera ici victime d'une générosité qui nuira fatalement à l'entreprise visant à capter durablement l'attention d'un auditoire versatile soumis, aujourd'hui plus que jamais, à d'innombrables tentations. En effet, comment maintenir l'auditeur en éveil durant les vingt deux titres de cet opus ? D'autant plus que certains semblent, a priori, être des murs délicieusement infranchissables aux contours d'une coupable ressemblance pour peu qu'on néglige d'investir le temps absolument nécessaire à l'apprivoisement de ce plaidoyer ("Voyeur", "S.O.S.", "Latitude Ouest", "Tais-toi"...). Il faudra, en effet, s'immerger longuement dans ce disque afin d'en saisir toute les remarquables subtilités.

Encore un très bon album pour les Basques de Killers. Une œuvre qui nécessitera, cependant, pour révéler tous ses charmes qu'on s'y consacre minutieusement. Ce qui, assurément, en cette ère où tout se doit d'aller très vite, sera un handicap pour ce nouvel effort.

Alors, combien d'œuvres, dans lesquelles il déploie aussi manifestement son talent, Killers devra-t-il encore produire pour cesser d'errer dans les contrées quasi désertiques dans lesquelles on l'a confinée? A l'écoute de ce pourtant très bon "A l'Ombre des Vautours" peu en adéquation avec son époque, beaucoup, j'en ai bien peur...

3 Commentaires

2 J'aime

Partager
ZazPanzer - 21 Juin 2016: Merci pour le texte avec lequel je suis globalement d'accord. Cependant je trouve étrange que tu n'abordes pas le point sensible de cet album, à savoir l'horrible son de "batterie"... J'ai d'abord cru que c'était une BAR, en fait les prises ont été faites sur une batterie électronique, plus facile à enregistrer qu'une vraie quand on fait tout à la maison...
Killers a toujours fait de superbes disques, hélas souvent non appréciés à leur juste valeur à cause de productions pour le moins sommaires. Le prix de l'indépendance certainement.
On ne peut pas en tenir rigueur à Bruno mais c'est quand même dommage.
dark_omens - 21 Juin 2016: Tiens c'est marrant mais le rendu de la batterie me gêne beaucoup moins ici que sur le baiser de la mort que j'ai beaucoup de mal à apprécier à sa juste valeur à cause de ce détail là.

Pour ce qui est de la prod de manière plus générale, je trouve quand même que certains disques s'en sortent très biens (de mémoire, Fort Intérieur m'a, par exemple, laissé un grand souvenir par rapport à son mixage).
samolice - 06 Mai 2017:

Merci pour la chro. Bon skeud de la part de Killers. Du speed metal selon moi, ni plus ni moins. N'est-ce pas d'ailleurs là l'album le plus speed de la carrière du groupe?

Juste vraiment dommage d'avoir foutu autant de titres, perso j'en avais mal aux cheveux à la fin.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire