Isolation Songs

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Ghost Brigade
Nom de l'album Isolation Songs
Type Album
Date de parution 03 Août 2009
Produit par Antti Malinen
Style MusicalDoom Death
Membres possèdant cet album85

Tracklist

1.
 Suffocated
 05:28
2.
 My Heart Is a Tomb
 04:27
3.
 Into the Black Light
 05:27
4.
 Lost in a Loop
 05:03
5.
 22.22 Nihil
 05:48
6.
 Architect of New Beginnings
 04:32
7.
 Birth
 09:01
8.
 Concealed Revulsions
 05:30
9.
 Secrets of the Earth
 05:04
10.
 A Storm Inside
 06:20

Bonus
11.
 Liar
 04:00

Durée totale : 01:00:40


Chronique @ dissikator

30 Avril 2011

Laissez-vous envahir par la déferlante émotionnelle que présente cet album...

"Isolation Songs": un titre d'album purement évocateur pour une composition de doom death. Alors que l'opus précédent de Ghost Brigade - Guided by Fire - était déjà de haute volée pour un premier album, et que le successeur vient d'être annoncé, nous allons voir si le sentiment d'isolation est aussi intense que l'annonce sa dénomination.

Après une série de notes de guitare dépourvues de toute distorsion, une avalanche de riffs saturés s'abat à l'improviste sur le malheureux pris au piège par un chant death torturé. Le décor est planté, l'album s'annonce oppressant, ou comme l'annonce le titre du morceau "suffocated": suffocant.

La suite est dans la même veine: tantôt des riffs saturés et un chant death écrasant parviennent à faire plier l'auditeur, tantôt des mélodies épurées et redondantes vous font mordre la poussière et vous plongent dans un désespoir croissant de morceaux en morceaux. Pour exemple, le final en apothéose de cet oppression/dépression, "22:22 Nihil", morceau majoritairement acoustique, d’une lenteur et d'un dépouillement absolus, vient nous conforter. Regardez autour de vous, vous êtes largués dans l'immensité du néant.

Le groupe n'ayant pas d'action pour une quelconque fabrique d'antidépresseurs, ils ne nous laissent pas partir la tête dans un sac et la corde au coup. En effet, "Concealed revultion" viens terminer cet exorcisme amorcé par le titre précédent, en laissant planer un sentiment de paix intérieur littéralement culbuté par une déferlante d'enthousiasme jubilatoire! L'entière dépression qui s'abattait depuis 40 minutes s'évapore d'un coup; des larmes purificatrices ruissellent alors sur nos joues pour emporter les derniers débris de peine.

Nous voici donc libérés du poids qui a pesé sur notre âme une heure durant. Nous retiendrons que l'alternance imprévisible de parties claires et saturées nous arrache les tripes. L'album est très mélodique, de manière à laisser l'auditeur s'imprégner au maximum de l'ambiance écrasante qui jalonne l'opus. Question technique, ne cherchez pas de virtuosité. Cependant, les riffs répétitifs et massifs entretiennent l'ambiance avec brio, pour la plus grande satisfaction de ceux qui comme moi, ressentent la musique d'avantage avec leur âme et leur sensibilité qu'avec leurs oreilles.

La lumière est résolument absente de cette œuvre magistralement sombre et dépressive, mais tellement captivante. Alors ouvrez grand vos écoutilles, fermez les paupières et laissez-vous envahir par l'émotion intense et omniprésente qui fera jaillir les larmes enfouies au fond de votre être pour vous redonner le goût de vivre.


Retrouvez cette chronique et bien d'autres sur mon blog: http://www.metaleatme.blogspot.fr

7 Commentaires

3 J'aime

Partager

dissikator - 01 Mai 2011: oh ben si ça peut te faire plaisir, je peux mettre ça! J'aime pas les notes, 17, 18 ou 19 ça veux dire que c'est de la bombe, c'est tout! après y'a des fois que le 20 démange mais il parait que ça ne ce fait pas!
dissikator - 16 Novembre 2011: tu m'étonnes! t'as vu, il n'y a pas photo entre ces 2 albums. Je ne comprends pas pourquoi certains trouvent qu'ils se sont améliorés.
dissikator - 27 Novembre 2011: Il y a aussi les journalistes qui vont écouter l'album une fois ou deux et qui vont critiquer la dessus. Il faut quand même du temps pour ressentir l'intensité de cet album.
Molick - 20 Août 2013: Pareil, une légère préférence pour celui là. Until Fear No Longer Defines Us est très bon, mais il manque le ptit truc qui fait que ça devient vraiment prenant.

Secrets of the Earth est vraiment excellente, très émotionnelle.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire