Allen Olzon

Quand on vous propose une interview avec Anette Olzon, chanteuse émérite de Nightwish sur deux albums puis partenaire éphémère de l’hyperactif Russell Allen (Symphony X, Adrenaline Mob) sur un pur produit Frontiers Records, on ne peut pas laisser passer l’occasion !

C’est une femme souriante, joyeuse et empathique (ndlr : probablement que ma voix grippée et ma toux infecte durant l’entretien à jouer) avec qui j’ai passé presque une demi-heure pour discuter de ce nouvel album, de The Dark Element qui a achevé son dernier opus dernièrement et, forcément, de la vie après la machine de guerre que fut Nightwish. Simple et sans filtre, la suédoise semble épanouie et heureuse dans ses choix et sa vie. Laissons-là vous expliquer tout ça.

[Par Eternalis]

 

Salut Anette ! Je suis vraiment fier de parler avec toi aujourd’hui ! Comment vas-tu ?

Je vais très bien merci ! Je reviens de ma journée de travail et je n’ai pas encore eu le temps de m’endormir devant une série TV donc je suis encore dans une bonne forme (rires)

 

Juste avant de parler de « Worlds Aparts », quelques mots à propos du deuxième The Dark Element, « Songs the Night Sings ». Es-tu satisfaite du retour des fans ? Avez-vous planifié des dates pour 2020 ?

Je suis vraiment heureuse de l’album et les réactions ont été bien meilleures que concernant le premier. C’était quelque chose de nouveau et les gens ont cherché des comparaisons. J’ai l’impression que nous avons été plus accueillis en tant que groupe cette fois. Nous avons reçu un certain nombre de demande de concerts mais ça n’a pas pu se faire car Jani (Liimatainen, guitare) est désormais très pris avec son autre groupe Insomnium. Donc nous n’avons que deux festivals cette année et espérons pouvoir faie une vraie tournée en 2021.

 

« Worlds Apart » est le nouveau projet de Magnus Karlsson. Est-ce que tu le connaissais avant de travailler sur cet album ?

Non, je ne l’avais jamais rencontré avant cet album. Bien sûr, je le connaissais de nom mais je n’avais jamais eu l’occasion de parler avec lui, comme Russell d’ailleurs.

 

Est-ce que tu avais déjà écouté des albums de Allen Lande ou Kiske Sommerville avant ?

J’avais écouté quelques titres de Allen Lande, jamais de Kiske Sommerville avant. J’adore Jorn Lande donc forcément, j’avais été écouté quelques chansons.

Comment Magnus a-t-il pris contact avec toi ?

En fait c’est notre label, Frontiers Records, qui nous a mis en relation. Nous sommes avec eux pour The Dark Element et Magnus leur avait parlé d’un nouvel album. C’était l’année dernière, avant même que j’enregistre pour le deuxième album de TDE. Frontiers a évoqué mon nom et m’en ont parlé mais je voulais d’abord en parler avec Magnus. Et après avoir entendu les chansons, j’ai dit « Evidemment, allons y ! ».

 

Du coup, quand as-tu enregistré tes prises de voix ? Avant ou après le deuxième The Dark Element ?

C’était un peu près en même temps (rires). C’était l’été dernier, j’enregistrais pour « Songs the Night Sings », j’étais vraiment occupé à ça et j’ai dis à Magnus que je le ferais après la période estivale, quand je me serais reposée du précédent enregistrement. Mais il m’a dit « Non non, tu dois le faire maintenant » (rires).

Finalement, je me suis retrouvé à quitter le studio pour The Dark Element et à enregistrer pour Allen Olzon immédiatement après. C’était intense !

 

Deux albums en même temps finalement ?

Oui, ce n’est pas très commun (rires). Mais c’était beaucoup de fun, c’est une musique complètement différente de The Dark Element et j’ai pris beaucoup de plaisir à le faire.

 

« C’est devenu quelque chose de normal aujourd’hui. Chacun enregistre chez lui, dans son pays, avec son propre home studio »

 

Et je suppose qu’il n’y avait pas vraiment de pression pour cet album. C’est quelque chose de plus rock n’roll dans l’esprit ..

Oui, complètement ! Je veux dire, c’est un album où nous sommes deux chanteurs donc la charge de travail est déjà moindre. C’est plus facile avec un chanteur comme Russell, qui avait déjà tout enregistré. C’est plus melodic rock, avec du feeling .. ce n’est pas le même genre. C’est un album très fun !

 

J’ai lu sur internet que vous n’avez jamais eu l’opportunité de vous rencontrer Russell et toi pour l’album. Est-ce que ce n’est pas frustrant d’avoir travaillé uniquement à distance ?

Non. Enfin, je veux dire que ça serait toujours mieux de travailler face à face, de se dire bonjour et de s’y mettre mais c’est compliqué aujourd’hui. Je ne dis pas qu’on ne se verra jamais mais c’est la même chose avec The Dark Element. Quand Jani et moi avons commencé à enregistrer le premier album, nous ne nous étions encore jamais rencontrés (rires). C’est devenu quelque chose de normal aujourd’hui. Chacun enregistre chez lui, dans son pays, avec son propre home studio et ... [ndlr : elle hésite] c’est toujours plus sympa de travailler ensemble mais je n’ai que des e-mails de Russell pour le moment.

 

Et où as-tu enregistré ? En Suède je suppose ?

Oui. J’enregistre désormais toujours avec mon meilleur ami, Nicklas Olsson de Alyson Avenue qui me connait parfaitement [ndlr : Alyson Avenue était le groupe d’Anette avant qu’elle intègre Nightwish]. C’est une très petite pièce qu’il possède mais elle est parfaite pour enregistrer mes vocaux.

 

Quand Magnus t’a appelé, toute la musique avait déjà été composé et enregistré. Quel a été ton apport ? Est-ce que tu as suggéré des idées sur les lignes vocales ou la musique durant le processus d’enregistrement ?

Effectivement, toutes les chansons étaient prêtes et Russell avait chanté la plupart des siennes. J’ai tout de même fait des changements dans les mélodies car je suis une femme et qu’elles avaient été pensé par des hommes (petits rires). Je veux dire, c’était bien mais j’ai ajouté ce que je pensais être mieux sur les harmonies, afin de faire cohabiter nos voix. Donc on va dire que j’ai contribuer pour les arrangements vocaux mais pas sur la composition ou les paroles.

 

La première chanson de l’album « Never Dies » est chanté uniquement par Russell. J’ai été surpris de voir qu’un « duet album » [ndlr : littéralement car c’est moche à traduire en français ahah] commençait par un morceau avec une seule voix. Pourquoi ce titre en premier ?

En fait, ce n’est pas ma décision (rires). Ce sont des choses que le label et Magnus ont vu ensemble mais je ne sais pas pourquoi cette chanson a été mise en première. Je comprends les fans qui se disent en découvrant l’album « Qu’est-ce qui se passe ? Où est Anette ? » (rires). 

Après nous avons chacun des titres où l’on chante seul(e) mais je peux imaginer une certaine frustration, ou incompréhension, lorsque l’on découvre l’album.

 

C’est un excellent morceau pour débuter, très puissant ! Mais comme tu dis, j’ai pensé la première fois « Où est Anette ? » [ndlr : elle rit]. Tu l’as d’ailleurs dit, certains titres, comme « One More Chance » ou « I’ll Never Leave You » sont uniquement chantés par toi. Comment avez-vous décidé de qui chante quoi et où ?

C’était en fait une décision de Magnus dès le départ. Il décidait les chansons de Russell, les miennes et celles où nous interviendrons tous les deux. Et quand nous sommes deux, qui chante quoi à l’intérieur du titre. C’est lui qui a décidé.

 

 

Quelle est ta chanson préférée de l’album ?

Je les aime toutes ! Je pense « No Sign of Life » qui est très puissante et j’adore la chanter. Après il y a « I’ll Never Leave You », « ma » chanson qui a été très fun à enregistrer et qui est vraiment catchy.

Je trouve aussi que « What If I Live » ou « Who’s Gonna Stop me Now » ont beaucoup d’énergie et que nos voix se combinent bien ! C’est dur de choisir ! (rires)

 

« J’ai été la voix de Nightwish pendant plusieurs années et c’est normal que les labels en parlent. Je ne peux pas en être frustrée...c’est comme ça ! »

 

Frontiers Records présente l’album comme « Un duo entre Russell Allen et Anette Olzon, l’ex-Nightwish ». Sept ans plus tard, qu’est-ce que tu penses de cet « ex-Nightwish » qui te rappelle constamment, partout, cette partie de ta vie ?

Je pense que c’est quelque chose que je verrais encore pendant de longues années. Bien sûr, pour les gens qui vont lire le message, un « ex-Nightwish » va parler à beaucoup plus de monde et donner envie d’écouter. C’est un truc de promotion, je ne décide de rien et je dois dire que désormais, je m’en fous. C’est une partie de ma vie et j’en suis fière. J’ai été la voix de Nightwish pendant plusieurs années et c’est normal que les labels en parlent. Je ne peux pas en être frustrée...c’est comme ça !

 

Et tu peux en être fière ! Tu as été enregistrée deux albums avec Nightwish, « Dark Passion Play » et « Imaginaerum ». Qu’est-ce que tu penses de tes performances personnelles sur ces disques ? Personnellement, et je sais que je ne suis pas le seul, « Imaginaerum » est mon album préféré de Nightwish ...

Et bien...je suis vraiment heureuse de ces albums même si ce sont deux histoires totalement différentes. Pour « DPP », je venais d’arriver dans le groupe et tout avait déjà été fait en studio, les dés étaient jetés. Tuomas [ndlr : Holopainen : claviers] avait tout prévu et il ne restait plus que ma voix. J’ai essayé de chanter du mieux que je pouvais mais certaines choses étaient vraiment très hautes et je sais que ce n’est pas comme ça que le groupe aurait voulu initialement. Pour « Imaginaerum », c’était différent puisque Tuomas connaissait ma voix, nous avions travaillés ensemble, tournés ensemble et il savait où je pouvais et voulait aller. Il y avait également le film et la dimension très théâtrale de l’album qui me correspondait bien et je suis convaincu que nous avons réalisé avec « Imaginaerum » quelque chose de grand. Je suis vraiment très satisfaite de mon chant dessus.

 

Je vous avais vu sur cette tournée au Zenith de Nantes, en 2012. Est-ce que tu te souviens de cette date ?

Nantes...oui je me souviens vaguement. Pas spécifiquement de la date mais que je n’arrivais pas à prononcer le nom de la ville (rires). Mais nous avons vu tellement de villes, fait tant de dates sur cette tournée...c’est difficile de se souvenir de tout. Tu sais, on est dans le bus ou dans l’avion, on se repose dans la salle, on joue et on repart donc tout fini par se ressembler. Ce qui est sûr, c’est que l’accueil de la France a toujours été adorable et chaleureux et je suis certaine que c’était une grande soirée ! [ndlr : ça l’était !]. J’ai fini cette tournée très fatiguée comme tu le sais ... [ndlr : c’est d’ailleurs à ce moment qu’elle a été « remerciée » par les finlandais]

 

Je sais que l’aventure Nightwish ne s’est pas très bien terminée mais as-tu des contacts avec eux désormais ?

Non, pas du tout. Nous nous envoyons quelques mails mais ce sont des choses liés au business, notamment avec le batteur [ndlr : Jukka Nevalainen, qui n’est plus batteur de Nightwish mais s’occupe du booking et de la partie business du groupe). On ne peut pas dire que l’on se parle régulièrement mais qui sait...on pourrait se revoir un jour à un concert ou faire une apparition. On ne sait jamais (rires)

 

Frontiers Records aime beaucoup les albums comme celui-ci, les réunions de chanteurs ou chanteuses. Si tu devais choisir ton partenaire idéal(e), homme ou femme, qui est-ce que ça serait ?

C’est dur d’en choisir un seul. Je pense que Jorn Lande est mon chanteur préféré donc ça pourrait être génial. Russell aussi évidemment mais désormais c’est fait (rires). Avec une femme, j’adorerais chanter avec Simone Simons d’Epica. Déjà parce que c’est une personne adorable que j’ai pu rencontrer plusieurs fois et que nos voix sont totalement différentes. Elle possède une voix classique que je n’ai pas et nous pourrions créer une atmosphère intéressante. J’aimerais beaucoup.

 

« Il faut tourner, encore et encore si tu en as l’opportunité, pour créer une dynamique et vendre plus. C’est ce que fait Nightwish et c’est une vie très difficile car tu ne peux pas vraiment avoir d’amis ou de famille à côté (rires). »

 

J’ai lu dans une interview récente que tu continuais la musique mais que tu avais un travail à plein temps à côté. Tu es infirmière, c’est ça ?

Oui, complètement je suis infirmière ! J’ai terminé mes études après Nightwish et je n’ai pas d’autres choix que d’avoir un job régulier du lundi au vendredi.

Si je pouvais chanter tout le temps, vivre de la musique et voyager dans le monde entier, comme c’était le cas avec Nightwish, je le ferais mais ce n’est plus le cas. La musique coute très chère et on gagne difficilement sa vie avec. C’est un boulot très dur, d’être loin de sa famille tout le temps et de ne jamais savoir où on sera 48h plus tard. Aujourd’hui je fais mon métier et la musique à côté et c’est ok pour moi, je le vis très bien.

 

C’est une situation que vit beaucoup de groupes aujourd’hui car vivre de sa musique est très compliquée. Qu’est-ce que tu penses de l’industrie de la musique et de toutes les plates-formes qui sont désormais là ?

Je pense que ce n’est pas comme dans les premières années où les grands groupes comme Mötlëy Crüe sont arrivés, vendaient des albums physiques par milliers et partaient en concerts. Aujourd’hui, tu dois vivre avec Spotify et Youtube et c’est devenu très difficile de gagner de l’argent. Evidemment, si tu es une popstar ou Metallica, ça va mais c’est loin d’être le cas de tout le monde. C’est pourtant tellement fun et important d’avoir un album physique entre les mains, de porter un vinyle...

Alors il reste la situation de tourner, encore et encore si tu en as l’opportunité, pour créer une dynamique et vendre plus. C’est ce que fait Nightwish et c’est une vie très difficile car tu ne peux pas vraiment avoir d’amis ou de famille à côté (rires).

 

 

Les instruments coûtent cher. Enregistrer coûte cher et on voit énormément de jeunes groupes arrêter car ils ne peuvent simplement pas continuer à vivre leur musique...tu ne trouves pas ça triste ?

Ça l’est. La musique reste un art et il faut y prendre du plaisir mais c’est un métier très dur, plus que les gens pensent. Les labels ne paient pas les locations de studio car ils ne peuvent pas, les budgets pour les vidéos sont revus à la baisse et on doit faire beaucoup de choses par soi-même. Ce n’est pas le rêve qu’on imagine et oui, il faut un job régulier pour pouvoir continuer. Je n’ai pas de problème avec ça car j’adore mon travail et je n’ai pas envie de pleurer sur ma situation. Mais c’est plus difficile pour les jeunes qui pensent qu’ils deviendront des stars avant même de commencer. Il ne faut surtout pas penser à la célébrité car c’est le meilleur moyen d’être déçu et de tout arrêter (rires).

 

Ma prochaine question concerne ton futur, musical ou autre. Quels sont tes projets ? Merci de ton temps ! A bientôt !

J’ai commencé à travailler sur un nouvel album solo donc je vais continuer dans cette voie et voir ce qu’il va en sortir. Nous allons également attendre si des dates se concrétisent pour The Dark Element !

Merci pour cette interview, et reposes toi bien ! La France est un beau pays et j’ai hâte d’y revenir !

 

 

[Entretien réalisé le 25/02/2020, par Skype]

              

interview réalisée par Eternalis

0 Commentaire

6 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

En voir plus