Time Does Not Heal

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Dark Angel (USA)
Nom de l'album Time Does Not Heal
Type Album
Date de parution 19 Fevrier 1991
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album193

Tracklist

Re-Issue in 2008 by Century Media
1.
 Time Does Not Heal
 06:39
2.
 Pain's Invention, Madness
 07:43
3.
 Act of Contrition
 06:09
4.
 The New Priesthood
 07:14
5.
 Psychosexuality
 08:55
6.
 An Ancient Inherited Shame
 09:15
7.
 Trauma and Catharsis
 08:21
8.
 Sensory Deprivation
 07:35
9.
 A Subtle Induction
 05:10

Durée totale : 01:07:01


Chronique @ furaxyn

06 Mars 2013

…those inner sufferings which may devastate an entire life

Que faut-il faire quand un disque intrigue mais s’avère ardu à suivre ? On insiste au risque d’en être totalement dégoûté ? Ou on passe son chemin au bout de deux, trois écoutes, histoire de voir si la sauce prendra mieux quand on le ressortira plus tard ? On garde quelques morceaux, on laisse tomber le reste ? Hum... Précisons : mais pourquoi diable est-ce qu’on s’échinerait à revenir sur un skeud entier de Thrash duraille à avaler juste pour une poignée de bons riffs mémorisés ?!
De telles questions se posent-elles au thrasher quand on lui évoque un combo comme Dark Angel, ce proche cousin stylistique (si ce n'est un très bon élève) de Slayer ? S’il pense à We Have Arrived ou Darkness Descends, il faut croire que non : là, Dark Angel n’a pas eu pour vocation d’intriguer mais bien de bousculer l’auditeur d’entrée de jeu et de terrasser encore et encore. Par contre, dans le cas de Leave Scars et surtout du benjamin Time Does Not Heal, l’intention était différente.

Sur Time Does Not Heal, les schémas apocalyptiques ou cauchemardesques ont pratiquement disparues. Ici, le batteur Gene Hoglan est le principal maître à bord depuis l’abandon du navire par Jim Durkin ; ainsi pour les lyrics et le songwriting, il tient pratiquement toutes les commandes. Grâce au soutien de l’ingé son Terry Date, aide précieuse de Metal Church et Pantera notamment, la production n’est plus roots mais en béton armé sans être lisse pour un sou, ce qui permet au groupe d’oser un exercice de style périlleux : aller encore plus loin que l’alambiqué et psychologique Leave Scars en étalant à outrance des riffs nerveux dans des morceaux à tiroirs s’étendant sur plus d’une heure. Slogan accolé à l’album : “9 songs, 67 minutes, 246 riffs !” ; que le compte soit bon ou pas, au moins, on n’est pas trompé sur la marchandise. De la remarquable introduction du morceau éponyme jusqu’à la fraîche accélération de “A Subtle Induction”, la traversée risquera d'être aride...

Traversée aride, traversée stérile ?
La difficulté est en effet de ne pas décrocher devant la multitude d’enchaînements, de prime abord écœurante : rafales de riffs syncopés ou incisifs, retours d’insistants mid-tempi (particulièrement pendant “Act of Contrition”), le tout pour des montées en puissance interminables ; un solo qui tarde à arriver pour donner un minimum d’aération, un accord principal qui au début ne semble guère attrayant (“Psychosexuality“), un départ qui promet faussement une explosion speed avant que le levier de vitesse passe et reste fixé entre la 3ème et la 4ème (“An Ancient Inherited Shame”), et cetera. En s'y penchant de plus près, constatons que Dark Angel ne rompt pas totalement avec son passé : çà et là, d’anciens riffs sont bien repris dans leur structure.
Trois guitares, une de trop ? En fait, Eric Meyer et Brett Eriksen, le remplaçant de Jim Durkin, savent nuancer les accords réitérés et rampants, en posant de temps à autres quelques notes mélodiques ou de véritables soli de tout horizon, mais sans forcément prendre le pas sur la guitare rythmique tenue par l’homme à tout faire Hogan, par ailleurs toujours irréprochable dans l’exécution de ses percussions.

Et Ron Rinehart dans tout ça ? À lui seul, le vocaliste justifie l’approche quasi-progressive de Time Does Not Heal : légèrement trainante et peu puissante, plus plaintive que de coutume, sa voix transcende les morceaux, interpelle sur les refrains gorgés d’émotions de “Time Does Not Heal”, du bourratif “The New Priesthood” et “Sensory Deprivation” quand ce ne sont pas des poussées dans les aiguës (le final de “Pain’s Invention, Madness” ; la séquence précédant le solo multiforme de “Trauma and Catharsis”) ou un couplet susurré durant “Act of Contrition” qui fond froid dans le dos. Une performance vraiment atypique pour un album de Thrash. À travers lui, l’Ange des Ténèbres se met dans la peau d’affligés et de saignés à blanc ; plutôt que de porter l’estocade en deux temps trois mouvements, il étouffe l’auditoire en le poussant à explorer des situations réalistes et délétères, où la peine et les souffrances intimes se conjuguent à la rage, sur fond d’iniquités et d’atrocités aussi vieilles que les sociétés « civilisées ».

Très ambitieux, le Dark Angel cuvée 1991 n’a pas eu le même succès que ses aînés et reste plutôt destiné aux thrasheurs avertis. Au-delà d’une vague étiquette « Techno-Thrash Metal », tout de même différent d'un Coroner ou d'un Mekong Delta, que certains pourraient lui décerner, notons que le Power Metal US y fait plus que pointer le bout de son nez, un sous-genre alors en pleine éclosion par le biais de Exhorder et Pantera.
Déjà hésitant sur la voie à mener face à un Death Metal de plus en plus envahissant, le cerveau Hoglan annoncera le split du groupe peu de temps après, suite au départ de Rinehart et ira finalement rejoindre le groupe emblématique de Chuck Schuldiner. Mine de rien, il aura su clôturé intelligemment la carrière d’un groupe jusqu’alors adepte de la forme la plus brute de décoffrage du Thrash. Metallica a eu son ...And Justice for All, Contrition son Persistence Of Time ; Dark Angel lui a façonné Time Does Not Heal.

17,5/20

22 Commentaires

14 J'aime

Partager

Arioch91 - 31 Janvier 2018:

Au risque d'en surprendre plus d'un, Time Does Not Heal est l'un de mes deux albums de Thrash préférés de tous les temps, aux côtés du Twisted Into Form de Forbidden.

On peut au moins constater que Dark Angel a respecté jusqu'au bout une certaine éthique. Celle consistant à ne pas faire deux fois le même album tout en restant fidèle à son style de base, le Thrash Metal.

Je m'étonne que certains trouvent TDNH technique. Franchement, on est loin d'un Watchtower ou d'un Mekong Delta, non ? Eux font du Techno Thrash ! Dark Angel a complexifié la structure de ses compos mais les riffs ne sont pas plus techniques que sur un Hell Awaits de Slayer ou un The Legacy de Testament. Sérieusement, on n'a pas dû écouter le même Dark Angel là...

Ce qui fait la force de Time Does Not Heal, c'est l'assemblage de riffs différents sur chaque morceau. Rien à voir là dedans avec un Machine Head non plus (comme je l'ai lu plus haut). On a du mid-tempo, du up-tempo, qui se suivent ou pas, chaque morceau en est bourré et le tout reste du pur Thrash jusqu'au bout du slip.

Après, c'est clairement pas un album qu'on va pouvoir apréhender en 1 heure, sachant qu'il faut 7 minutes de plus que la-dite heure pour l'écouter jusqu'au bout. Adepte de la musique fast food, tu n'as strictement rien à faire ici, passe ton chemin ! Et pareil si tu t'attends à tout retenir en 3 écoutes top chrono, tire toi ;)

Cet album là mérite de l'attention et beaucoup de temps devant soi avant de cracher tout ce qu'il a à cracher.

Don Doty était un excellent vocaliste mais Ron Rinehart apporte un timbre différent mais tout autant Thrash que son prédécesseur.

Pour moi, TDNH a toujours été et le sera à tout jamais une masterpiece de Thrash Metal !

mechant - 30 Mars 2020:

Hier en commandant le 3e effort de Dark Angel, j ai grenouillé sur ce dernier....quite à avoir les 2 et 3 albums pour avoir le dernier.

Si la chronique decrit les imperfections de l album, ca à l air d etre tout de meme tres bon. Donc commandé!

Arioch91 - 30 Mars 2020:

Bonne écoute et régale toi parce que des groupes de Thrash de cette trempe et un album de cet accabit, c'est dur à dénicher aujourd'hui !

mechant - 11 Avril 2020:

Les 2 ecoutes entre hier et aujourd hui me font pencher vers une preference de ce dernier comparé à son predecesseur. Avis momentané!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ GLADIATOR

23 Novembre 2008
Dark Angel fut un des précurseurs du "Thrash", grâce à un album décapant sorti en 1984 : "We Have Arrived".... En effet, les barbares étaient arrivés .

Enfonçant encore le clou dans nos pauvres têtes déjà lobotomisées par les premiers "Slayer", "Exodus" et "Testament", ils gravent ensuite ce qui sera leur "Masterpiece" : J'ai nommé "Darkness Descends". Un opus de Thrash d'une férocité inédite à cette époque .

Malheureusement, ensuite sortiront "Leave Scars", un déluge de décibels confus et mal produit ; et "Live Scars" un album Live encore plus confus et indigeste .

En 1991 sort "Time Does Not Heal", leur dernier méfait. J'ai acheté en même temps "Darkness Descends" ainsi que "Time Does Not Heal", et je croyais en une progression , ou tout au moins une continuité dans la qualité de la musique du groupe.

Pour ne rien vous cacher, cet album est une grosse déception, et il est heureux que ce soit le dernier !

La production, cette fois-ci, est claire. On distingue bien tous les instruments et c'est bien là le seul point positif !
En effet, comment supporter ces compositions interminables, avec des textes "fleuves" sans intérêt, et des vocaux plats comme le relief de la Belgique (!!!)
Ron Rinehart, qui a remplacé Don Doty dès le troisième album, est aussi convaincant qu'un vieux curé fatigué aux vêpres de 17 heures ! Et on se plait à regretter les cris stridents et le chant limité de Don Doty sur les deux premiers CDs....

Et la musique ? ...Un ramassis de riffs et de soli, certes impeccablement exécutés, mais totalement dépourvus d'âme et de génie. On ne retient rien, ni riff, ni mélodie ; tout est oublié à la fin du CD, et encore quand on réussit à écouter cette daube jusqu'à la fin !!!

On se demande ce que Gene Hoglan, batteur génial et compositeur principal de ce "Time Does Not Heal", est venu faire dans cette galère cette fois-ci !

Pour finir le cauchemar, la jaquette nous montre une jeune fille qui fuit, en se bouchant les oreilles....On la comprend aisément !!!

Pardonnez-moi, mais ma colère n'a d'égale que mon admiration pour les deux premiers opus de Dark Angel, qui sont indispensables à tous les "Thrasheurs" !

Alors, je mets 10/20 en souvenir, et pour ne pas pleurer quand je pense au potentiel de cette formation....


Sniff....Glad.

35 Commentaires

7 J'aime

Partager

 
GLADIATOR - 05 Mars 2010: L'écoute de cet album est en soi une expérience très très douloureuse...Ma chronique est objective , je connais mes classiques . Alors je dirais : tant mieux pour ceux qui l'aiment même si je ne comprend toujours pas qu'on puisse apprécier un tel naufrage , mais c'est ainsi .
Fabien - 15 Novembre 2010: Beurk. Autant les deux premiers albums me renversent, autant je trouve Time Does Not Heal sans hargne et sans saveur, et ce depuis sa sortie. Si Leave Scars montrait déjà des signes d’évolution de Dark Angel vers un thrash moins direct et plus progressif, mais parallèlement bien plus poussif, les 67 minutes du dernier album du gang californien sont quasiment indigestes et ne referment plus l’esprit du groupe. A mon humble avis, le départ de Jim Durkin en 1989, déjà moins concerné par Dark Angel à la sortie de Leave Scars, a été fatal. Mais où sont passées l’incision et la folie thrashmetal des premières années ? Je les cherche encore... Enfin, plus que n’importe quel discours, je me remémore quelques mots de Gene Hoglan sur une interview des nineties : "And Remember, Jim Durkin was and will ever be Dark Angel". Fabien.
 
GLADIATOR - 15 Novembre 2010: Merci Fabien . Je ne comprendrai jamais pourquoi cet album poussif et indigeste fait l'unanimité chez certains "thrashers"...Je me souviens qu'à l'époque de sa sortie , le groupe se vantait d'avoir accouché d'un nombre incalculable de riffs différents sur ce seul album...ça a du jouer , je pense . Mais quand on écoute le résultat , on remet "We Have Arrived" très vite...
BARONROUGE - 18 Avril 2011: Que dire , ils ont voulu évoluer étre plus accessible toucher un autre public , mais là ils ont coulé et bien profond , dommage . Perso j'ai une petite préférence pour "We Have Arrived"
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire