Tragedies

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Funeral (NOR)
Nom de l'album Tragedies
Type Album
Date de parution 1995
Style MusicalDoom Funéraire
Membres possèdant cet album25

Tracklist

Re-Issue in 2006 by Firebox Records in 2-CD Edition with One Bonustrack
1.
 Taarene
 12:28
2.
 Under Ebony Shades
 13:32
3.
 Demise
 08:42
4.
 When Nightfall Clasps
 14:12
5.
 Moment in Black
 09:42

Bonus
6.
 Forlorn
 13:22

Durée totale : 01:11:58


Chronique @ domkirke

18 Décembre 2009
Il en existe des machins bizarres dans le Metal quand même... Et s'il y a bien une frange du métal où certaines aberrations musicales existent, c'est bien le Doom Metal, ou le Black Metal c'est selon. Quel genre étrange, le Doom : il n'a pas réellement d'origine, même si d'aucuns disent qu'il provienne des toutes premières chansons de Black Sabbath, ce qui remonte aux années 70... Tandis que le Black possède ses grands comme Mayhem, Immortal, Gorgoroth, Burzum, Hellhammer/Celtic Frost avec une filiation musicale relativement claire et nette, le Doom est un genre pustuleux : il en pousse quelque part ici et là, sans qu'on sache trop pourquoi. Il faut dire que c'est un genre un peu bizarre, le : une musique lente, très lente, lourde, très lourde (Burning Witch), qui pourrait rebuter l'amateur de 1349 ou de Origin, et puis avec des arborescences plus qu'étranges (comme le Drone Doom, vous savez, les curiosités de Sunn O))), les moines sombres qui utilisent leurs guitares comme bourdons qui vous bousillent les oreilles, ou encore... le funeral doom).

Bah oui, on y arrive. Ils sont forts les Norvégiens pour nous sortir des trucs pas possibles ; c'est dans la charmante ville norvégienne de Drammen que naquit le groupe Funeral, originellement Thomas Angell et Anders Eek, qui se sont formés une petite réputation avec leur superbe démo "Tristesse" (en français je vous en prie), et pas n'importe laquelle puisqu'on disait quand même que Funeral était le groupe le plus dépressif du moment. Avec Tragedies, il a redoublé d'imagination et nous a placé en plus de la voix caverneuse et profonde ayant déjà opéré sur Tristesse la jolie petite voie lyrique de Toril Snyen et les membres du groupe avaient affirmé vouloir faire un album plus mélodique. Et, finalement, qu'est-ce qu'il en est?

On ne sera pas dépaysé par les sublimes introductions des chansons de cet album, qui font honneur à celles de l'album précédent ; on regrette même qu'elles ne durent pas très longtemps, elles posent tellement l'ambiance moyenâgeuse qui fait le charme de ce combo, entre le baroque et le romantique, auquel les membres de Funeral ont ajouté une voix lyrique féminine, pour mieux évoquer un oratorio. Mais l'illusion ne dure pas très longtemps avant que Funeral nous entraîne dans les abysses de la Tristesse...

De manière similaire à ce que Funeral nous avait annoncé, le disque est un peu moins lourd que le précédent mais plus mélodique et la Tristesse ne vient plus d'un écrasement de désespoir mais plutôt de la sérénade de la chanteuse et du duo de guitares qui jouent leur mélodie chacun de leur côté pour malgré tout faire un combo parfaitement complémentaire, se rapprochant des anciennes incarnations d'Opeth comme Orchid et Morningrise ; le growl est, quant à lui, très réussi, bien ténébreux et glacial comme il faut, formant un magnifique tandem avec la voix lyrique de Toril.

Ce qui est d'abord déconcertant, c'est réellement l'apparent déphasage mélodique entre les deux guitares d'une part, et par ailleurs le déphasage mélodique provenant des guitares et de la voix féminine. En réalité, cette alliance est véritablement épatante, et preuve d'un très grand travail d'écriture, même s'il est réellement déroutant au début, et n'ajoute pas à l'accessibilité de la musique, dont la lenteur et l'atmosphère a déjà réussi à en rebuter plus d'un. Cependant, mine de rien, Tragedies accroche à l'oreille, posant une atmosphère bien particulière à Funeral, une espèce d'angoisse macabre et suffocante qu'on retrouvait déjà dans Tristesse, mais à laquelle le côté plus mélodique ajoute une situation temporelle déjà soupçonnée mais ici confortée, ainsi qu'une ambiance moyenâgeuse dans son côté le plus noir, au fond d'un tombeau avec son tas de pleureuses, de cantiques et des growls provenant des entrailles des enfers. Musicalement, les riffs accrochent quand même méchamment à l'oreille, et on compte des riffs réellement sublimes, très beaux mais assez difficiles à appréhender dans la mesure où finalement la musique est apparemment déstructurée, au fil du désespoir et sans but précis ; mais du coup, on ne s'ennuie pas une seconde au point de vue musical, même si à la première écoute c'est très ardu de tout apprécier d'un coup, la lassitude s'installe assez vite (en plus c'est profondément déprimant comme musique, quoi!). Pourtant on y revient, et peu à peu on explore le monde souterrain de Funeral, on creuse et découvre petit à petit le trésor : immense variété de riffs mais sans que ça déborde de partout, maintenu par une grande maîtrise (il y a quelques solos quand même magnifiques et très bien calés), grande richesse musicale avec un très beau tandem growl/chant, et c'est tout de même vachement ambiant et désespéré, à filer les chocottes. Ainsi, mine de rien, après deux ou trois écoutes, c'est bon, on adhère.

Au début, on trouve ça indigeste, trop lent, sans intérêt, voire peut-être ridicule! C'est vrai que j'ai rarement vu dans le Metal un groupe aussi relativement peu accessible. Personnellement, à la première écoute j'ai trouvé ça sympa mais bon, une chanson ça suffit. Et, au fur et à mesure, j'ai avancé dans le disque, je l'ai conquis, et maintenant cet album me tient vraiment à cœur après une découverte assez laborieuse (avant de l'aimer j'ai bien dû l'écouter quatre ou cinq fois). Donc, si j'ai un conseil à vous donner, si vous n'aimez pas, attendez un peu et redonnez-lui une seconde chance. Vous risqueriez de passer à côté d'un trésor (même si, bon, je préfère quand même Tristesse, mais c'est le même topo). Et, dans la mesure du possible, plus le temps est dégueulasse, mieux c'est!

3 Commentaires

4 J'aime

Partager
domkirke - 28 Décembre 2009: N'est-ce pas! Rien à voir avec "From These Wounds" que j'ai trouvé très mauvais
Doctor_Qipao - 07 Août 2011: La poésie dans les ténèbres, l'exhaltation de la tristesse... un excellent album qui nous transporte dans un doux cauchemar... "Taarene" en est un très bon exemple!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire