10000 Days

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Tool
Nom de l'album 10000 Days
Type Album
Date de parution 28 Avril 2006
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album507

Tracklist

1. Vicarious 07:06
2. Jambi 07:28
3. Wings for Marie (Pt. 1) 06:11
4. 10,000 Days (Wings Pt. 2) 11:13
5. The Pot 06:21
6. Lipan Conjuring 01:11
7. Lost Keys (Blame Hofmann) 03:46
8. Rosetta Stoned 11:11
9. Intension 07:21
10. Right in Two 08:55
11. Viginti Tres 05:02
Total playing time 1:15:50

Chronique @ joKeR

13 Août 2007
Ah, Tool... Tous ceux qui les connaissent savent que l'on parle là d'un groupe atypique, voire carrément extra-terrestre. Mais comment des mecs qui proposent un son aussi décalé peuvent-ils déployer autant d'admiration parmi leurs fans ? Peut-être justement parce qu'ils ont ouvert la voie à une nouvelle approche du metal. Et leur classification est d'ailleurs apparue avec eux : le terme "atmosphérique" leur a longtemps été réservé.

"10,000 days" (prononcez "Ten Thousand Days"), cinquième opus de la formation gravitant autour de James Maynard, apporte son lot de nouveautés tout en restant dans l'esprit Tool, celui qui a fait la renommée des quatre musiciens à travers le monde. Une aura de mystère a toujours entouré ces maniaques du détail, et leur musique est à cette image : minutieusement travaillée jusqu'aux derniers accords, jusqu'à la dernière note. Et ce n'est pas "Vicarious", premier titre de cet album, qui nous contredira. En fait, on se demande rapidement où l'on va, mais au bout d'une quarantaine de secondes la réponse se présente d'elle-même : on pénètre dans un monde à part, où les gros riffs côtoient la voix rauque de Maynard. On pense immédiatement à Dream Theater, et plus spécialement à l'album "Train of Thought" en ce qui concerne le nombre impressionnant de changements de plans et d'harmonies. Les musiciens en seront pour leurs frais...

"Jambi" poursuit l'ouverture d'une voie d'exploration dans une jungle inextricable, composée de riffs parfois difficilement compréhensibles et de structures atomisant toutes les bases du metal moderne. C'est là le maître mot de la formation : exploration. C'est aussi l'argument principal des détracteurs du groupe : l'exploration, c'est bien, mais à la longue ça lasse. Et Tool n'aide pas à la réconciliation, proposant des titres dépassant allègrement les six minutes, voire les dix.

Viennent ensuite deux titres jumelés. "Wings for Marie (Part 1)" est l'image même du terme "atmosphérique", planant à l'extrême, et très fortement chargé d'émotion. "10,000 days (Wings Part 2)" reprend la base du précédent, et sur plus de onze minutes (!!) développe un univers absolument phénoménal. Ici, le frisson a pris la place centrale, et on est comme hypnotisé, transporté dans une galaxie dont on avoue ne plus comprendre grand chose. C'est magnifique, c'est extraordinaire, les qualificatifs manquent franchement pour décrire ce que l'on vit en écoutant Tool. Car oui, on vit cette musique, et pas à moitié. Et lorsque le riff s'accélère, que le solo démarre et que la batterie se met en branle, l'évolution naturelle du morceau nous a déjà envahis, et plus rien ne peut nous surprendre. Le titre se termine dans un feu d'artifice d'énergie, carrément violente aux alentours des neuf minutes d'écoute. Bref... Un sacré monument.

Ouf ! Que d'émotions... "The Pot" vient alors pour nous rappeler que Tool fait aussi du métal plus classique, et ce titre est une véritable bombe, plus conventionnelle, plus accessible aussi, mais toujours marquée de l'empreinte démoniaque de la formation.


Petit intermède, "Lipan Conjuring" est une curiosité plus qu'autre chose, et coupe le disque en deux, suivi par "Lost Keys" dans le même esprit.

On reprend ! Huitième titre, "Rosetta Stoned" est un peu plus fade, mais toujours atmosphérique et complexe. A écouter afin de s'en faire une idée personnelle. "Intension" suit et confirme, on plane sans jamais toucher le sol. Quelques coups de pinceau électronique s'égarent et surprennent, mais ils ont parfaitement leur place dans le grand melting-pot musical de Tool.

Fallait-il le vivre ainsi ? Après ce grand vol dans les hautes sphères, on touche brutalement le sol avec "Right In Two", qui justifierait à lui seul la possession de cet album. On manque de mots pour décrire ce titre, et le choc est violent. Tool s'anime et nous emmène loin, très loin.

"Viginti Tres", fermeture, n'est rien d'autre qu'un délire électronique, et n'a aucun intérêt.



Que dire en conclusion ? On revient brusquement à la réalité lorsque les enceintes se taisent, et personne ne sort indifférent de l'écoute de "10,000 days". On aime, on n'aime pas, peu importe. Cet album est un pur joyau, qu'on se le dise...

8 Commentaires

12 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Padge31 - 12 Juillet 2010: Personnellement Viginti Tres, d'un avis purement subjectif, m'a fait flippé au possible.. Une chose est sure, Tool remplit son boulot à merveille : ils te provoquent des émotions comme aucun autre ne peut le faire.
Sephirotik78 - 06 Décembre 2011: Meilleur album de tous les temps. Incontournable. Parfait.
Kiritobi - 08 Décembre 2013: Étrange , je suis un énorme fan des trois premier opus . Mais j'ai vraiment du mal avec ce dernier !
 
David_Bordg - 23 Janvier 2014: j en peux plus d attendre a quand un nouvel opus?? a quand???
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ blackpsychoz

04 Avril 2007
Tool est un petit groupe que j'apprécie énormément, un OVNI dans la scène rock-metal.
C'est un peu un inclassable et le classer dans la famille du néo serait un peu un reproche malgré que le chanteur ait collaboré avec Deftones, Rage Against The Machine, System Of A Down ou encore Audioslave. En gros, Tool nous joue un rock métallisé atmosphérique et limite progressif.

Et à l'écoute de 10,000 Days, on ne s'y perd pas, on sait à quoi on a à faire : on retrouve la signature Tool dès la première note, dès le premier riff à la rythmique tourbillonnante comme on les connaît et on les aime. 10,000 Days nous emmène marcher sur les chemins de la spiritualité, parsemé de passages reposants où le mode « zen » s'impose. Les montées d'intensité sont surprenantes, progressent doucement et éclatent.

L'album parle de la mère de Maynard James Keenan, chanteur du groupe, et de ses 10 000 jours de souffrances avant sa mort. La musique de Tool est difficile à définir et à décrire car plutôt complexe ; cependant, c'est une musique très intéressante. Mais les fans vous en parleront mieux que moi. N'hésitez pas à découvrir ce groupe si il vous tente ; de plus, vous allez être assez surpris par le boitier du disque qui est plutôt original.

Note : */*/*/*/*/- (17/20)

Extrait de mon blog : death-and-black.skyblog.com

Blackpsychoz

5 Commentaires

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
metalhertz - 26 Mai 2007: Pour ma part mon préféré...
zombie - 27 Juin 2007: absolument magnifique.
Cet album m'a fait planer très haut
Horreurgasme - 28 Mars 2013: Ce n'est pas ''limite progressif'', c'est progressif.
 
David_Bordg - 23 Janvier 2014: et le nouveau il arrive quand bon sang???
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Tool