The Conductor’s Departure

Liste des groupes Death Technique Anata The Conductor’s Departure
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Anata
Nom de l'album The Conductor’s Departure
Type Album
Date de parution 12 Juin 2006
Enregistré à Studiomega
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album99

Tracklist

1. Downward Spiral into Madness 05:28
2. Complete Demise 04:29
3. Better Grieved Than Fooled 05:58
4. The Great Juggler 06:01
5. Cold Heart Forged in Hell 05:00
6. I Would Dream of Blood 05:30
7. Disobedience Pays 05:20
8. Children's Laughter 01:44
9. Renunciation 05:44
10. The Conductor's Departure 08:29
Total playing time 53:43

Chronique @ sargeist

26 Octobre 2006
"Jusqu'ou vont ils aller?" Tel a été ma première impression après la première écoute de ce tout nouvel album d'Anata.

En effet, après le déjà très bon "Under a Stone with No Inscription" , ce groupe ne cesse de me surprendre, sortant à chaque fois des disques d'une qualité exemplaire. En prenant son temps, ce qui devient rare dans le milieu du Metal. Mais la récompense est toujours au bout, une petite bombe de Death Ultra Technique, Brutal et Mélodique. Ce groupe est affreusement délaissé à mon avis.

Le groupe a mis le paquet pour ce quatrième disque. J'ai rarement entendu une oeuvre aussi ardue. C'est une forêt de plans, de changements, de breaks, de riffs. Anata va ici très loin, on peut dorénavant parler de Death Progressif dans le sens de l'extrême compléxité des structures. Vivement déconseillé au fan de Six Feet Under de base. On aime ou on aime pas. Il est évident que cette technicité très en avant met à mal la spontanéité, et l'émotion brute. C'est un choix. Moi j'adore.

Alors évidemment, la production est très lisse. Pratiquer ce style de musique avec un son de bouseux serait impardonnable à tout les niveaux. Pas un pet ne dépasse. Les guitares sont un peu plus crunchy que sur les précédents, renforcant le côté scandinave que Anata laissait parfois de côté pour un Death plus floridien. En tout cas, le mélange de ces deux styles si proches et si différents à la fois est incarné à la perfection par Anata.

Le chant est l'élément le moins original du groupe, une voix grave sans trop l'être, rappelant parfois l'influence énorme que Morbid Angel a pu avoir sur ce groupe. Tout comme sur un paquet de groupes d'ailleurs. Référence incontournable... Mais Anata est bien plus qu'un pauvre ersatz. C'est à mon sens un des rares groupes à avoir un style propre, qui ne cesse d'évoluer d'ailleurs, mais pas à pas. La musique est un réel bonheur pour qui sait apprécier tout ces enchevêtrements de rythmes, de mélodies, de riffs puissants. La complexité a décuplé par rapport à l'album précédent, qui était déjà loin d'être un album d'Autopsy. Anata a décidé également d'accorder une place de choix à la basse, qui nous distille quelques plans assez intelligents. La batterie n'est pas en reste, bénéficiant malgré les structures rigides du Death d'un espace d'expression non négligeable. Le rythme dominant étant tout de même le blast beat.

On entend également quelques plans mélodiques que ne renierait pas certains groupes de la nouvelle scène de Goteborg, et qui a toujours été présent chez Anata, surtout sur le génial premier essai. On ne peut s'empecher de penser à At The Gates, groupe au combien pillé en silence. On trouve aussi quelques idées purement Meshuggesques, riffs saccadés sur fond polyrythmique. Mais tout cela est assez rare pour être quand même peu perceptible, noyé dans le flot d'enchainements et dans la tenue générale de l'album tout de même plutôt "Death Américain".

Bref le type même d'album qu'il faut réécouter, creuser encore et encore, afin de pouvoir l'assimiler un tant soi peu. Loin du prédigéré si commun dans ce style extrême. Un vrai plaisir... 53 minutes intenses...

A noter l'artwork superbe et la qualité du travail graphique du livret intérieur dont Anata est assez habitué. Par contre, en parlant futilité, j'ai été assez étonné par les nouvelles coupes de ces messieurs. Si on y prend pas garde, on pourrait penser avoir acheté un disque d'émo-core machin chose. Cela n'enlève en rien à l'excellence de ce groupe, je le répète, trop ignoré et sous estimé. Faute encore au trop plein de groupes pas toujours frais d'ailleurs sur le devant de la scène. Faites donc place nette, Anata est la relève... un groupe que je suis depuis leurs débuts et qui me ravit à chaque réalisation. Un sans faute jusque là...

18/20.

9 Commentaires

11 J'aime

Partager

Taopaipai - 15 Juillet 2009: le plus technique du groupe,avis perso,d'une maitrise deconcertante.... children's laughter est une patte incontestable de leur genie(vous n'en parler pas mais il fait respirer l'album)
kiki2000 - 04 Avril 2010: Beaucoup plus axé sur la rapidité que les précédents et plus technique mais les mélodies sont la à 100% excellent album. Un des groupes les plus mélodieux que je connaisse dans le VRAI death.(surtout les ancien album)
NICOS - 06 Janvier 2011: Exercice périlleux qu'était de succéder à UNDER THE STONE, album incroyable ayant le statut d'un des meilleurs albums de brutal death des années 2000. Et il est vrai, sans etre au niveau de son prédécesseur, que cet album est encore excellent. 4 albums de très haut niveau pour ce groupe, qui avec MAN MUST DIE ( beaucoup de similitudes entre ces deux groupes), est ce qui ce fait de mieux sur le vieux continent - selon moi-
hetone - 26 Juillet 2016: Enorme album. les mélodies des guitares en déphasé + un jeu de batterie proche de la perfection... Comment dire... C'est un chef d'oeuvre tout simplement.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire