To the Nameless Dead

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Primordial
Nom de l'album To the Nameless Dead
Type Album
Date de parution 16 Novembre 2007
Enregistré à Foel Studios
Style MusicalBlack Folklorique
Membres possèdant cet album281

Tracklist

DISC 1
1. Empire Falls 08:02
2. Gallows Hymn 05:55
3. As Rome Burns 09:15
4. Failures Burden 06:37
5. Heathen Tribes 08:18
6. The Rising Tide 01:33
7. Traitors Gate 06:49
8. No Nation on This Earth 08:13
Bonustracks (LP Version)
Recorded live at Rock Hard Open Air 2006
9. Sons of the Morrigan 06:55
10. Gods to the Godless 07:15
DISC 2 (Digibook Edition)
1. The Golden Spiral 07:27
2. The Gathering Wilderness 07:24
3. Sons of the Morrigan 06:55
4. The Coffin Ships 08:30
5. Song of the Tomb 06:33
6. Gods to the Godless 07:15
Total playing time 54:42

Commentaire @ leclavierlugubre

18 Juillet 2008
Voici donc venir, le petit dernier des plus mélancoliques des irlandais...
Primordial est un groupe à part, ressemblant à sa manière et dans sa culture à Negura Bunget. Ce sont tout deux des groupes mettant en relief les heures sombres de leurs contrées en composant une musique ambiante et mélancolique extrêmement expressionniste.
Ici point d'orchestrations, 2 guitares, une basse, une batterie et un chanteur utilisant avec parcimonie une voix hurlée typiquement black metal et plus généralement une MAGNIFIQUE voix claire empreinte de ce désespoir et de cette haine que seule Quorthon arrivait à dégager en son temps.

Le décor est planté, passons maintenant à l'album.
Il est conceptuel, et relate en général la vie des hommes anonymes ayant donné leur vie à l'édification et à l'âge d'or d'un Empire de toute façon voué à la chute.
Évidemment nous parlons de ces millions de soldats ayant agrandi et lustré le statut de ce qui fut l'Empire Romain aux prix de multiples sacrifices et souvent... de leur vie.
Ce concept est d'un justesse remarquable et jamais n'ai-je entendu une musique collant aussi bien aux paroles, la voix d'Alan se fait l'écho des rumeurs d'outre tombes de ces gens si anonymes.

Je ne me risquerait pas à rentrer dans une analyse technique instruments par instruments et l'on ne peut sciemment pas déterminer quels morceaux sont meilleurs qu'un autre tellement le concept relie parfaitement la musique et les paroles,c'est un album à écouter dans son ensemble et dans d'excellentes conditions comme on découvre un bon film, ou déguste un bon vin.

La musique est essentielle et réussit la gageure de transmettre autant d'images qu'un film à son auditeur. Que peut-on imaginer d'autre que ces divisions de légionnaires tombant aux champs d'honneurs en écoutant The Empire Falls?

Un album essentiel, et rare dans son expression.
Ne cherchez pas de case où ranger cette galette, Primordial est unique et d'une intégrité stylistique de haute volée.

Tout simplement magnifique.
P.S : Même la cover déboîte.

18/20

6 Commentaires

18 J'aime

Partager

Zaitoichi - 23 Décembre 2009: Chronique qui m'a vraiment donnée envie d'écouter l'album...
Merci
Selfdestruction - 03 Janvier 2011: Magnifique, je découvre seulement maintenant...La chronique ne ment pas
mechant - 06 Avril 2020:

Belle chronique.

Merci

DRIXMAN - 21 Janvier 2021:

Bonne chronique que je partage. C'est en fait un album concept avant tout très Heavy Metal sur la chute des empires qui finissent toujours mal. C'est pour moi le meilleur album du groupe. La musique, le chant et les paroles sont très homogènes. Seul bémol, l'intermède à la piste 6 qui n'apporte rien et casse même l'ambiance générale de l'opus.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Skorzeny

24 Mars 2010
Les maîtres Irlandais de la scène Pagan sont de retour avec un superbe album faisant suite au déjà très réussi The Gathering Wilderness. Nous pouvons d'hors et déjà remercier et tirer notre chapeau à ce groupe intègre qui ne se soucie guère des modes numériques et continue de préférer l'enregistrement de ses albums en analogiques.

Et bien sur le son est au rendez vous, le vrai son, ce son mate et puissant à la fois, finalement plus proche des 70's que des 80's. La batterie et les percussions sont certainement les instruments qui en bénéficient le mieux : les roulements ont un aspect tribal et guerrier, la grosse caisse sonne comme un coeur et les cymbales sont sonorisées avec justesse octroyant une ampleur satisfaisante à l'ensemble. Les guitares ont aussi soigneusement été sonorisées, pas trop en avant, juste comme il faut pour laisser un peu plus de place à une basse, certes discrète, mais dont le son s'accorde au diapason avec celui de la grosse caisse, permettant une assise rythmique de qualité.

Sept longs morceaux figurent sur ce disque. D'une moyenne de 6 à 9 mn, les compos sont finalement assez proches du prog' tel qu'on le pratiquait dans les 70's. En gros les titres ne sont pas construit comme une suite de riffs et de changements de rythmes, mais bien d'un thème principal qui évolue par des nuances au fil de la compos.

Le chant de Nemtheanga est toujours aussi bon avec notamment ce feeling et ce placement si caractéristiques, un chant variant entre agressivité et mélancolie que nous pourrions qualifier de sincère et de spontané. Sincère oui, le mot convient d'ailleurs aussi on ne peut mieux à ses textes dont le concept est celui de nation, de civilisation sur le point de se désagréger par ignorance et perte volontaire de la mémoire. Un magnifique album, mélancolique et massif, fortement recommandé...

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire