Spectrale

Spectrale n'est pas un groupe comme les autres. Signé sur Les Acteurs de l'Ombre, le combo emmené par Jeff Grimal, également chanteur et guitariste chez The Great Old Ones,  compose une musique acoustique et atmosphérique aussi intimiste qu'envoûtante aux antipodes de celle des combos de black metal qui ont contribué à faire la réputation du label. Quelques mois après la sortie de , premier album du groupe, Spirit of Metal donne la parole  à Jeff, Raphaël et Léo, respectivement guitariste, violoncelliste et batteur/guitariste de la formation, qui reviennent pour nous sur la génèse de l'album et aident à dissiper les brumes psychédéliques et l'aura de mystère qui l'enveloppent... 

 

1) Salut ! Spectrale est un groupe récent, et ▲ est votre premier album. Peux-tu brièvement présenter le groupe aux lecteurs qui ne vous connaîtraient pas encore et nous éclairer sur sa genèse ?

Jeff : Spectrale est un groupe acoustique un peu expérimental. On a sorti 1 demo et un split avec In cauda Venenum et Heir et fin 2017 notre premier album sur les Acteurs de l'ombre. A ce jour, le groupe se compose de Léo Isnard à la guitare, Xavier Godard à la guitare, Raphaël Verguin au violoncelle  et moi même à la guitare.

 

2) ▲ présente neuf morceaux de musique acoustique quasiment sans vocaux ni percussions et absent de toute incursion metal. Ce format acoustique est-il l’identité sonore définitive du groupe, ou la musique de Spectrale peut-elle évoluer vers quelque chose de différent ?

Jeff :  Spectrale restera toujours dans ce style planant et expérimental. Mais pourquoi pas de temps en temps quelques rythmes de batterie ou d'autres sonorités. Mais il n'y aura jamais de blasts ou cris, ce n'est pas du metal.

Raphaël : Oui, nous sommes attachés à ce côté presque « dépouillé » et immersif. Et puis nous avons presque tous des groupes de metal à côté. Nous n’avons pas envie d’en refaire un de plus ! Après, comme l’a dit Jeff, le côté expérimental permettra toujours d’apporter une forme de nouveauté, d’évolution et d’inattendu…


3) D’ailleurs, vous évoluez sur Les Acteurs de l’Ombre, label reconnu pour ses groupes de black et de doom de qualité, soit une musique plutôt extrême ! J’imagine que ta présence au sein de The Great Old Ones a dû faciliter votre signature avec LADLO, mais en tant que groupe entièrement acoustique, n’aurait-il pas été plus judicieux pour vous de choisir un autre label, plus à même de représenter le style musical que vous jouez avec Spectrale et de cibler un public peut-être plus large? 

Jeff : Oui la signature fut simple vu mon parcours avec TGOO, mais j'avais vraiment envie de sortir cet album sur les Acteurs sachant qu'ils allaient faire un travail remarquable . Et franchement pour le moment je ne suis pas déçu. Je pense que le public de ce Label a une grande ouverture d'esprit. Et je trouve tout de même celui-ci éclectique malgré sa connotation "metal".

Léo : Je suis super content de bosser avec LADLO. Ces gens sont des passionnés… On les connaît depuis longtemps et ça y fait aussi j’imagine. On savait déjà comment ils bossaient donc je pense que Jeff a pas réfléchi très longtemps.

 

 

4) En 2016, vous avez sorti un split avec In Cauda Venenum et Heir, deux groupes aux univers différents du votre puisqu’ils évoluent dans des sphères black metal. Qu’est-ce qui vous a amené à unir vos forces, et comment s’est faite la connexion entre ces trois entités qui semblent a priori assez éloignées ? D’une manière générale, vous sentez vous proches des autres groupes de LADLO et vous reconnaissez-vous dans leur musique?

Jeff : Cela faisait un moment que je voulais sortir ce split avec In Cauda Venenum, j'avais déjà bossé pour la pochette de leur premier album et Romain est un ami avec le même feeling, goûts musicaux. Je savais qu'il préparait une reprise du film (Laura Palmer, Agonie À Twin Peaks)  et j'ai tout de suite trouvé l'idée intéressante, même si mes titres n'ont pas été composés autour de ce film, je les trouve totalement en osmose avec l'énergie de celui ci. Plus tard, le groupe Heir de toulouse s'est  joint à nous. Je trouve ce split très original, proposer 3 styles différents sur un label de Black metal ça se fait rarement.

Proche je ne sais pas , mais nous avons tous l'envie de proposer des choses originales.

Raphaël : pour ma part, j’avais justement travaillé avec In Cauda Venenum en composant des parties de violoncelle pour cette fameuse reprise du thème de Twin Peaks. Je n’ai en aucun cas été un liant entre les groupes mais en revanche cela a participé au rapprochement avec Jeff !

 

5) Malgré cette unité acoustique, on constate que les influences et les humeurs musicales qui composent ces 44 minutes sont très différentes. Comment vous y prenez-vous pour composer un morceau de Spectrale, et comment décidez-vous que tel ou tel morceau doit atterrir ou non sur l’album ?

Jeff : Pour l'album j'ai presque composé la totalité des titres, je compose d'une manière très instinctive, un peu comme de l'écriture automatique. Je reste souvent sur le même riff ou rythme et je cherche autour des harmonies, mélodies. Après ce travail, j'écris les notes sur tablatures sur le logiciel Guitar pro et j'envoie le résultat à mes compères.

Pour les prochains titres cela va se faire un peu différemment puisque le projet est devenu un groupe à part entière. Nous avons déjà répété et composé, et chacun amène sa propre idée.

Raphaël : Oui, aujourd’hui chacun amène du matériel : parfois tout un morceau, parfois juste une intro ou une ambiance, une ligne mélodique… Mais il y aussi des impros qui peuvent parfois faire sortir des choses assez incroyables ! Je trouve qu’il y a une très bonne alchimie entre nous pour cela .

Léo : Moi clairement Spectrale m’a permi de passer la vitesse supérieure à la gratte. Composer à la batterie c’est pas simple. Et là j’ai déjà pu proposer des riffs, c’est tout nouveau pour moi ! Depuis que j’ai rejoins le projet j’ai déjà eu l’occaz d’apporter ma patte sur deux/trois conneries et ça fait du bien de partager ça avec les copains d’une manière différente.

 

6) L’album est très riche et varié musicalement parlant, et on trouve des passages folk, psychédéliques, post rock, ambiant… Quelles sont vos influences musicales principales ? Avez-vous tous le même background et les mêmes goûts au sein du groupe?

Jeff : Les influences sont très variées, ça peut aller de la folk en passant par la musique classique contemporaine comme Steve Reich  etc... On écoute tous beaucoup de musiques différentes et je ne pourrais pas te dire vraiment quel groupe ou style a le plus d'inportance. Nous avons une grande ouverture musicale et je pense que ce line up est parfait.

Raphaël : Oui, nous sommes tous très éclectique dans nos gouts musicaux. Et on aime se partager nos madeleines et nos découvertes ! Cela nourrit forcément notre propre musique. Xavier m’a par exemple fait découvrir de très bons groupes de Dark Ambient. Et avec Jeff, nous nous envoyons souvent des liens à écouter. Il a une sacrée culture !

Pour répondre plus personnellement à ta question, ma formation classique fait que j’ai le pied dans ce style musical. Je suis très sensible à la musique slave (Rachmaninov, Dvorak, Kabalevsky…). J’écoute également beaucoup de metal, de prog, de l’ambient… des trucs récents ou plus anciens. En ce moment j’ai une période Genesis (celle de Peter Gabriel évidemment…) !

Léo : Moi en ce moment je suis bloqué sur l’album « Home Alone » de Totorro. Sinon niveau gratte j’adore la simplicité qui peut y avoir dans les albums de Love Spirals Downwards. Dead Can Dance aussi c’est trop beau et l’album « Come On, Die Young » de Mogwai, et je suis moi aussi en période Genesis depuis mes 10 ans (celle de Phil Collins évidemment)… Et Jeff est une source inépuisable de suggestions pertinentes.

 

7) L’artwork est superbe, d’une richesse graphique admirable et foisonnant de symboles. En tant que musicien et graphiste, la musique et le dessin représentent-ils pour toi deux facettes complémentaires d’un seul et même art ?  Peux-tu nous en dire plus sur le choix de cette illustration et sa corrélation avec la musique de ▲?

Jeff : Oui pour moi c'est indissociable. Je bosse toujours la peinture en musique, c'est très important pour moi. Cela me permet de me plonger dans une sorte de méditation créatrice qui me connecte aux couleurs et aux sons. L'inverse fonctionne aussi ! Après avoir composé je vois et m'imagine des scènes de tableaux ou dessins.

L'illustration représente la déesse Andromède. Elle symbolise la bravoure et celle qui dirige les hommes. Elle occupe une grande place au Panthéon astral et cosmique. Sur la pochette je l'ai représentée 2 fois avec en son centre un cosmonaute qui symboliquement forme un triangle : la Trinité. Cette représentation pour moi est celle de la perfection universelle, les arts en géneral etc...

 

8) On constate d’ailleurs que le nom du groupe, la pochette, les ambiances et les titres des morceaux, la musique elle-même, tout semble coïncider pour former une unité thématique forte. Peut-on dire que ▲ est une sorte de concept-album ? Quels sont les thèmes suggérés dans l’album, ou du moins, comme il n’y a pas de texte, quelles sont les émotions que vous avez voulu faire passer ?

Jeff : Ce n'est pas vraiment un concept album. Celui-ci est une sorte de cathartique qui m'a aidé durant un passage de ma vie. C'est aussi un questionnement sur les choses surnaturelles que l'homme perçoit mais n'a pas encore les facultés pour comprendre.

 

9) Votre musique, par son côté acoustique, abstrait et impalpable, a un très fort pouvoir évocateur et fait surgir une myriade d’images chez l’auditeur. Cet aspect visuel est-il volontaire ? Avez-vous prévu d’autres supports pour accompagner votre musique et renforcer son impact, comme d’autres video clips (celui du titre éponyme est très réussi !) ou des peintures par exemple?

Jeff : Oui comme je le dis plus haut, l'image et le son sont indissociables. Pour le moment je ne pense pas que nous utiliserons de l'image pour le live mais pourquoi pas ? Par contre, j'aimerais faire pour les prochaines sorties des videoclips, j'ai beaucoup apprécié ce travail.

Raphaël : Quand on fait de la musique, on cherche toujours à faire ressentir quelque chose à l’auditeur, mais pas forcément en « cadrant » la chose : libre à chacun de se l’approprier et de la façonner à sa mesure. Après pour rejoindre ce que tu dis, je pense que la formule instrumentale peut effectivement aider à se créer des images puisqu’il n’y a pas de texte pour l’accompagner. L’interprétation que l’on en a est donc d’autant plus ouverte et personnelle.

Pour ma part, j’aimerai bien exploiter davantage la peinture de Jeff pour les vidéos à venir !

 

10) D’après toi, quelles sont les conditions optimales pour savourer la musique de Spectrale au maximum ? Dans quelles conditions d’écoute ▲ peut-il livrer pleinement son potentiel musical et onirique ?

Jeff : Dans un cockpit à 1 million d'années lumières de la terre ou tout simplement chez toi avec une bonne bouteille de vin.

Raphaël : au coin du feu ou allongé à regarder les étoiles.Léo : Sur un vélo de nuit en campagne par un ciel dégagé.


11) Pour toi, quel est le but de la musique ? As-tu des objectifs précis lorsque tu composes avec Spectrale, ou le groupe n’est-il qu’un medium qui vous permet de catalyser et d’exprimer vos émotions ?

Jeff : Mon but et de créer et de partager ma musique, passer du bon temps avec des potes et s'épanouir.

Raphaël : exprimer des émotions oui, milles fois. Mais aussi vivre des moments forts entre amis. Et si tout cela peut produire des choses qui toucheront des gens, alors là…

 

12) Cette interview arrive à sa fin, je te laisse le dernier mot !

Merci beaucoup pour cette interview !!

 

interview réalisée par Icare

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

En voir plus