The Fatal Feast

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Municipal Waste
Nom de l'album The Fatal Feast
Type Album
Date de parution 13 Avril 2012
Labels Nuclear Blast
Style MusicalCrossover
Membres possèdant cet album106

Tracklist

1. Waste in Space (Main Title) 00:57
2. Repossession 02:26
3. New Dead Masters 02:49
4. Unholy Abductor 01:20
5. Idiot Check 02:11
6. Covered in Sick / The Barfer 03:11
7. You're Cut Off 01:14
8. Authority Complex 02:22
9. Standards and Practices 03:02
10. Crushing Chest Wound 02:30
11. The Monster with 21 Faces 01:49
12. Jesus Freaks 02:24
13. The Fatal Feast 03:09
14. 12 Step Program 01:35
15. Death Tax 02:52
16. Residential Disaster 04:00
Bonustrack (Limited Edition)
17. Eviction Party 01:23
Total playing time 39:14

Chronique @ Archiviste

30 Juillet 2013

Un album de plus pour Municipal Waste, bon, mais sans être exceptionnel

Après plusieurs années de bons et loyaux services chez le label anglais Earache Records, les thrasheux fous de Municipal Waste signèrent courant 2011 chez le majestueux label Nuclear Blast Records. Comme à son habitude, l’impressionnante armada marketing du label allemand aura donné naissance à un produit visuellement remarquable pour ne parler que de l’édition Compact Disc, enjolivée d’une superbe pochette signée Justin Osbourn, qui s’était déjà illustré en assurant notamment l’artwork de pochettes pour Aborted, Skeletonwitch ou le groupe de thrash danois Essence, à l’occasion de leur album Lost in Violence. Le concept abordé dans le présent dessin pourrait être celui d’un bon slasher cinématographique, mettant en scène des zombies à bord d’une station spatiale, de bonne augure quant on connaît les démentes sources d’inspiration de ces enfants terribles de Richmond en Virginie.

S’agissant de la musique, ce Fatal Feast reste dans la lignée de ses prédécesseurs, bien que l’on ait remarqué déjà sur « Massive Agressive » en 2009 une petite difficulté à se renouveler, et une tendance pour Municipal Waste à privilégier majoritairement les tempos effrénés, quasi-épileptiques, une marque de fabrique du combo en dignes héritiers du punk-hardcore certes, mais qui ne s’avère pas toujours être la recette la plus percutante. L’opinion de votre serviteur ici, pas exhaustive de vérité, consiste à avancer que les titres les plus percutants du style Municipal Waste sont souvent ceux qui relâchent le tempo pour rendre plus audibles les lignes de basse renversantes et métalliques, ainsi que le son tranchant de la guitare, cet ensemble se révélant finalement plus groovy et entraînant, à l’instar du style de groupes du genre comme Dirty Rotten Imbeciles (D.R.I.) ou Method Of Destruction (M.O.D.).

A force de vouloir redoubler d’énergie et d’enchaîner à vitesse canon les riffs endiablés sans prendre la peine de laisser reposer quelques passages plus groovy, beaucoup de titres de ce nouvel opus finissent par lasser et perdre l’auditeur. Notamment, les titres « Authority Complex », « Standards & Practices », « Crushing Chest Wounds » et « The Monster with 21 faces » forment un cœur d’album poussif et répétitif, qui se traverse sans grand fun, et la même critique peut se cristalliser autour des titres « Unholy Abductor » et « Residential Disaster », à savoir des titres traditionnels de Crossover, pas mauvais, mais convenus.

Cependant, de très bons titres renouent avec le thrash groovant et percutant des albums « Hazardous Mutations » et « The Art of Partying », grâce à un style bien plus Slashing, à l’instar de « Idiot Check », « New dead masters », « 12 Step Program » ou encore le monstrueux « Death Tax ». D’autres titres se démarquent également, avec « Covered in Sick / The Barfer » aux doux accents de « Beer Pressure », l’excellent « Jesus Freaks » avec un développement similaire à « Wolves of Chernobyl », ou encore l’efficace « Repossession », avec toutefois un riff de couplet moins personnel, « emprunté » à Gama Bomb sur « In the Court of General Zod » sur leur album Citizen Brain de 2008.

Une innovation agréable revient à ces deux samples signées Steve Moore, bassiste du groupe Zombi, intelligemment placées sur l’album ; la première, la stressante « Waste in Space » introduit « Repossession », et la seconde, plus angoissante encore, sert parfaitement de tremplin pour « The Fatal Feast ».

Enfin, il convient d’aborder les deux morceaux vedettes de cet album qui ont tous les deux fait l’objet d’un clip, avec donc en premier lieu « The Fatal Feast », honnête single, qui traite d’une sordide histoire de cannibalisme entre les cosmonautes d’une station spatiale, et pour lequel le label et le groupe se sont donnés les moyens pour créer un clip gore déjà culte. C’est également sur les back vocals de ce morceau que Municipal Waste fait appel à un invité de prestige, en la personne de John Connelly, guitariste-chanteur de Nuclear Assault. En second lieu, « You’re Cut Off », véritable brûlot thrash punkifié, est habillé par un amusant clip animé, réalisé par les belges Pierre Mousquet et Jérôme Cauwe de IMOV Studios.

En résumé, The Fatal Feast, loin d’être exceptionnel reste un bon album de Municipal Waste, mais pour les raisons évoquées plus haut, il pourrait s’avérer plus lassant et moins mémorisable que ses prédécesseurs, car il lui manque cet ingrédient, ce petit grain de spontanéité qui avait fait de « Hazardous Mutations » et « The Art of Partying » deux galettes cultes que les amateurs aiment encore aujourd’hui se repasser en boucle dans leurs platines.

14/20.

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
Xkvrt - 24 Août 2013: Excellente chronique qui résume en effet assez bien mon impression du groupe. Je trouve que les deux derniers albums apportent une touche probablement plus pesante et plus puissante, moins tournée vers le punk que vers un thrash metal. Les morceaux se ressemblent certes, mais je sens une volonté de rentrer plus dans une sonorité thrash. Il ne s'agit là que d'un menu détail, et j'attends ton opinion. Merci pour la chronique, elle est pertinente!
Archiviste - 24 Août 2013: C'est vrai qu'en terme de production, ils essaient de faire toujours plus gros à chaque fois. Cependant, je trouve que sur The fatal feast, on s'oriente d'avantage vers le punk crossover que le thrash pur qui était plus présent sur The Art Of Partying. Disons seulement que les riffs thrash sont parcimonieux ici, ce qui ne retire rien au charme de cet album que j'ai certes moins aimé que les précédents...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire