Depraved (FRA)

Cela fait maintenant près de 30 ans que Depraved s'amuse à martyriser nos pauvres esgourdes avec son mélange jouissif de death et de grind brutal et groovy.
Après un hiatus de dix longues années, les Messins reviennent en 2014 avec une maturité musicale accrue, proposant une musique plus sombre et moderne, moins régressive mais toujours aussi explosive. Deuxième album depuis leur retour, Raped Innocence enfonce le clou rouillé dans la plaie, avec un metal encore plus ravageur, intense et diversifié qui risque de causer des dégâts irréversibles chez tous les auditeurs assez téméraires pour tenter cette torture auditive. C'est Gilles Pincet, guitariste-boucher de son état, qui se charge de nous éclairer sur les douces subtilités de ce dernier méfait.  Bourrez-vous d'analgésiques, respirez un grand coup, fermez les yeux et serrez les dents, vous allez morfler... 

 

 

1. Salut à tous ! Premièrement pourriez-vous présenter le groupe pour les lecteurs qui ne vous connaîtraient pas encore ?

DEPRAVED s’est formé en 1992, a enregistré quelques démos, un MCD puis 2 CD, et finalement a stoppé ses activités en 2004. Durant cette période nous avons fait environ 130 concerts dans différents pays dont l’Allemagne, la Suisse et la Hollande.

Nous nous sommes reformés début 2011, avec le line-up original (Kristoff – chant, Franc – batterie – Cédric et moi – guitare), à l’exception du bassiste qui avait quitté la région pour raisons professionnelles. Nous répétons chaque semaine et donc il est nécessaire de résider à proximité des uns des autres.

 

2. Plongeons-nous un peu dans le passé du groupe : dix ans se sont écoulés entre l’EP Unsuitable Bondage Scheme et Dive Into Psycho Terror. Pouvez-vous nous expliquer ce qui a causé cette longue absence ? Qu’a fait Depraved durant ces dix longues années ?

L’EP avait été enregistré à Strasbourg lors d’un festival, en février 2004. A l’époque le line-up avait évolué puisque le chanteur et le batteur avaient quitté le groupe en novembre 2002 et avaient été remplacés par Jérémy (ex Untamed, actuel Massive Charge et Growls) et Ilmar (ex Bloody Sign, actuel Necrowetch). Comme je le disais, le groupe a cessé ses activités à l’automne 2004. Je ressentais pour ma part une certaine lassitude, et des changements étaient intervenus dans ma vie privée.

 

3. De fait, vous avez opéré un retour en force en 2014 avec une musique plus mûre, diversifiée et maîtrisée. A présent, vous venez de remettre le couvert avec votre quatrième album, Raped Innocence, sorti il y a une vingtaine de jours. Pourriez-vous nous dire ce qui, d’après vous, distingue votre petit dernier de « Dive Into Psycho Terror », votre album précédent ?

« Dive… » est dans un esprit plus death-metal que « Raped ». la majorité de « Dive… » a été composée par Cédric (guitare), par contre j’ai plus participé à « Raped » d’où des morceaux un peu plus grind. De 2004 à 2011, j’avais arrêté de jouer, donc au moment de la reformation, je n’avais aucun morceau à proposer au groupe ce qui n’était pas le cas de Cédric.

« Raped » est plus diversifié mais aussi plus agressif. On retrouve vraiment la patte DEPRAVED. Les morceaux ont été pensés de telle sorte qu’il n’y ait pas de déchets, de temps morts, qu’ils soient cohérents dans leur structure.

 

 

4. Votre musique est incontestablement plus diversifiée et aérée que par le passé, s’inspirant judicieusement des différents courants du metal extrême pour alimenter votre propre son. Quelles sont vos influences musicales ? Pouvez-vous chacun citer deux ou trois groupes incontournables parmi vos préférés qui, consciemment ou non, auraient laissé leur empreinte sur Raped Innocence?

On s’inspire sans s’inspirer je dirais. Nous écoutons tous des choses différentes et l’on ne se pose pas de questions lorsque l’on compose. Si cela sonne, on garde ! C’est aussi pourquoi on ne se classe pas précisément dans le Death ou le Grind …. A notre écoute, on peut retenir même des aspects Thrash voire Punk et Black. C’est un mix inconscient de ce que l’on aime. Il y a toutefois un morceau sur « Raped » qui sonne très Bolt Thrower, on ne le cache pas !! Pour le reste, les incontournables restent SLAYER, VADER, NAPALM DEATH, BOLT THROWER, DEICIDE…. Tout ce qui fait la scène extrême, et certains groupes de GRIND, de BLACK…

 

5. Si vous deviez choisir trois et seulement trois morceaux pour faire la promo de votre nouveau full length lesquels choisiriez-vous et pourquoi ?

50 Shades of Blood, God Forgives (I don’t) et Asylum : ces 3 titres représentent la variété du CD, à mon sens. Mais attention, j’aime bien tous les morceaux !!!

 

6. Je trouve votre musique indéniablement plus moderne (je pense même parfois un peu à Benighted sur certains passages), plus ouverte, plus mélodique aussi qu’à l’époque, sans pour autant perdre ce groove brutal qui faisait votre identité. Etes-vous d’accord avec cette analyse ?

Désolé, mais je ne vois pas le lien entre BENIGHTED et nous. Peut-être avec les anciens albums de BENIGHTED, et encore... BENIGHTED est un super groupe et j’avoue que leur CD « Asylum Cave » est un des must dans le genre. J’aime moins le son du dernier album (à sortir en avril), pour moi c’est un peu trop surproduit et on n’entend pas assez les guitares à mon goût. Sinon il y a toujours eu un peu de mélodie dans DEPRAVED. L’idée est que l’auditeur retienne un air, un rythme qui fait qu’il peut identifier le morceau et le groupe. Il faut essayer de faire des titres cohérents sans trop se répéter.

 

7. Depuis votre retour en 2014, votre son également a évolué : moins étouffé, à la fois plus clair et plus puissant. Qui s’est chargé de la production et du mastering de ce nouvel album ? Y a-t-il eu quelques incidents notables pendant l’enregistrement ? Décrivez nous un peu ces sessions studios !

Nous avons enregistré chez un pote (également guitariste d’ILLEGAL CORPSE – Thrash/Crossover). Nous avons pris le temps d’enregistrer mais surtout de mixer. Le mastering a également été réalisé avec lui. Nous en sommes très satisfaits. C’était un travail « comme à la maison » mais avec beaucoup de rigueur, mais sans pression. Tout d’abord la batterie a été enregistrée et ensuite tout le monde y est passé. Les 2 guitares ont été enregistrées 2 fois par chacun des guitaristes, ce qui est rare maintenant puisque souvent un seul guitariste fait toutes les pistes (souvent aussi pour des raisons budgétaires). Cela a permis d’étoffer le son à mon sens, Cédric et moi ayant un jeu très différent. Aucun incident durant l’enregistrement, nous étions prêts.

 

 

8. Il y a aussi eu un changement important au niveau des lyrics et du visuel, avec une approche moins directe, plus sobre et d’aucuns diront plus subtile (on se rappelle tous de la sublime pochette de Decadence and Lust !) et peut-être finalement encore plus menaçante, laissant plus de place à la suggestion. Qui écrit les lyrics, qu’est-ce qui vous inspire et, d’une manière générale, comment choisissez-vous quelle thématique devra coller avec quelle chanson ?

Kristoff avait cette pochette en tête depuis un moment déjà. C’est plus sobre mais aussi plus sombre. Les lyrics restent très sommaires, nous ne sommes pas là pour faire de la politique ou de la morale. Il s’est inspiré de ce qu’il a pu vivre durant les dernières années. Et puis concernant les dessins, disons que nous avions fait le tour. Nous étions parmi les premiers à faire des pochettes porno-gore (et qui plus est à partir de dessins originaux), donc on n’a pas forcément eu envie de refaire ce que nous avions déjà fait. Concernant la création des chansons, la musique est toujours composée avant, et le chant vient s’y greffer. Il faut que la composition sonne bien sans le chant, c’est essentiel.

 

9. Depraved est aussi et surtout reconnu comme un excellent groupe de scène. Depuis plus de 20 ans que vous foulez les planches avec Depraved, vous avez ouvert pour nombre de formations prestigieuses (Napalm Death, Aborted, Benighted, Loudblast entre autres) et vous devez avoir des tonnes d’anecdotes à raconter ! Pouvez-vous nous révéler vos pires et vos meilleurs souvenirs de concerts ?

Nous avons une grosse marge de progression sur scène. En fait nous ne faisons pas assez de concerts, je pense. Cela se passe généralement bien, c’est sûr, mais l’on doit pouvoir faire mieux. Il n’y pas vraiment de pires concerts. Globalement cela s’est toujours bien passé, après on a pu se retrouver à jouer devant 30 ou 40 personnes après avoir fait 400 km, mais c’est le jeu … Question bons souvenirs, c’est pareil. Cela dépend souvent des groupes avec qui on partage l’affiche, de l’organisation ….

 

10. A ce propos, une tournée est-elle prévue afin de défendre sur les planches Raped Innocence ? Si oui, quelles sont les prochaines dates à venir ?

Pas vraiment de tournée, on va essayer de jouer pas mal mais c’est assez compliqué. Je profite de cette interview pour préciser que l’on est prêt à jouer, donc n’hésitez pas à faire circuler l’information. Nous sommes également à la recherche d’une structure qui nous aiderait à démarcher, nos emplois du temps respectifs ne nous permettant pas de tout faire.

 

11. Allez, petit exercice rhétorique pour tenter de persuader ceux qui ne l’ont pas encore fait de venir vous voir en live : comment décririez-vous Depraved sur scène en seulement trois mots ?

Energie, authenticité et plaisir.

 

12. Si vous aviez l’opportunité de tourner avec le groupe de vos rêves, quel combo choisirez-vous pour partager l’affiche ?

Trop tard, il a arrêté … SLAYER bien évidemment. Après, je n’ai pas de « groupes rêvés », toujours peur d’être déçu par le comportement et la mentalité des uns et des autres.

 

13. Cette interview touche à sa fin, merci à vous pour vos réponses ! Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Continuer à prendre plaisir à faire ce que l’on fait, composer encore et encore, faire des concerts, bref être un groupe de musique…

Merci pour ton interview, n’hésitez pas à nous contacter, à visiter nos pages …. STAY DEPRAVED

depravedband@orange.fr

https://www.facebook.com/depravedfrance

https://www.depravedband.bandcamp.com

https://www.youtube.com/watch?v=Tw2azWbOk0I&feature=share&fbclid=IwAR3xWPRKWWpf8oIvjUZ2arJ4rbWq9mxi6EIie20UM3YLipQvDcB5cl20yOM

 

 

Gilles (guitare) – 09/03/20

interview réalisée par Icare

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

En voir plus