Under the Blade

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Defleshed
Nom de l'album Under the Blade
Type Album
Date de parution 1997
Style MusicalDeath Thrash
Membres possèdant cet album42

Tracklist

1. Farewell to the Flesh
2. Entering My Yesterdays
3. Eat the Meat Raw
4. Sons of Spellcraft & Starfalls
5. Metalbounded
6. Under the Blade
7. Thorns of a Black Rose
8. Cinderellas Return & Departure
9. Walking the Moons of Mars
10. Metallic Warlust
11. Curse the Gods

Chronique @ BEERGRINDER

04 Janvier 2008
Les deux premières productions de Defleshed, le mini Ma Belle Scalpelle et Abrah Kadavrah, sans pour autant révolutionner le monde des jeux de mots morbides, étaient d'honnètes produtions Death Metal mais sans plus.

Avec Under the Blade Defleshed a non seulement trouvé son style mais aussi franchi un palier : le Death d'auparavant laisse place a un Death/Thrash trés agressif et sans fioritures, d'ailleurs le premier titre : "Farewell to the flesh" démarre sur les chapeaux de roues avec un énorme blast, on est ainsi tout de suite fixé sur les intentions de ces Suédois.

Parmis les nombreux atouts de cet album il y a le jeu de batterie de Matte Modin également marteleur de Dark Funeral et cela s'entend beaucoup : il détruit tout sur son passage avec des blast-beat aussi dévastateurs que dans son groupe de Black Metal. On notera aussi une recherche constante d'efficacité dans les riffs de guitare, chaque titre contenant au moins un riff qui tue, à l'image du terrifiant Metallic Warlust.

Par rapport aux productions précédentes La voix elle aussi a évolué vers un style criard, plus proche du Thrash que du Death, ce qui justement colle parfaitement à l'esprit de cet album dont le dernier titre est d'ailleurs une bonne reprise de Destruction : "Curse The Gods".

On l'aura compris "Under the Blade" (1997) oscille entre le Death brutal pour les morceaux les plus méchants : "Farewell To Th Flesh", "Eat The Meat raw" ou "Metallic Warlust", vers quasiment du Thrash des familles ou l'on sent planer l'ombre de Kreator et compagnie : "Metalbounded", "Thorns Of A Black Rose".
Quoi qu'il en soit les morceaux ont gagné en puissance et en agressivité par rapport à Abrah Kadavrah.

Au final on se retrouve vraiment avec zéro defaut, si ce n'est qu'un effort aurait pu être fait sur la production mais là encore, cela renforce le sentiment de sauvagerie de l'album. Un produit que tout amateur de Death/Thrash de qualité se devrait de posséder, mais hélas comme beaucoup d'autres Defleshed est un groupe trop méconnu, ayant d'ailleurs splitté dans la quasi indifférence générale.

BG

6 Commentaires

2 J'aime

Partager

Pandoradark - 26 Septembre 2008: Ah ok, je comprend alors.
LeMoustre - 08 Juillet 2018:

Perso, un album bien accrocheur et agressif à souhait qui mérite sans souci la note attribuée dans la chronique. Mention à "Metallic Warlust" en effet au riff glaçant qui emporte facilement l'adhésion et ébouriffe carrément cette composition.

A noter que l'édition Hammerheart comporte outre des lives (5 titres), une sacrée reprise du Beneath the Remains de Sepultura, survitaminée, en sus de titres extraits d'un 7" paru précédemment.

BEERGRINDER - 09 Juillet 2018:

Ah ? J'ai la première version de Invasion Records achetée à sa sortie via Adipocere, la version studio de leur reprise de Beneath the Remains figure en bonus sur l'album suivant Fast Forward, ainsi que Radiation Sickness de Nuclear Assault et Curse the Gods de Destruction.

LeMoustre - 09 Juillet 2018:

Oui, la version Regain Records de Fast Forward que je possède comporte ces 3 reprises également, c'est intitulé "The Cover Chapter" au verso.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ BrutusBourrinus

01 Avril 2017

Dix titres de pur défouloir

Dans la horde de groupes suédois acharnés à produire du Death old school, du Death mélodique ou du Death technique, il y a un ovni. En plein creux de la vague, arrivés trop tard pour profiter de l'effet d'entraînement des groupes de la première génération mais trop tôt pour bénéficier du retour en grâce de la musique burnée, les gars de Defleshed se sont retrouvés pris dans une nasse de Black Metal mis à toutes les sauces, en plein milieu des années 90.

Et pourtant, avec l'impressionant Matte Modin de Dark Funeral à la batterie, et le fantastique Gustaf Jorde comme bassiste chanteur, Defleshed a pratiqué avec amour un Thrash brutal, survitaminé, que son intensité place à la frontière du Death Metal ; bref un Metal plus que digne d'intérêt. Under the Blade est leur album le plus connu, et pour cause : c'est un déluge de riffs incisifs, de batterie supersonique et de chant criard et agressif.

Du début à la fin, c'est un tourbillon de matraquage sans temps mort, à peine entrecoupé de quelques breaks forts courts, avec de gros morceaux de riffs thrash headbangants à souhait, voire même avec quelques plans quasiment à la Pantera (Metal Bounded). La pression ne se relâche jamais, et sur certains titres (Entering My Yesterdays, Cinderellas Return and Departure ou Walking the Moons of Mars) c'est un festival de blast acharné que nous réserve Matte Modin, du genre à vous décoller la rétine.

C'est donc une galette à réserver en priorité aux fans de vitesse et de rythmes épileptiques, le tout soutenu par une production aux petits oignons qui fait la part belle à la guitare et à la double, en n'oubliant pas une basse plombée et un chant de pittbull enragé. Car oui, ami lecteur, ce qui fait tout le charme de cet album par rapport à d'autres groupes du même accabit, c'est l'impression de rage, d'acharnement, de violence débridée qu'il dégage.

En somme, dix titres de pur défouloir que les fans de Carnal Forge, de Dew Scented, ou même des premiers Massacra, pourront s'enfiler sans crainte de s'ennuyer. Chez Defleshed, on ventile sec.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire