The Forest Seasons

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Wintersun
Nom de l'album The Forest Seasons
Type Album
Date de parution 21 Juillet 2017
Labels Nuclear Blast
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album84

Tracklist

1.
 Awaken From The Dark Slumber (Spring)
Ecouter14:40
2.
 The Forest That Weeps (Summer)
Ecouter12:18
3.
 Eternal Darkness (Autumn)
Ecouter14:08
4.
 Loneliness (Winter)
Ecouter12:54

Durée totale : 54:00

Acheter cet album

Wintersun



Chronique @ cm91

10 Juillet 2017

Wintersun a visé haut, très haut, voire même trop haut…

Parler de la sortie du prochain album de Wintersun est une occasion idéale pour donner la définition d’une arlésienne. Vous savez, cette femme (dans ce contexte là, cette œuvre) dont on parle mais dont on ne voit jamais car toujours tenue à l’écart de la scène principale. C’était le cas lors de l’écriture de « Time I » qui aura mis près de huit longues années pour sortir. Aujourd’hui, c’est au tour de « The Forest Seasons » d’être dans la même logique. Bon, on peut dire que cette fois-ci Jari a fait un effort sur la durée car il n’a mis « que » cinq ans. Certes, c’est long, mais pas autant que la dernière fois… Enfin passons.

Avec ces quatre saisons, Wintersun n’agit plus en quatuor mais en quintet. En effet, Jari souhaitait se concentrer davantage sur le chant. Il s’est donc mis à la recherche d’un deuxième guitariste, et il a fini par le trouver en la personne de Salim Saerah. Au niveau de l’album, le titre et le concept sont une référence directe aux quatre saisons de Vivaldi : quatre chansons ayant chacune le nom d’une saison (si l’on exclut les noms précédant les titres) pour une durée de presque une heure.

A la différence de « Time I » où Jari avait placé ici et là des influences asiatiques, ici on aura plutôt droit aux ambiances hivernales de sa Finlande natale. Cela s’entend dès les premières notes de « Awaken from the Dark Slumber » où les touches glaciales nous plongeront dans un univers tiraillé entre le rêve et le réel, puis arrivent les guitares, et là le voyage commence.
Il n'y a beau y avoir que quatre titres, ils se distinguent par leur longueur mais aussi par leurs ambiances. Que ce soit l’épique « Awaken from the dark slumber » avec ses chœurs (sans doute une nostalgie du passé de Jari au sein d’Ensiferum), ou l'horrifique « Eternal Darkness » avec ses touches de Black Metal et ses orchestrations symphoniques angoissantes.

Les orchestrations parlons-en : celles-ci prennent beaucoup de place. Les guitares sont quasiment réduites au second plan, la preuve: les premiers solos ne viennent qu’à partir d’ « Eternal Darkness », pour le reste, les guitares sonnent exclusivement rythmiques. On est loin d’un Shade Empire, mais dans l’idée ça s’en rapproche.

On pourrait crier au génie, mais malheureusement, plusieurs points viennent noircir le tableau. Je ne nie pas la qualité du travail de Jari, il a fait du très bon boulot, seulement, Wintersun a visé haut, très haut, voire même beaucoup trop haut… En effet, comme sur « Time I », Jari dans son perfectionnisme le plus total, a voulu viser la lune, cette fois-ci en tentant absolument se rapprocher de l’œuvre de Vivaldi. Il a par conséquent mis l’accent sur les orchestrations. Les lignes de guitares, en plus d’être presque exclusivement rythmiques, sont donc un peu molles et manquent de force de frappe par moment. Et puis surtout, des chansons d’en moyenne dix minutes, c’est long, très long. Certes sur les anciens albums, il y avait au moins une ou deux pistes de même longueur, mais là c’est la playlist d’un disque tout entier qui est ainsi ! Les non-habitués à ce style presque progressif auront du mal à s’y faire.

Encore une fois, je ne crache pas dans la soupe, car dire que c’est un mauvais album serait de la mauvaise foi la plus totale, il y a un énorme travail de qualité avec des recherches incroyables, mais c'est trop ambitieux. L’impression de ce « The Forest Seasons » est celle d’un char d’assaut tirant des balles de pistolet. Il y a des qualités et des points forts, mais une meilleure organisation et un état d’esprit un peu moins perfectionniste auraient peut-être pu accoucher d’une œuvre plus accrocheuse, puisqu’il manque malgré tout ce petit quelque chose qui donne cette impression de majesté. Peut-être que Jari nous prépare déjà une suite dans les dix années à venir ?

34 Commentaires

7 J'aime

Partager

Fyrnael - 12 Août 2017: Faire patienter avec ça en attendant un hypothétique "Time II" ça fait un peu mal... C'est peut-être bien fait, mais ça s'arrête là. C'est pour ma part assez peu inspiré, peu convaincant et sans émotion. Je n'avais déjà pas bien aimé Time I mais là c'est le pompon...
Bon Eternal Darkness sort du lot par son côté surprenant et inquiétant comparé à ce qu'a déjà pu faire le groupe, mais le reste reste très plat et poussif. Et je ne parle même pas de la prod, tout à été dit plus haut.

Merci pour cette chro en tout cas, j'espère que si un prochain album sort avant que je n'ai oublié le groupe il sera d'une aussi bonne facture que le premier!
Fonghuet - 14 Août 2017: l'album n'est pas mauvais en soi. Il est même assez bon, mais peut-être le moins bon du groupe. Oui le son des guitares est en retrait, moins de symphonique. Pas aussi pétage de gueule sympho que Time I. Il ressemble putôt au premier album. Chaque morceau est différent. Oui les guitares sont plus simplistes, mais il faut se détacher des 2 premiers albums pour l'écouter correctement et il faut se laisser le temps. Je crois que plus on l'écoutera, plus on y trouvera des richesses
David_Bordg - 18 Août 2017: Excellent mon FONGHUET tu as tout pige! Et cette voix sur l'hiver long et froid de LONELINESS, aux intonations proche de BELLAMY, est un pur régal auditif. Le travail vocal est impressionnant et plus pousse que d'habitude, énorme performance de JARI, la meilleure et la plus puissante à ce jour!
NerZhul - 15 Octobre 2017:

" Les guitares sont quasiment réduites au second plan "

Voilà qui devrait me plaire ! Je déteste la guitare :p

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire