The Treasures Within

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Merciless (SWE)
Nom de l'album The Treasures Within
Type Album
Date de parution 01 Mars 1992
Produit par Tomas Skogsberg
Style MusicalDeath Thrash
Membres possèdant cet album56

Tracklist

Re-Issue in 2003 by Black Lodge Records.
1. The Treasures Within
2. Mind Possession
3. Darkened Clouds
4. The Book of Lies
5. Perish
6. Shadows of Fire
7. Lifeflame
8. Act of Horror
9. Branded by Sunlight
10. Dying World
Bonustracks (Re-Issue 2003)
11. Book of Lies (Demo Version)
12. Nuclear Attack

Chronique @ Fabien

27 Avril 2007
Deux années après son premier disque The Awakening, premier album de deathrash exporté de Suède mais toutefois maigrement promu par l’écurie Deathlike Silence Production d’Oystein Aarseth, Merciless décroche dans les mêmes temps que Therion un contrat avec l’écurie londonienne Active Records de Dave Constable, qui compte notamment dans ses rangs les deathrashers d’Atheist et Obliveon. Dès juin 1991, le quatuor emmené par Erik Wallin rejoint les fameux Sunlight Studios de Stockholm pour les sessions de The Treasures Within. Ce second album ne voit pourtant le jour qu’en mars de l’année suivante, flanqué de surcroît d’une promotion d’Active Records guère plus efficace que celle de son homonyme norvégien, malgré de tout autres moyens, notamment une couverture assurée par le puissant Music for Nations.

Si The Awakening possédait une influence des thrashers allemands de Kreator fortement palpaple, Merciless dessine désormais plus précisément les contours de son style, sans toutefois en changer globalement le fond. Le son s’alourdit pour verser distinctement dans les sphères deathmetal, notamment grâce au passage dans les studios de Tomas Skogsberg, bien que les guitares d’Erik et le chant de Rogga conservent respectivement une incision et une agression toutes particulières, conférant encore ces accents thrashmetal de tout instant.

Articulé autour de morceaux énergiques et violents, The Treasures Within est emmené par le jeu de batterie rapide de Stipen, la basse claquante de Fredrik, le riffing tranchant d’Erik et la voix déchirée de Rogga. En 10 titres, dont le terrible Branded by Sunlight et sa cascade de riffs en ouverture, le redoutable diptyque the Book of Lies et Perish liés par un riff commun, l'instrumental Act of Horror très accrocheur, ou l’inévitable Dying World (repris du premier album) aux accélérations aussi mémorables que fracassantes, Merciless délivre ainsi un album particulièrement rageur. Ce mélange explosif entre la lourdeur du deathmetal et l’agressivité du thrash singularise nettement le quatuor de ses homonymes suédois de l’époque, encore davantage centrés autour d’un death d’outre tombe, à l’image des albums Clandestine, Like an Ever Flowing Stream, Where no Life Dwells et Into the Grave du moment.

Malgré une identité & une singularité indéniables, et d’une influence très forte sur son entourage, Merciless parvient de nouveau difficilement à s’imposer en dehors des frontières suédoises en cette année 1992, faute à une gestion calamiteuse de ses deux labels successifs. Cet aspect porte un préjudice certain dans la carrière de notre pionnier de la scène extrême scandinave, pendant d’Entombed, Dismember, Grave et Unleashed bénéficient quant à eux d’un soutien sans faille de la part des écuries Earache, Nuclearblast et Centurymedia. Le quatuor livre pourtant avec The Treasures Within un trésor à inscrire directement parmi les classiques du deathmetal du début des nineties.

Fabien.

12 Commentaires

14 J'aime

Partager

BEERGRINDER - 27 Octobre 2009: J'aime beaucoup tous ces albums de Death entre 90 et 92 qui empruntent encore un peu au Thrash Metal.

The Treasures Within est doté d'un putain de riffing de derrière les fagots, de compos accrocheuses et agressives et d'un chant hargneux s'intégrant à merveille à l'ensemble.

Toutefois je ne suis pas aussi dithyrambique que toi concernant cet album. Dans cette veine Death / Thrash caractéristique je lui préfère le terrible Choir of Horrors des suisses de Messiah : certainement une histoire de nostalgie également.
Fabien - 27 Octobre 2009: Ah oui, il est inutile de préciser de nouveau combien The Treasures Within compte pour moi. Pourtant parmi les pionners de la scène extrême suédoise, Merciless n'a jamais atterri sur les bons labels au bon moment. Les collaborations avec DSP, Active et No Fashion ont été à chaque fois infructueuses, alors que dans le même laps de temps, Entombed, Dismember, Grave & Unleashed bénéficiaient d'un soutien sans faille d'Earache, Nuclear Blast & Century Media.

Fabien.
LeMoustre - 03 Fevrier 2011: bon, ben, j'ai commandé le cd, considérant les avis de Fabien en général partagés.
Donc, on va voir : je suis toujours en quête de l'équivalent de Serpent Temptation première mouture...
LeMoustre - 15 Janvier 2012: Excellent album. Vraiment. Pour moi, le son est nickel, bien tranchant. La réedition Black Lodge ne m'a pas l'air remastérisée. Meilleur que le Epidemic "Decameron", dans un style comparable, et sans doute le meilleur disque de la formation, car plus structuré que le premier jet, et en conservant une agressivité indéniable un peu perdue ensuite.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire