Until Fear No Longer Defines Us

Liste des groupes Doom Death Ghost Brigade Until Fear No Longer Defines Us
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Ghost Brigade
Nom de l'album Until Fear No Longer Defines Us
Type Album
Date de parution 19 Août 2011
Produit par Antti Malinen
Style MusicalDoom Death
Membres possèdant cet album90

Tracklist

1.
 In the Woods
 04:17
2.
 Clawmaster
 06:34
3.
 Chamber
 06:39
4.
 Traces of Liberty
 04:01
5.
 Divine Act of Lunacy
 05:02
6.
 Grain
 05:26
7.
 Breakwater
 08:51
8.
 Cult of Decay
 04:46
9.
 Torn
 04:44
10.
 Soulcarvers
 07:53

Durée totale : 58:13


Chronique @ dissikator

09 Octobre 2011

Les fans risquent de l'apprécier sans pour autant être chamboulés

Il est toujours périlleux de rebondir après avoir sorti un album d'exception. Isolation Songs était dans cette veine. Quel est le choix de Ghost Brigade pour le petit nouveau Until Fear No Longer Defines Us : continuité, renouveau, abomination ou surpassement ?

Tenant l'objet en main, on ne peut que s'extasier devant la somptueuse pochette. Il souffle sur cette oeuvre un vent glacial, un brouillard pénétrant, des ombres pas très rassurantes mais la lueur purificatrice du soleil vient pointer à l'horizon, par delà les montagnes. En plus de l'apparente beauté, elle reprend donc les éléments de la musique du groupe. Coup de maître !

En démarrant l'écoute, un titre acoustique chargé de mélancolie vient perturber nos sens. Que se passe-t-il ? Ghost Brigade nous laisserait-il tomber? Point n'en est, une écoute attentive de ce morceau totalement novateur permet de retrouver ses repères. On reconnaît malgré tout la patte du groupe qui vient faire briller nos yeux d'entrée de jeu avec un titre chargé d'émotions, contrairement à la légèreté apparente.
Cependant, la suite vient nous réconforter avec Clawmaster en totale adéquation avec le travail fourni sur Isolation Song. Du Ghost Brigade pur jus, brutal, abyssal et colérique, tout en restant atmosphérique.

Comme à son habitude, le groupe oscille entre des passages saturés et clairs, agressifs et atmosphériques, sombres et empreints d'espoirs. Caractéristique qui se retrouve à la fois entre les morceaux et à l'intérieur de ceux-ci. C'est ainsi que l'on passe d'un morceau doux (Chamber), à une agression digne du death mélodique (Traces of Liberty), où à la profondeur étouffante de Breakwater.
Jusque là, rien de nouveau, l'album s'affiche comme un remake du précédent, sans pour autant atteindre une telle intensité. Certains titres sont limite décevants (Grain, Traces of Liberty), alors que d'autres inspirent le meilleur : Soulcarvers, Clawmaster, Breakwater (s'il ne fallait en retenir que trois, ce serait ceux-ci). Pourtant, en prêtant une oreille attentive, on s'aperçoit que le groupe explore, notamment sur les intros : bruitages (Breakwater), touche électro (Cult of Decay), hurlements (Torn).
Autre constat, la sensation laissée est totalement différente. Cet album est nettement plus aéré et poétique. Les titres les plus lumineux sont ceux qui laissent la meilleure impression. Il est donc intéressant de constater qu'en appliquant la même recette (les morceaux auraient pu être composés à l'air de Isolation Songs), on peut parvenir à un résultat totalement différent.

Alors que Isolation Songs nous emmenait dans les abysses de notre inconscient par une descente progressive et pénétrante, pour faire jaillir nos sentiments enfuis dans les profondeurs de notre âme, cette fois-ci les morceaux semblent se succéder aléatoirement. On regrettera donc cette introspection qui faisait de ce second album un chef d'oeuvre. A moins qu'ils n'aient voulu nous offrir un pèle-mêle des émotions humaines nous secouant telle une boule de flipper. Après tout, le titre de l'album, que l'on pourrait traduire par «Jusqu'à ce que la peur cesse de nous définir» semble indiquer que ce remue-émotions ne s'arrêtera que lorsqu'on sera immunisés.
On peut tout de même observer une continuité entre les trois albums. La colère "guidée par le feu" est canalisée par l'introspection purificatrice du Isolation Songs, pour apparaître apaisé sur Until Fear No Longer Defines Us. La thérapie semble avoir fonctionné aussi bien pour les fans que pour le groupe, tant la couleur de cet opus est plus atmosphérique, plus légère, plus éclairée par l'espoir.

Pour conclure cette chronique, je dirai que cet album peut être une légère déception pour qui attendait énormément du groupe. Cependant, pris séparément, il semble être très intéressant, et plus accessible. Je le conseillerais donc à ceux et celles qui ne connaissent pas encore ce fantastique groupe. Les fans risquent de l'apprécier sans pour autant être chamboulés. Après tout, on n'a pas tous les jours besoin d'un lavage de cerveau... Cet album mérite certainement de plus nombreuses écoutes pour s'en imprégner totalement. Qui sait, peut-être que sa magie apparaîtra au fil du temps.

Extrait d'une interview de Veli-Matti Suihkonen (le batteur) par radiometal.com:
«Nous avons tous peur de quelque chose. Le sens du titre signifie pour nous «se débarrasser de ces peurs, les combattre. Prends ta vie en main, fais ce que tu veux faire. Réfléchis à ta vie, à comment tu la perçois, et à ce que tu veux faire». C’est le propos principal. Tout le monde devrait se poser ces questions. C’est ta vie, tu dois essayer d’être heureux, de réaliser tes rêves.»


Retrouvez cette chronique et bien d'autres sur mon blog: http://www.metaleatme.blogspot.fr

8 Commentaires

6 J'aime

Partager

MakraM - 10 Octobre 2011: Ahahah tu me dis "novice" ?
Petit joueur :)

La première impression que j'ai eu en écoutant GB: De la musique qui ne révolutionne rien mais orchestrée correctement et intelligemment. Une impression de "Metal professionnel" ou mature.
dissikator - 10 Octobre 2011: Novice de GB j'entends, d'où les guillemets! ;p

C'est vrai: les riffs sont basique mais l'ambiance est telle qu'on se sent directement imprégné par la musique. C'est assez étrange, autant que le fait d'avoir une autre ambiance avec la même recette que sur l'album précédent.

Ce serait donc ça qu'on appelle le génie???
MakraM - 10 Octobre 2011: Ce serait donc ce que je confirmerais :)
DarkKrixx73 - 11 Octobre 2011: Moi perso je ne suis pas vraiment un amateur de doom . Mais jai decouvert ce groupe avec Clawmaster . Jai télécharger lalbum (au canada il y a aucun groupe européen ou presque rien sur les tablettes -_- )et j'ai été vraiment séduit :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire