Wintersun

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Wintersun
Nom de l'album Wintersun
Type Album
Date de parution 13 Septembre 2004
Labels Nuclear Blast
Enregistré à Sundi Coop
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album495

Tracklist

1.
 Beyond the Dark Sun
 02:38
2.
 Winter Madness
 05:08
3.
 Sleeping Stars
 05:41
4.
 Battle Against Time
 07:03
5.
 Death and the Healing
 07:13
6.
 Starchild
 07:54
7.
 Beautiful Death
 08:16
8.
 Sadness and Hate
 10:16

Bonus
9.
 Winter Madness (Demo Version)
 06:00
10.
 Beyond the Dark Sun (Demo Version)
 02:43
11.
 Death and the Healing (Demo Version)
 06:46

Durée totale : 01:09:38


Chronique @ BadaOfBodom

25 Juin 2007
Attention ! Je tiens à vous prévenir, pour ma première chronique, je n'y vais assurément pas de main morte car l'album éponyme de Wintersun auquel je m'attelle dès à présent est bien loin d'être un album banal, voué à dégénérer dans une discothèque ou à demeurer dans les tréfonds de l'oubli. Cet album, n'ayons pas peur des mots, est en tout point un véritable chef-d'œuvre qui n'a rien à envier à quiconque. La preuve en est qu'en m'abandonnant à celui-ci par l'ouïe, des frissons m'assaillent de toute part et ce à chaque morceau.
Une telle expérience sensible n'est pas fondamentalement nouvelle pour moi, j'en conviens. D'autres groupes ont, en effet, réussi ce miracle qu'est la transfiguration de ma personne avec leurs réalisations. Seulement voilà, peu de formations peuvent se targuer de déclencher des réactions biologiques en adéquation avec le concept mis en avant par leurs soins. Ici, avec Wintersun, tel est cependant le cas puisqu'en écoutant l'album, c'est comme si l'on ressentait, au plus profond de nous-mêmes, le froid à la fois morose et galvanisant de l'hiver.
Bref, si vous n'avez pas eu la chance de découvrir cette perle musicale ou si vous voulez simplement revivre votre écoute par écrit, laissez-moi alors vous conter ce magnifique voyage dans un ailleurs, voyage duquel, vous l'aurez compris, je ne suis pas revenu indemne et que je laisse derrière moi avec toujours autant d'amertume.

Mais avant de mettre les pieds dans le fabuleux royaume du tout puissant soleil hivernal, c'est-à-dire avant d'entrer concrètement dans le vif du sujet en vous présentant toute la richesse musicale de ce premier effort par Wintersun, commençons par nous focaliser sur la première impression de l'ouvrage, qui se veut forcément extérieure.
Placés alors devant les portes majestueuses du royaume, la pochette à portée de regard, ce qui nous frappe à brûle-pourpoint, c'est, pour ne donner qu'un exemple parmi tant d'autres, une certaine similitude avec la pochette d'un album culte d'Emperor : j'ai nommé "In The Nightside Eclipse". Et, sans surprise, c'est bel et bien Kristian Wåhlin, le célèbre Necrolord, qui a encore frappé. On s'en doutait : son style est reconnaissable entre mille en ce qu'il affectionne particulièrement les couleurs froides, et en particulier le violet, pour ses réalisations picturales.
Or, on en conviendra, ce penchant artistique de l'illustrateur n'est pas un mal dans le cas présent car il donne alors l'opportunité à la pochette de coller parfaitement au contenu du disque et plus généralement au concept introduit par Wintersun, concept qui se retrouve également dans les paroles. Visuellement, on retrouve l'opposition du chaud et du froid, de la vie et de la mort, de la lumière et de l'obscurité, tout cela symbolisé par la cohabitation entre le soleil étincelant et la nuit étoilée, et la proximité entre le cadavre étendu et les sapins enneigés dont l'un abrite une énergie flamboyante.

Je ne vais donc surprendre personne si je dis que les paroles de l'album traitent surtout du combat existentiel de l'homme contre la froideur hivernale de la mort, contre la fuite du temps symbolisée par les beaux jours qui se fanent, et contre le chagrin qui en résulte. En fait, et peut-être malgré lui, cet album s'inscrit plus ou moins dans la tradition du Carpe diem : "Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain" nous disait Horace, poète italien à l'origine de cette tradition.
En revanche, ce qui est intéressant, c'est que les textes sont loin d'être empreints d'une neutralité, parfois affligeante. En effet, tous les thèmes abordés dans cet album renvoient de près ou de loin à la vie de son auteur, que nous aurons l'occasion de présenter ultérieurement dans cet article.

Ceci étant dit, ouvrons maintenant le boîtier, non sans fébrilité, sortons le CD, et insérons-le dans notre lecteur. Que se passe-t-il ?
La première note retentit, les portes d'un royaume reculé, fait de neiges immaculées, daignent s'ouvrir (je vous renvoie au clip de "Beyond The Dark Sun" pour comprendre mon image), et nous voilà immédiatement immergés dans l'univers non moins rafraîchissant que fascinant de Wintersun.

Déjà, à notre grande surprise, notre périple ne débute pas du tout comme on aurait pu l'imaginer. On se souvient, d'après ce que je disais précédemment, du fameux "In The Nightside Eclipse" d'Emperor et de son introduction lugubre à souhait, nous donnant l'impression frissonnante de nous être égarés dans un blizzard aussi mystique que malsain. Eh bien, "Wintersun", malgré une pochette du même acabit, démarre, au contraire, sur les chapeaux de roues avec un morceau d'un dynamisme et d'une efficacité redoutables. Ce morceau, "Beyond The Dark Sun", met directement les auditeurs dans le bain en leur offrant un condensé alléchant de ce qu'ils vont avoir la chance de découvrir par la suite : un savant mélange des genres... Au terme de cet "amuse-gueule" du plus bel effet, tout un chacun aurait donc légiTimement pu prédire une baisse de régime dans la suite des événements.
Que nenni, braves gens ! La chanson suivante, dont le titre "Winter Madness" est assez évocateur, enfonce irrémédiablement le clou : elle commence fort énergiquement, dans un déluge de notes, et maintient sa cadence effrénée jusqu'à la fin. On a ainsi le droit à de beaux blast beats à la batterie et à un jeu de guitare véloce, le tout arrosé intelligemment par un clavier qui ne fait ni trop pompeux ni "gadget". En somme, on retiendra de "Winter Madness" le goût avéré qu'a Wintersun pour la célérité.
L'erreur serait néanmoins de croire que Wintersun n'a que cette corde à son arc. "Sleeping Stars" est justement là pour remettre les pendules à l'heure. Car, avec ce morceau, nous explorons clairement de nouvelles contrées où la sérénité est bien plus de mise que la frénésie. Ici, le rythme est globalement lent sans être pour autant soporifique, à un point où il n'est pas sans rappeler la tradition du Doom Metal initiée par Black Sabbath.
Mais la trêve est de courte durée. "Battle Against Time", à la croisée de "Beyond The Dark Sun" et de "Winter Madness", nous coupe une nouvelle fois le souffle avec ses riffs échevelés qui écrasent tout, en finesse bien sûr. La fougue de Wintersun se confirme donc encore un peu plus.
Ayant échappés de peu à la syncope, après cette rafale de sons assemblés à merveille, reprenons doucement nos esprits avec "Death And The Healing". Cela dit, sortez vos mouchoirs car la mélodie, qui s'arc-boute sur le clavier, est d'une pureté remarquable. L'atmosphère mélancolique qui en ressort est absolument exquise, et le plaisir ressenti à cet égard ne faiblit pas tout au long du morceau.
Une fois encore, cette paix relative ne va pas durer bien longtemps. "Starchild" veille au grain. Cependant, "Starchild" a ceci de particulier qu'il est le titre le plus captivant de l'album, et il convient de le sacraliser dans cette optique. En vérité, c'est bien plus qu'une simple chanson qui parvient jusqu'à nos oreilles : c'est un montage de chansons, nuance. Un montage composé de cinq parties distinctes relatant dans les moindres détails l'épopée fabuleuse d'un enfant pas comme les autres, l'enfant des étoiles.
"Beautiful Death" a, par conséquent, la lourde tâche de devoir maintenir le niveau, ayant désormais atteint des sommets. Et c'est en créant la surprise que cette tâche est accomplie haut la main. Car, sans vouloir offusquer les puristes, il faut tout de même reconnaître que "Beautiful Death" s'écarte indubitablement des sentiers empruntés depuis le début, en mettant l'emphase sur le côté Black Metal. Il en résulte qu'à certains moments, quelques sonorités bien connues ressurgissent, sonorités issues d'un autre album culte d'Emperor : "Anthems To The Welkin At Dusk".
Quant à "Sadness And Hate" qui clôture l'album, force est de constater que c'est une sorte de synthèse entre "Sleeping Stars" et "Death And The Healing". On a donc à faire tout naturellement à un morceau de qualité, qui souffre néanmoins d'un léger défaut : la redondance. Ma foi, on ne va pas non plus en faire tout un fromage !

Une fois revenus à la réalité, au terme de ce voyage initiatique (je reviendrai sur ce point), il ne nous reste plus qu'à faire le bilan de notre expérience, et quelle expérience !
Tout d'abord, il faut bien l'avouer, l'album est dans son ensemble très au point, avec des morceaux très élaborés musicalement. Difficile alors de ne pas rester bouche bée devant tant de technique et d'inspiration, d'autant plus que ce bijoux musical est la progéniture légiTime d'un seul homme : Jari Mäenpää, dont le nom figure à juste titre dans le coin inférieur gauche de la pochette.
Et je dis bien "légiTime" car bien que Jari Mäenpää ait fait le plus gros du travail - à savoir le chant, la guitare, la basse, le clavier, et la programmation - il n'en est pas tout à fait le seul artisan. En effet, pas de boîte à rythme à l'horizon : il a choisi de faire appel à Kai Hahto, une vieille connaissance d'Arthemesia, pour se charger des parties de batterie. Pourquoi, me direz-vous ? Parce que le génie de cet homme a quand même des limites : il est humain, ne l'oublions pas. Marteler les fûts, ce n'est pas son fort, et il le dit ouvertement.

Tout ceci mérite un éclairage. Vous vous en doutez, Jari Mäenpää ne nous a pas pondu un opus aussi riche musicalement sur un coup de tête. En réalité, il a su mettre à profit ses expériences musicales passées. Et, force est de constater que son palmarès est assez impressionnant. Jari Mäenpää est devenu "acteur" de la scène Metal en faisant son entrée dans le groupe Immemorial, qui est malheureusement resté dans l'ombre à cause d'une absence de sortie commerciale. Cependant, Jari Mäenpää ne va pas rester très longtemps inaperçu : après sa rupture avec Immemorial, il s'engage avec ArthemesiA, un groupe de Black Metal aux tendances symphonique, mélodique, et atmosphérique. Avec ce groupe, il va sortir un album de grande qualité qui révèle déjà son talent : le très inspiré "Devs Iratvs". Mais ce qui a fait connaître Jari Mäenpää mondialement, c'est, comme vous le savez, sa longue implication avec Ensiferum, groupe célèbre avec qui il nous a livré les somptueux albums éponyme et "Iron". Enfin, n'oublions pas de dire que Jari Mäenpää a également contribué à l'élaboration du très bon "Corona Borealis" de Cadacross, groupe officiant dans le même style que Children Of Bodom. C'est à croire que tout ce que Jari Mäenpää touche se transforme en or... On comprend alors pourquoi, Wintersun, où tout ce parcours est en quelque sorte synthétisé, est particulièrement enthousiasmant.

Maintenant, j'aimerais revenir sur ce que je disais tout à l'heure, à savoir que l'écoute de l'album pouvait s'apparenter à un véritable voyage initiatique, chose qui peut paraître assez incongrue de prime abord, j'en conviens. En réalité, ce que j'entends par là, c'est que cet album semble annoncer la naissance d'un genre nouveau dans le monde du Metal puisqu'il est relativement difficile de classer Wintersun dans un style déjà existant. Cela dit, le groupe n'a pas non plus tout inventé, tout créé ex nihilo, mais il a eu la présence d'esprit de mélanger, et c'est là qu'est véritablement son talent. Mélanger quoi ? Presque tout, ce qui explique justement l'impossibilité de ranger Wintersun dans une case, mais aussi la grande subtilité de sa musique. En fait, à la manière d'un pot-pourri, les différentes influences du groupe se combinent et créent ainsi des effets de synergie, plus ou moins complexes, mais essentiels pour une musique qui se veut hybride.

On peut alors s'amuser à identifier tous ces styles sous-jacents. Attelons-nous à cette tâche :
Tout d'abord, comme nous l'avons dit précédemment, l'album flirte clairement avec le Doom Metal au travers de "Sleeping Stars" et avec le Black Metal, en particulier au travers de "Beautiful Death". Mais l'ingrédient Black Metal est en réalité assez présent tout au long de l'album, même s'il ne reste qu'un ingrédient. Par exemple, que dire du chant, mis à part qu'il est impeccablement maîtrisé ? Eh bien, force est de constater que ce chant s'inscrit majoritairement dans la tradition vocale du Black Metal qui a d'ailleurs été reprise dans ce que j'appelle le Power Death/Black Mélodique, style dont Alexi Laiho et sa bande en sont évidemment les précurseurs. Dans la même optique, dans la musique de Wintersun, on s'aperçoit qu'il y a des emprunts directs à Arthemesia, l'ancien groupe de Jari Mäenpää que j'ai présenté tout à l'heure. Ecoutez entre autres "Lifemocker" de l'album "Devs Iratvs" et osez venir me dire que cela n'a pas constitué une source d'inspiration pour un morceau comme "Winter Madness"...
Toutefois, pour en revenir au chant, n'oublions pas de signaler la présence d'une voix claire, alternative, là encore maîtrisée, que Jari Mäenpää avait déjà l'habitude d'utiliser dans son ancien groupe aux influences Viking/Folk/Epique, Ensiferum, et qui est largement la bienvenue en ce qu'elle ajoute une touche d'originalité non négligeable, un souffle épique justement. A noter tout de même que cette voix alternative est beaucoup plus présente que dans Ensiferum où elle était incontestablement reléguée au second plan. Ici, elle est aussi importante que la voix Black, comme vient en attester "Death And The Healing" où aucun cri ne fait son apparition, laissant la pure harmonie s'exprimer.
Le Death Metal est également à l'honneur dans cet album. Il l'est tout d'abord au travers des paroles : les morceaux "Death And The Healing" et "Beautiful Death" en constituent la preuve formelle. Bien entendu, on est très loin de la violence véhiculée par les morceaux de Cannibal Corpse et compagnie, mais on reste malgré tout dans le thème de la mort qui est alors évoqué avec spiritualité. Ici, ce sont les senTiments, les plus "élevés" dirais-je, qui sont sollicités, et non pas nos vils instincts pour le gore. Ceci dit, la musique a également puisé dans le Death Metal : là, c'est la batterie qui en témoigne le mieux. En même temps, avec un batteur, Kai Hahto, qui a passé le plus clair de son temps dans des groupes de Death Metal purs et durs, Rotten Sound pour le plus connu d'entre eux, on comprend qu'il y a eu de la suite dans les idées...
Enfin, le Power Metal Européen, et par extension le Heavy Metal Traditionnel, pointe lui-aussi le bout de son nez, apportant ainsi le côté très mélodique et accrocheur dans les compositions. Je l'ai dit, d'une part, les envolées guitaristiques, d'une fougue impressionnante, nous laissent parfois un goût de déjà-vu, mais pas dans le sens péjoratif du terme : ceux qui connaissent suffisamment les productions du virtuose suédois de la six cordes, Yngwie Malmsteen, digne géniteur du Metal Néo-Classique, comprendront certainement de quoi je parle... De surcroît, au risque d'en choquer plus d'un, je pense que l'on peut dire que, dans une certaine mesure, on retrouve le grain de folie de DragonForce au travers de Wintersun de par le jeu de guitare qui ne se cantonne pas à de simples soli et de par la durée des morceaux qui sont, en général, assez longs.
Si l'on dresse un bilan concis de tout ceci, on est donc amené à dire que la musique de Wintersun est finalement assez proche de celle de Children Of Bodom, et donc d'autant plus proche de celle d'Ensiferum. La tâche n'était donc clairement pas aisée sans marcher sur les plates-bandes des groupes cités, mais Wintersun a relevé le défi haut la main. En effet, on est très loin d'un vulgaire plagiat des compatriotes finlandais : ce qui nous est proposé, c'est un univers musical singulier, novateur, et riche. N'est-ce pas un comble pour une musique qui se nourrit d'ingrédients déjà usités maintes et maintes fois ? Non, assurément. Car, le génie de Jari Mäenpää a été de trouver une nouvelle recette.

J'insiste, malgré son brassage d'influences, Wintersun n'est pas tombé dans le piège de la simplicité, et Dieu sait que c'est tentant par les temps qui courent car le contexte s'y prête. On sait, bien sûr, que la scène "pro-Children Of Bodom" est en pleine effervescence depuis l'année hautement symbolique de 1997. Cette année-là, par le biais de "Something Wild", Children Of Bodom s'était imposé à la face du monde en posant les bases d'un tout nouveau genre musical distillant habilement le Power Metal Européen, ou Speed Metal Mélodique, avec des apports du Metal Extrême. Les deux albums suivants, à savoir "Hatebreeder" et "Follow The Reaper" avaient définitivement enfoncé le clou et avaient ainsi propulsé le groupe sur le devant de la scène. A partir de là, Children Of Bodom est devenu une référence pour bien des groupes dans le monde, ce qu'on constate aujourd'hui. Evidemment, les premiers groupes à avoir profité de ce "pain bénit" ont été et sont toujours les compatriotes finlandais : Norther, Imperanon, Kalmah, Cadacross, et Naildown entre autres. Mais il faut aussi bien voir que le style s'est largement diffusé hors de Finlande et se propage ainsi partout sur le globe. Pour ne donner que quelques exemples précis, évoquons Frozen Eternity aux Etats-Unis, Made Of Hate en Pologne, ou encore Blood Stain Child au Japon. Ainsi, on le voit, Wintersun qui surfe sur la même vague n'a pas eu la tâche facile. A ce propos, il me paraît intéressant de revenir sur l'exemple de Frozen Eternity car, en réalité, ce groupe s'inspire bien plus directement de Wintersun que de Children Of Bodom, comme en témoigne notamment la reprise du même concept. Ceci tend à prouver que Wintersun est à son tour devenu une source d'influence majeure pour les groupes récents.

Par ailleurs, pour revenir concrètement à l'album, on peut dire que ce dernier est vraiment bien structuré dans son ensemble et laisse apparaître, de ce fait, une certaine symétrie dans sa tracklist, qui n'en rend l'écoute que plus agréable. "Beyond The Dark Sun", morceau très énergique mais aussi très bref puisqu'il n'atteint même pas les trois minutes, fait figure d'intro et donne ainsi le ton de l'album. "Sadness And Hate", au contraire, est un morceau beaucoup plus posé et surtout beaucoup plus long puisqu'il dépasse les dix minutes : il fait alors figure d'outro. Cette distinction se retrouve dans tout l'album et l'on a donc "Winter Madness", "Battle Against Time", et "Starchild", dans la même veine que "Beyond The Dark sun", qui s'opposent à "Sleeping Stars", "Death And The Healing", et "Beautiful Death", dans la même veine que "Sadness And Hate". Il en résulte que l'on ne peut ni succomber à l'hypotension, ni à l'hypertension artérielle, le tout étant parfaitement rythmé par alternance entre morceaux dynamiques et morceaux "calmes". A noter également que la durée des morceaux ne cesse de croître au fur et à mesure de l'album : peut-être le groupe a-t-il jugé bon de ne pas dérouter ses auditeurs en leur envoyant dans les dents un morceau de plus de dix minutes juste après un morceau de moins de trois minutes...

Mais trêve de bavardages, je recommande naturellement cet album à tous les fans de Metal Mélodique car, à mon humble avis, ils ne devraient pas êtres déçus. Voilà pourquoi, si je devais simplifier ma chronique et la limiter à une seule phrase, je dirais simplement que ce premier opus de Wintersun est un album à posséder pour pouvoir l'écouter en boucle (et pas seulement l'hiver...). Wintersun, devenu groupe à part entière en 2004, après avoir recruté Jukka Koskinen à la basse et Teemu Mäntysaari à la guitare, a donc un avenir prometteur. Ceci semble ne faire aucun doute, surtout lorsqu'on sait que Jukka Koskinen vient de Norther et Teemu Mäntysaari d'Imperanon, deux groupes majeurs du Power Death/Black Mélodique qui, je le rappelle, est un style auquel Wintersun doit beaucoup. Quoi qu'il en soit, j'espère que cette modeste chronique aura rendu un digne hommage à cet album qui ne m'a pas laissé de glace et qui continue naturellement d'ensoleiller mes oreilles.

70 Commentaires

36 J'aime

Partager

Morgart - 21 Novembre 2012: bon et bien si ces étiquettes sont si bien définies, pourquoi sur SOM, on met sur le forum viking, les écoutes viking, pagan et folk ensemble?

Et là-bas, je pense pas que tu fais ta petite crise.

Et si tu es si bien documenté, pourquoi tu n'expliques pas ce qu'il y a de faux dans nos dires et quelle est la vérité?

Tu es en mode blackeux de som d'il y a quelques années, c'est ça?

Tu vois, je pose des questions car je sais que je suis pas expert. Toi, tu affirmes mais ça reste superficiel. Me demande pas où la meilleure démarche.

morgothduverdon - 22 Novembre 2012: Non mais laissez tomber. Il faut lui dire "T'as raison", et passer à autre chose. Quand il est comme ça, on ne peut pas discuter.

Oui, il y a quelques erreurs dans la chronique, mais pas en ce qui concerne l'analyse musicale pure. Je suis assez d'accord.
rikkit - 14 Janvier 2013: N'empêche Ensiferum c'est du Viking Metal.
David_Bordg - 17 Décembre 2014: une tuerie tout comme son petit frere time 1
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ mattpriest

24 Novembre 2007
Revoilà l’ami Jarri Maenpaa, après avoir quitté le groupe Ensiferum voici un album plein de surprise et qui confirme une chose : cet homme est un jeune mais très talentueux compositeur et musicien ! Même si le groupe, son groupe, n’évolue pas dans un Viking Metal forgé l’album éponyme est à garder comme un grand album !

Explications ? Mais bien entendu …

Tout commence avec un gros riff de guitare avec une forte base heavy, effectué à vitesse rapide par rapport à ce qu’on entendait de lui auparavant. La première musique de l’album est courte mais très puissante, tout comme le morceau qui suit, un peu plus long mais tout aussi intense avec un gros riff de guitare toujours avec une forte base heavy, une voix rauque reconnaissable parmi d’autres. Quelques éléments mélodiques comme une voix parfois parlé, voir même chuchoter et des solos impressionnants et qui me rappellent un son à la Luca Turilli, comme le clavier d’ailleurs. On retrouve à partir de ces deux morceaux la patte de Jarri Maenpaa qui est reconnaissable car on peut l’entendre aussi dans les deux albums qu’il à pu enregistrer avec Ensiferum !
On passe aux autres morceaux de l’album : plus long, oscillant entre 7 et 10 minutes mais avec une bonne qualité : des introductions avec un clavier, quelques chœurs pour portée la mélodie et l’ambiance de la musique, des riffs tout aussi vif mais avec cette fois-ci moins d’agressivité mais plus de « douceur », plus langoureux. Il ce lance même dans des parties de chants claires auxquels je ne suis pas habitué car il ne le faisait pas avant (dans Ensiferum), et je dois dire que c’est agréable même si on comprend pourquoi il chante avec une voix grunt ! (ce n’est pas vraiment son fort). Les claviers, même en font, cernent bien la musique et agissent comme un levier sur la mélodie, comme si ils portaient la musique. La batterie est impressionnante de part la qualité et la vitesse des parties de doubles et de rides.
Les voix portés, comme des chœurs, rajoute de l’amplitude aux mélodies déjà bien développé mais sans jamais les étouffer. C’est un constant très intéressant en effet de voir que même s’il y a pas mal d’éléments pour les mélodies et des riffs très intense et entrainant qui donne envies d’headbanger, les musiques ne paraissent pas étouffantes ni ennuyantes. Les coupures à l’intérieur des chansons comme le chant chuchoté et des moments avec juste le clavier en arrière plan (dans la musique battle against Time) apaisent en quelque sorte l’auditeur.

Avec cette album Wintersun et son membre fondateur nous montre qu’il faut conter sur eux pour les prochaines années, en espérant que le prochain opus (dont l’enregistrement est retardé) sera à la hauteur. En effet cet album ne comporte pas vraiment de fausses notes : musique entrainante, qui se retient rapidement avec des moments mélodiques à souhait qui font par moment ressortir un senTiment de mélancolie positive. Un des seule reproche que l’on pourrait faire c’est d’être encore trop ancrée dans une musique qui pourrais s’apparenter à du Ensiferum, ce qui est un grand reproche car on pourrait penser qu’il n’arrive pas encre à se défaire de son ancien groupe.

En définitif très bon album à écouter et même réécouter, et surtout entendre la suite !

2 Commentaires

5 J'aime

Partager
BEERGRINDER - 27 Fevrier 2008: Je trouve quand même que ce disque est loin d'être parfait, il y a quelques redondances et des riffs déjà-vus.
Intéressant quand même.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Hellriser

24 Août 2006
Wintersun est un groupe à considérer comme futur grand groupe de métal. La musique de ce groupe ressemble beaucoup à celle de Children Of Bodom, mais avec ces mélodies qui nous rappellent sans cesse les grands froids scandinaves cet album sait se démarquer. Bien que Jari Mäenpää se soit dirigé vers le Death, il ne délaisse toutefois pas son passage dans Ensiferum. Il utilise assez souvent le chant clair à la Viking pour ajouter une touche d’originalité à ses œuvres comme dans Death And The Healing. Je dis ses œuvres parce qu’il a tout fait lui-même sauf le drum qu’il a préféré laisser à quelqu'un d'autre. Reste que ce quasi one man band a fait son bout de chemin. Ce premier album est acclamé par bien des gens jusque chez moi au Canada. Bref Wintersun est à surveiller car une deuxième bombe est en préparation. Espérons quelle frappe autant que la première!

Mes pièces préférées : Battle Against Time, Death and the Healing, Sadness and Hate

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Daxter666

07 Mai 2010
Un album avec des mélodies magnifiques et froides, saisissant au point de ne jamais plus vouloir appuyer sur le bouton "Pause", voilà à quoi je m'attendais avant de pouvoir commencer cette expérience.

Ainsi pour commencer, on se retrouve très bien accueillis avec le premier morceau "Beyond The Dark Sun" un tube qui vous décolle rapidement les pieds de la planète Terre grâce à des riffs de guitare simples certes mais très accrochants. Les morceaux suivants restent très sympas mais les titres comme "Battle Against Time" et "Starchild" sont tellement enchanteurs et d'une beauté inouïe que vous ne pourrez pas vous empêcher de vous les repasser plusieurs fois.

Enfin pour être bref, cette album est très varié, c'est de là d'ailleurs que vient l'originalité de ce dernier, je veux dire par là qu'il y a des morceaux très techniques et rapides tout comme il y a des pistes lentes et très agréables aussi.

Pour conclure je trouve que Wintersun a très bien réussi son premier album, et je vous conseille vraiment de vous le procurer en attendant leur prochain album "Time" qui sera aussi j'espère d'une rareté comme on n'en trouve pas souvent.



0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire