Through Our Darkest Days

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Mercenary (DK)
Nom de l'album Through Our Darkest Days
Type Album
Date de parution 26 Juillet 2013
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album34

Tracklist

1. A New Dawn 05:14
2. Welcome the Sickness 05:17
3. Through Our Darkest Days 04:39
4. Dreamstate Machine 05:34
5. A Moment of Clarity 05:01
6. Beyond this Night 05:44
7. Starving Eyes 05:13
8. Generation Hate 04:50
9. Forever the Unknown 06:31
Bonustrack (Digipack Edition)
10. Holding on to Serenity 05:07
Total playing time 48:03

Chronique @ Sken

11 Août 2013

Une nouvelle pierre apportée au solide édifice bâti par les danois

Depuis maintenant 22 ans que Mercenary existe, l'orientation musicale du groupe a subi de nombreux changements. Du death mélo raw et un peu "crade" de leurs débuts à un coktail plus direct et accessible sur les derniers albums en passant par les escapades "progressives" de "11 Dreams" et "The Hours That Remain" considérés par d'aucuns comme le sommet de la carrière du groupe. Cependant et malgré déjà six albums à leur actif, les danois n'ont jamais vraiment pu s'imposer comme des leaders de la scène mélodeath, restant toujours dans l'ombre des imposants voisins suédois.

Ce septième album serait-il l'occasion pour Mercenary de chambouler l'ordre établi ? Niveau label rien ne change puisque le groupe poursuit son aventure avec NoiseArt Records, qu'il avait rejoint après son départ de chez Century Media. On a cependant le droit à un artwork résolument plus sombre que le sobre phénix de "Metamorphosis", en adéquation avec un titre qui en dit long, "Through Our Darkest Days". Que nous-ont donc concocté les danois cette fois-ci ?

A vrai dire, dès le premières notes de "A New Dawn" on se retrouve en terrain connu. Un son moderne est clair, des riffs mélodiques et un beau refrain au chant clair, un morceau efficace tel que le groupe sait les composer. Martin Buus (guitares/claviers) garde en effet la main niveau composition et Mercenary nous offre des morceaux efficaces aux refrains entêtants. Il en va ainsi du très lumineux et rafraîchissant "Starving Eyes" ou encore de l'éponyme "Through Our Darkest Days", imparable et dont la mélodie hantera l'auditeur pendant un long moment.

Au niveau des vocaux, René Pedersen propose comme d'habitude une alternance entre scream et chant clair, assumant à lui-seul le travail auparavant effectué par le duo Andersen/Sandager, avec cependant des capacités vocales moindres, quoique très acceptables. Le scream est rageur ("Welcome The Sickness"), le chant clair attractif et séduisant ("A Moment Of Clarity"), on a même le droit a une furtive présence de growl sur le pont de "Generation Hate".

Conformément aux thématiques traitées dans ce disque, Mercenary propose quelques morceaux plus noirs et mélancoliques dénotant avec les titres les plus lumineux. "Welcome The Sickness" et ses guitares musclées aux riffs incisifs instaure une ambiance un peu glauque tandis que "Dreamstate Machine" et "Forever The Unknown" jouent sur un feeling plus mélancolique et décadent. Les deux derniers morceaux cités offrent par ailleurs des structures plus complexes que les autres titres de l'album, clin d’œil aux orientations passées du combo.

Bref, sur ce septième album, Mercenary ne change pas son fusil d'épaule. Ceux qui n'ont pas adhéré au changement d'orientation en seront pour leurs frais, les autres s'y retrouveront très bien. C'est en effet une galette dans la droite lignée des dernières réalisations du groupe, attractive, efficace et à la production d'une clarté exemplaire. Une nouvelle pierre apportée au solide édifice bâti par les danois.

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
Evergrey69 - 12 Août 2013: Ce groupe a encore fais un sans faute pour ma part ...
Hathore - 13 Août 2013: Je connaissais juste de nom, j'ai écouté la chanson éponyme (qui m'as bien plus) et du coup j'ai écouté tout l'album qui est pas mal du tout !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire