Verses of Fire

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Temple Of Baal
Nom de l'album Verses of Fire
Type Album
Date de parution 22 Octobre 2013
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album34

Tracklist

1. ?? ?????? 418
2. Bloodangel
3. Arcana Silentium
4. The 10th Aethyr
5. Gates of Death
6. Gnosis of Fire
7. Golden Wings of Azazel
8. Lord of the Raging Seas
9. Serpens Luminis
10. Walls of Fire

Acheter cet album

Temple Of Baal


Chronique @ grendel

15 Octobre 2013

Temple Of Baal a donc évolué dans le bon sens du terme

En 2009 Temple Of Baal, groupe de Black Metal bien connu de la scène Française nous sortait son troisième album "Lightslaying Rituals", cet opus montrait clairement une volonté d'évolution par rapport au reste de leur discographie, d'une part dans le design de leur pochette mais d'autre part dans leur musique également, en incorporent des titres plus lents et mélodiques. La production était, elle, très propre pour le style et ce qui m'a toujours frappé chez ce groupe c'est ce côté martial où chaque instrument est tout à fait audible. La batterie était presque surproduite au niveau de sa grosse caisse faisant rentrer le groupe dans un mouvement plutôt tourné Death que Black à mon goût, la technicité des riffs en moins.

En 2013 Temple Of Baal revient avec un album intitulé "Verses of Fire". En s'attardant sur l'artwork de ce dernier nous pouvons déjà remarquer une volonté de retour au sources de la part du groupe. Les teintes reviennent plus dans les tons noirs et blancs propres aux premiers albums ne laissant qu'une toute petite touche de jaune pâle. Ce retour aux sources se confirme dans la musique de l'album. Ce qui frappe à la première écoute c'est la production qui sonne beaucoup plus naturelle, rien n'est surenchéri, la batterie ne prend pas le dessus par rapport au reste des instruments et on peut dire que le mélange Black-Death cher au groupe n'en ressort qu'on ne peut mieux.

Les hostilités s'ouvrent donc sur "?? ?????? 418" (que renoncé à essayer de prononcer) et nous entrons directement dans le vif du sujet sur un titre de plus de sept minutes. Sonorités et riffs typiquement blacks, guitares très agressives auxquelles vient s'ajouter la voix au tonalités Death d'Amduscias. Le titre alterne entre couplets très rapides entrecoupés de passages plus lents et atmosphériques avec des guitares planantes mais toujours cette ambiance poisseuse et malsaine, une sorte de passage qui pourrait se faire entre une messe noire et ce qui en découlerait suite à l'éventuelle entité qui aurait été invoquée et qui dévasterait tout sur son passage. Le groupe n'a jamais vraiment brillé de par sa technicité mais ce n'est pas ce que nous attendons d'eux de toute manière. Ici nous retenons juste l'aspect direct et rentre dedans de leur musique et nous pouvons dire que nous sommes très bien servis.

"Bloodangel" est beaucoup plus court, à peine trois minutes mais trois minutes sans aucun temps mort. Un titre très sauvage, blast-beat presque ininterrompu et riffs de guitares pareils à des tronçonneuses à plein régime. Si la voix limite growl d'Amduscias n'était pas présente on pourrait presque se croire sur un album de Marduk. Nous revenons ensuite sur un titre beaucoup plus martial et planant avec " Arcana Silentium". Son début sonne presque Doom avant d'entrer à nouveau dans la rapidité. Ce dernier s'avère plutôt varié dans sa composition, et ses sept minutes passent comme une lettre à la poste sans que l'ennuie ne se fasse sentir à aucun moment. Amduscias se permet même quelques variations dans l'utilisation de sa voix qui prend par moments des intonations plus claires donnant une impression d'incantation et il y a aussi quelques passages narrés en Français en fin de morceau.

La plus grande force du groupe est de réussir à mélanger la violence avec des ambiances très glauques, "The 10th Aethyr" en est la preuve, les guitares sont en fait un mur de son et la batterie blast durant les Six minutes du morceau, mais le tout ne donne mal au crâne à aucun moment. Une sensation de puissance propre au Death liée au mysticisme du Black nous enveloppe pour ne plus nous lâcher. " Gates of Death" puise son Essence dans les compositions typiques de Morbid Angel, le titre est plus court mais nous sommes en plein dans la brutalité du Death, avec des riffs très énergique et une batterie très martiale, un léger côté Thrash ressort de cette composition et permet à l'album de ne pas tomber dans la monotonie de part ce genre de variation.

Nous pouvons d'ailleurs remarquer que l'album alterne beaucoup entre des morceaux assez longs qui ont la particularité d'être variés au niveau des ambiances, de leur composition encrées dans le mouvement Black avec des passages très atmosphériques pour enchainer directement sur un morceau plus court beaucoup plus violent et qui va droit au but sans aucun compromis. " Gnosis of Fire" morceau de sept minutes et "Golden Wings of Azazel" qui lui n'en fait que trois en sont la parfaite illustration. L'un présente un côté plus froid et prend son temps pour nous dépeindre un paysage très occulte tandis que l'autre est très rentre dedans et nous ramène à des compositions dignes de groupes comme Vader de par sa violence et sa faculté à n'effectuer aucune concession envers son auditeur.

Les trois derniers morceaux de l'album sont exactement du même acabit mais j'ai tout de même un petit coup de cœur pour "Walls of Fire". Ce dernier est une sorte de synthèse de tout l'album. Sur une durée de presque dix minutes le morceaux altèrne tous les éléments propres au Death et au Black avec des passages mêlant ambiances malsaines et d'autres où l'on ne peut s'empêcher de headbanger, des blast beats effrénés mêlés à des mid tempos où l'on s'imagine le batteur frapper tel un forgeron qui serait un train de battre le fer. La meilleure manière de clôturer l'album.

Avec "Verses of Fire", Temple Of Baal a donc évolué dans le bon sens du terme. Malgré sa durée de plus d'une heure l'album ne s'essouffle jamais et le groupe a trouvé la recette parfaite pour mélanger les deux style et les amateurs de chacun des deux y trouvera sont compte. Il n'y a certes rien d'original mais on prend notre pied malgré tout et c'est tout ce qui importe. On sent que c'est un album qui vient du cœur, loin de toutes ces autres superproductions qui ont cédé au vice de l'argent et à la surenchère de leurs productions.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Temple Of Baal


Autres albums populaires en Black Metal