Reclaim the Beat

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Defleshed
Nom de l'album Reclaim the Beat
Type Album
Date de parution 2005
Style MusicalDeath Thrash
Membres possèdant cet album27

Tracklist

1. Stripped to the Bone
2. Abstinence for Turbulence
3. Chain Reaction
4. Reclaim the Beat
5. Grind and Rewind
6. Under Destruction
7. Red Hot (Mötley Crüe Cover)
8. Bulldozed (Back to Basic)
9. Ignorance Is Bliss
10. May the Flesh be with You
11. Needless to Pray
12. Aggroculture
13. Over and Out

Commentaire @ Stench

06 Mai 2005
Depuis un bon paquet d’années Defleshed poursuit son chemin, à grands coups d’albums corrects, efficaces, et pourtant, malgré toute leur bonne volonté, ils rament pour passer au stade supérieur. Est-ce dû à un problème de promotion ? C’est vrai que le groupe n’est pas du genre à passer sa vie sur les routes, et leur manque de prestations live peut jouer en leur défaveur. Heureusement que les suédois sortent des albums pour faire parler d’eux ! Ceux qui connaissent le combo ne seront pas du tout surpris, le groupe s’appliquant à utiliser la même recette depuis le début de sa carrière. Alors évidemment, à force, ils connaissent leur sujet sur le bout des doigts et savent nous torcher des titres accrocheurs. Toujours coincés dans une zone obscure entre le death et le thrash survitaminé, tous les morceaux de cette galette sont speed, pour ne pas dire frénétiques, entre rythmes thrash soutenus et blast très rapides. Les riffs lorgnent plus du coté du thrash hyper rapide, puisqu’on ne trouve ici aucun passage ni sombre, ni morbide, empêchant ainsi de qualifier cette musique de vrai death. Par contre, c’est intense, ça aucun doute, et le passages effrénés sont encore rendus plus agressifs par un chant assez criard, sorte de Mille Petrozza grippé (Kreator) à qui on enfoncerait un cactus dans le rectum. Si l’efficacité n’est pas du tout à remettre en question, l’absence de passages plus lents, ou de variété tout simplement, rendent l’écoute de ce disque longue. C’est violent, speed, joué avec conviction, mais un peu trop linéaire peut-être. Heureusement, une superbe reprise de Motley Crue («Red hot» de l’album «Shout at the devil») version thrash death est placée en plein milieu du disque, et cette surprise fait du bien parce qu’elle casse un peu une certaine platitude qui commençait à se faire sentir. Bref, du pur Defleshed, avec ses nombreux bons cotés, et ce style qu’ils ont contribué à valoriser. Pour les fans de thrash death intense !

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Nattskog

13 Mars 2005
Delfeshed, groupe de black/death suédois n’en est pas à sa première galette avec « Reclaim the Beat ».
Pour être précis, « Reclaim the Beat » doit être le sixième album de la formation, d’où une certaine expérience qui se ressent pleinement à l’écoute de cette galette.

C’est brutal, c’est violent, c’est abrupte, animal, âpre, barbare, bas, bestial, bourru tout ce que vous voudrez, ça frappe bien !
Pour montrer la valeur, je dirais même que sous certains aspects, ça me rappelle l’excellent album « Ghouls of Grandeur » de Grimfist.
Mais voilà, c’est là que le bât blesse : il ne suffit pas d’être bourrin pour être vraiment bien.
Si cet album, basé sur une rythmique uniforme du début à la fin, séduirait peut être un amateur de death (c’est très technique, bien joué et le son est bon – seul le chant plus black que guttural pourrait les rebuter un peu pour les plus puristes), pour moi, plus versé dans le black, il en faut un peu plus.
Aucune ambiance ne se dégage de cet album, c’est assez répétitif, et en étant vraiment honnête, je dirai même que je ne fais pas de différence entre les titres.
Sinon, ça masse bien ! Le plaisir d’écouter cet palet réside surtout là dedans : ça bastonne sans complexes, c’est bien ça défoule.
« Le résultat est mitigé, me direz vous, et on ne sais pas à quoi s’en tenir ! » Oui, c’est ça une réponse de Normand (Normands si vous nous lisez ^^) : p’têt ben qu’il est bien ce disque, p’têt ben qu’il l’est pô. Je dirais que cela dépend de l’humeur du moment. Certains jours on peut se le passer en boucle, et certains autres, ça foire dès les premières minutes.
A vous de voir. Je le conseille cependant aux deathmetalleux qui devraient y trouver leur bonheur. Les blackeux devront y mettre une oreille plus… attentive ;)

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire