To Hell with the Devil

Liste des groupes Heavy Metal Stryper To Hell with the Devil
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Stryper
Nom de l'album To Hell with the Devil
Type Album
Date de parution 24 Octobre 1986
Enregistré à Master Control Studio
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album107

Tracklist

1.
 Abyss (to Hell with the Devil)
 01:21
2.
 To Hell with the Devil
 04:08
3.
 Calling on You
 03:59
4.
 Free
 03:44
5.
 Honestly
 04:10
6.
 The Way
 03:37
7.
 Sing-Along Song
 04:21
8.
 Holding on
 04:16
9.
 Rockin' the World
 03:30
10.
 All of Me
 03:11
11.
 More Than a Man
 04:34

Durée totale : 40:51


Chronique @ adrien86fr

15 Novembre 2010
Quel est le point commun entre Stryper et Marduk ? A priori aucun me direz vous. Et pourtant ! Ces deux groupes aux convictions plus qu’antagonistes ont chacun fait référence à des versets bibliques sur les pochettes de leurs albums, mais certainement pas pour les mêmes raisons. Si le combo de black metal suédois avait fait référence à l’Epître aux Romains sur la pochette du très bon « Rom 5 : 12 » paru en 2007 sur Regain Records pour illustrer le thème de cet album inspiré par la Bible et la peur que son message peut susciter chez les croyants ; Stryper a presque toujours explicité sa foi chrétienne évangélique en apposant la référence « Isaiah 53 : 5 » sous son logo sur la plupart des covers de ses albums.

Formé initialement sous le patronyme de Roxx Regime en 1983 à Orange County par les frères Michael et Robert Sweet, Stryper se veut être un groupe de hair metal d’obédience chrétienne évangélique ; les frères Sweet ayant été convertis quelques années plus tôt via leur poste de télévision par le télévangéliste Jimmy Swaggart à travers un système prosélytique et très lucratif vivement critiqué plus tard par Metallica (« Lepper Messiah »), Ozzy Osbourne (« Miracle Man »), Poison (« Something to Believe In ») et Black Sabbath (« TV Crimes ») notamment. C’est dire si la démarche conceptuelle de Stryper s’avère être risquée, tant dans une société américaine puritaine où le rock n’ roll est considéré depuis les 50’s comme étant la musique de la Bête, qu’au sein d’une contre culture heavy metal en général assez virulente à l’égard du christianisme et non moins friande d’une imagerie sataniste primaire et bon marché.

Sorti sur Enigma Records le 24 octobre 1986, « To Hell with the Devil » constitue le deuxième LP du combo chrétien qui à l’image de sa mise en scène sur la pochette de l’album se considère encore et toujours comme les gentils guerriers de la parole du Christ ayant pour mission divine de sauver la jeunesse américaine des dangers du life style sex, drugs & rock n’ roll cher aux ennemis jurés W.a.s.p., Mötley Crüe et autres Twisted Sister.

Le sermon débute avec l’introduction « Abyss (To Hell with the Devil) » suivi par l’excellent morceau-titre de l’album « To Hell with the Devil » qui pose les base d’un heavy metal manichéen peu original en soi mais bien produit et surtout très efficace. En effet, à l’instar d’un Michael Kiske d’Helloween ou d’un Miljenko Matijevic de Steelheart ; Michael Sweet peut remercier Dieu de l’avoir gratifié de l’une des plus belles voix que le hard rock/heavy metal n’ai jamais connu. Pure et cristalline, la personnalité vocale de Sweet se marie de façon optimale avec le jeu de guitare précis et technique d’Oz Fox ; shredder stéréotypé 80’s apparaissant dans le booklet de l’album avec sa Wayne Charvel en main gauche et une Bible ouverte dans l’autre. Avec de tels musiciens maitrisant autant leur sujet, difficile de faire de la mauvaise musique. Alors que la musique de certains groupes contemporains de Stryper à l’image d’un Ratt ou d’un Mötley Crüe dégagent ce petit quelque chose en plus que les autres n’ont pas, ce petit grain de folie, de décadence rock n’ roll ayant forgé leur légende ; le combo chrétien d’Orange County dégage lui aussi un feeling particulier affirmant avec une aisance sans pareil une personnalité unique ; s’agissant néanmoins d’un feeling positif remarquable, explicitant sérénité, épanouissement personnel et de joie de vivre ; à l’instar des atmosphères constructives et humanistes dégagées par certains groupes allemands de power metal tels que Helloween, Blind Guardian ou encore l’excellent Freedom Call. A ce titre, relevons les très efficaces « Calling on You », « Holding On » et autres « More than a Man » ; véritables apologies de l’amour inconditionnel du Christ et du pardon de Dieu. Années 80 et hair metal obligent, « To Hell with the Devil » comporte bien évidemment son lot de ballades obligatoires, autant niaises que magnifiques : « Honestly » et « All of Me » chacune dotée d’une ligne kitschissime de synthé électronique Lansay mais s’avèrant être néanmoins inspirées et sujettes à d’impressionnantes prestations vocales du grand Michael Sweet ; l’homme à la voix d’ange.

A défaut d’être originale d’un point de vue purement musical, la démarche entreprise par Stryper avec ce deuxième album s’avère être efficace et surtout singulière de par la foi chrétienne que Michael Sweet et ses trois apôtres exposent avec on ne peut plus d’ostentation sur les onze titres constituant ce « To Hell with the Devil » inspiré et enthousiaste dans sa globalité. Un bon album de hair metal qui ravira tant les serviteurs du Christ s’il y en a encore que les simples fans de heavy metal que nous sommes et qui ont toujours constitué d’ailleurs la très grande majorité de la fan base de ce groupe de légende. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ; Amen.

13 Commentaires

8 J'aime

Partager

adrien86fr - 04 Novembre 2011: Merci ;-) J'ai cité Blind Guardian entre autres par rapport aux convictions d' Hansi Kürsch par rapport à la religion du désert. BG tout comme Helloween et tous les groupes de White Metal et le groupe de death metal messianique Mortification fut un groupe approuvé par les autorités morales christiano-évangéliques, cf un article alarmiste anti heavy metal absolument désopilant lu dans un magazine spécialisé chez une connaissance à fond dans ce délire.

L'enchainement des deux premiers morceaux de l'album s'avère pour moi indescriptible, tout comme le morceau "Sing-Along Song". Sur scène, ils m'ont bluffé de par le charisme dégagé, leur unité, la classe incommensurable de Michael Sweet. On sens que c'est un combo différent des autres, anticonformiste et qui continue de prodiguer son message contre vent et marées depuis de nombreuses années. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ; Amen (lool)
Maiden37 - 05 Mai 2012: Super album que j'avais écouté par un de mes amis et la chanson More Than a man m'avait immédiatement ébloui a l'époque.
samolice - 21 Septembre 2012: Super chro, merci.
Cet album m'éclate bien. Les refrains sont catchy comme il faut, les soli nickel chrome et le chant, ben le chant faut aimer. Moi j'aime.
samolice - 05 Décembre 2012: Réécouté ce jour en me penchant sérieusement sur les paroles. Ben je baisse ma note de 2 points, na! Vraiment trop lourdos les lyrics...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire