Warp Zone

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Martyr (CAN)
Nom de l'album Warp Zone
Type Album
Date de parution 2000
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album53

Tracklist

Re-Released in 2006 by Galy Records
1. Warp Zone
2. Virtual Emotions
3. Endless Vortex Towards Erasing Destiny
4. Deserted Waters
5. Carpe Diem
6. The Fortune-Teller
7. Speechless
8. Retry? Abort? Ignore?
9. Realms of Reverie
Bonustracks
10. Ostrogoth
11. Endless Vortex Towards Erasing Destiny (Live)
Bonustracks (Re-Released 2006)
10. Enoz Praw
11. Warp Zone (Demo Version)
12. Virtual Emotions (Demo Version)
13. Deserted Waters (Demo Version)
14. Carpe Diem (Demo Version)

Chronique @ Rammstein_fan

13 Mai 2011

Ses ambiances, sa technicité et sa férocité font du deuxième opus de Martyr un incontournable du mét

Il est parfois ironique, voire même peut-être triste, de constater que les plus belles perles musicales du monde métallique se trouvent (trop) souvent enfouies dans le fin fond de l’underground, invisibles pour la masse. Il est vrai que l’on ne tombe pas tous les jours sur des pièces d’anthologie rares mais il s’avère qu’aujourd’hui (pour moi du moins), c’est le cas. Faisons une petite rétrospective sur l’historique du groupe entourant la production de l’album avant d’entrer dans le vif du sujet.

Quelques années auparavant, le groupe avait enregistré son premier album studio (Hopeless Hopes) qui avait connu plusieurs bonnes critiques dans le milieu du métal underground au Canada et, dans une moindre mesure, aux États-Unis. L’écriture du deuxième album de Martyr s’est déroulé entre 1997 et 1999, soit immédiatement après la sortie officielle de leur premier opus, étant donné la forte vague d’inspiration qui déferlait sur le groupe à l’époque et le caractère désormais obsolète du premier album selon le quatuor.

Les frères Mongrain, accompagnés de Patrice Hamelin et de Pierre-Luc Lampron à la batterie et à la guitare respectivement, enregistrent les premiers balbutiements de Warp Zone en compagnie de Pierre Rémillard (Misery Index, Despised Icon, Anonymus). Les pistes de batterie sont, quant à elles, enregistrées au studio Victor à Montréal en deux journées et demie par le prodigieux batteur, Patrice Hamelin. Pour le reste des instruments (voix, basse et guitares), le tout a été enregistré au même studio que l’album précédant.

La force de Martyr, c’est évidement la création d’une symbiose entre tous les instruments, formant des compositions réfléchies, recherchées, uniques et qui détruisent tout sur leur passage et ce, tout en ne négligeant pas la technique et la virtuosité de chacun des musiciens qui composent le groupe (qui vont de performances remarquables en performances remarquables). Les guitares crachent d’impressionnants riffs, tous plus rageurs et techniques les uns que les autres, les solos en «legato» et les compositions polyrythmiques sont à vous faire décrocher la mâchoire et enfin, le couple basse et batterie rendent l’expérience «martyrienne» encore plus riche avec des rythmiques syncopées et complexes à se briser le coup!

Le groupe sait tout de même faire la part des choses : il ne tombe jamais dans l’excès de la démonstration musicale (submerger l’auditeur de notes jusqu’à l’overdose) comme bien des groupes de «Death technique» essayant le plus possible de compenser leur manque d’originalité en démontrant le nombre de notes à la seconde qu’ils sont capable d’extirper de leur instrument dans un seul morceau. Martyr sait comment doser sa musique et la rendre technique et efficace à la fois. Les structures des morceaux sont alambiques et demandent une certaine patience, un certain apprivoisement de la part de l’auditeur pour bien les comprendre dans leur ensemble. Sans pour autant être déconstruites, la musique de Martyr est difficile à saisir. Malgré cela, les chansons s’enchaînent tout de même avec une fluidité impressionnante et envahissent l’auditeur d’une ambiance à la fois sombre, spatiale, glauque et apocalyptique (le trio Warp Zone-Virtual Emotions - Endless Vortex Toward Erasing Destiny en est probablement le meilleur exemple).

Chaque titre s’illustre tant par sa technique irréprochable que par la qualité de sa composition : «Deserted Waters» avec son riff lourd caractéristique et son «solo» de batterie incisif, le puissant «Carpe Diem» et son refrain implacable et, finalement, le féroce duo «Fortune-Teller – Speechless», à la fois barbare et harmonieux sur certains passages. La pièce maîtresse (sinon l’une d’elles) de cet album est sans contredits «Retry? Abort ? Ignore ?» qui met en avant plan la précision et la technique de la basse et de la batterie de François Mongrain et de Patrice Hamelin. Les interventions de guitares, calculées et efficaces, sont à se briser la nuque. Enfin, la dernière pièce de l’album «Realms of Reverie», reprend le même patron, au niveau de la guitare, que le titre éponyme (Warp Zone) dans une ambiance toutefois plus spatiale. Le groupe a d’ailleurs invité le chanteur et guitariste de Gorguts, Luc Lemay, pour une narration sur le titre fermant l’album.

Martyr acquière donc sans conteste une personnalité très distincte au sein de la communauté «Death métal» grâce à cet album qui a eu un impact immense sur la musique extrême underground au Canada. Ses ambiances, sa technicité et sa férocité font du deuxième opus de Martyr un incontournable du métal québécois. Pour écoute active seulement!

5 Commentaires

3 J'aime

Partager
Bloodsong - 13 Mai 2011: Le point faible de cet album c'est le chant. Le début de l'album est superbe !
sijj - 13 Mai 2011: Bloodsong, c'est vrai que le chant est le reproche récurrent de Martyr, mais je me souviens qu'au début de Death, le chant énervait aussi! Finalement, quand on y prend gout, et c'est inévitable avec Martyr vu le niveau ultime de technicité et d'originalité, ça fait simplement partie de son identité.
Kromano - 14 Mai 2011: Un de mes albums de death technique favoris (et c'est le genre que j'ai le plus exploré)
Comme l'a dit sijj, le chant on y prend goût avec le temps ! Ce groupe mérite vraiment de sortir de l'ombre et de venir tourner en Europe ! Le style de jeu de Daniel Mongrain est vraiment unique !
Rammstein_fan - 14 Mai 2011: Les frères Mongrain ont chacun un voix caractérisque (Dan plus Thrash et François plus Death) mais ce sont ces distinctions qui font de Martyr un groupe si spéciale.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire