The Apotheosis

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Monolith Deathcult
Nom de l'album The Apotheosis
Type Album
Date de parution 07 Décembre 2003
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album40

Tracklist

1. Doomed to Slaughter 03:09
2. Forrest of Flesh 03:53
3. Cathedral of Corpses 04:57
4. The Malleus Maleficarum Manuscript 03:19
5. The Apotheosis 01:31
6. The Deserved Reputation of Cruelty 03:55
7. The Desecration of the Black Stone 06:36
8. Der Kriegmaster 03:54
9. Colosseum Carnage 05:59
Total playing time 37:13

Acheter cet album

The Monolith Deathcult


Chronique @ BEERGRINDER

16 Mai 2008

TMDC avance, renverse et taille dans le vif : du Nile avec une M16 à la place du javelot d'Osiris

En 2002 au pays des moulins à vent, le guitariste Martin Moes et le guitariste / chanteur Michiel Dekker (déjà connu pour ses prestations dans Dead Head) officiant également dans le groupe de Death/Doom Beyond Belief, décide de monter un projet dans une veine plus brutale. Pour se faire ils s’adjoignent les services du bassiste Robin Kok et du batteur Sjoerd Visch, auparavant marteleur en chef chez les Thrash / Deatheux d’Altar jusqu’à leur split après Red Harvest (2001).

Avec tout cela vous vous doutez bien que nous n’avons pas à faire ici à des lapins de six semaines et bien à des musicos chevronnés. Après une démo 4 titres sous le nom Monolith, le quatuor se voit ouvrir les portes de Karmageddon Media chez qui ils prennent le nom de The Monolith Deathcult et mettent en boîte leur premier méfait The Apotheosis (2003).
Le résultat est extrêmement puissant et leur brutal Death ne fait pas dans la dentelle. Une marche militaire en guise d’intro : c’est parfait avant de déclencher l’offensive, les bataves en effet utilise une symbolique très guerrière au niveau des textes (Der Kriegmaster, Cathedral Of corpses). Cependant on est très loin ici de descriptions simplistes de batailles et de morts, les textes sont plutôt intéressants et recherchées. On y trouve d’ailleurs deux morceaux particulièrement corrosifs (Cathedral Of Corpses et The Desecration Of The Black Stone, sous titrés Slayer Of Jihad Part 1 et 2) sur lequel The Monolith Deathcult dénonce violemment et intelligemment le terrorisme islamique, faisant montre d’une paire de c****** conséquente, loin d’un Marduk petit bras, tirant sur l’ambulance avec Jesus Christ Sodomized

Après ces considérations « littéraires » qu’il fallait préciser, revenons à nos moutons et ce qui déboule dans nos oreilles après l’intro, c’est à dire Doomed To Slaughter rappelant dès les premières notes le style du groupe de Death Metal égyptien (ben quoi ?) Nile, on y retrouve un son assez proche de In Their Darkened Shrines, des soli hystériques dans le même veine, et une voix imposante et grave à la Karl Sanders. Cependant nous n’irons pas jusqu’à évoquer le terme « Nile Clone » car la bande au père Michiel évolue dans un registre moins complexe, plus épurée et joue davantage sur l’efficacité des riffs que sur l’alternance ambiances / ultra rapidité comme le font les dieux du Death américains.

En tout cas The Apotheosis sonne compact et intense et à l’écoute de Forest Of Flesh ou The Malleus Maleficarum Manuscript le mot qui vient à l’esprit est : bulldozer, TMDC avance, renverse et taille dans le vif sans jamais s’arrêter, si ce n’est sur la courte instru centrale The Apotheosis. Mais cette feinte de vieux loup garou sert seulement à décupler l’impact de The Deserved Reputation Of Cruelty sur lequel on remarquera de légères touches de clavier, prémices aux sonorités du plus récent et excellent Triumvirate (2008).

Les morceaux un petit cran au dessus sont Doomed To Slaughter imparable au niveau des riffs, Cathedral Of Corpses au refrain catchy et aux breaks titanesques, et Der Kriegmaster qui fait penser à l’intensité et la puissance d’un Panzerchrist (quand je vous parlais de bulldozer !).

Voici au final un premier album déjà massif et puissant de la part de musiciens expérimentés qui connaissent les ficelles et savent composer des parties attrayantes. Bien sûr on sent que Nile a marqué l’esprit des hollandais mais pas tant que certains l’ont dit à l’époque : la musique de The Monolith Deathcult est plus…monolithique et sans fioritures justement, en somme du Nile avec des M16 à la place du javelot d’Osiris si vous préférez…

Je ne peux qu’encourager les amateurs de Death sans concession à acquérir The Apotheosis, loin d’être aussi expérimental que leurs productions suivantes mais direct et efficace, ce qui est vous en conviendrez, est une caractéristique importante du Death Metal.

BG

4 Commentaires

7 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
eulmatt - 17 Mai 2008: Je n'avais jamais exploré le death metal de ces bataves avant ta chronique sur Trivmvirat...qui m'a vachement convaincu entre parenthèses (merci encore pour cette chronique).
Bon du coup je suis un peu refroidi de constater que le côté novateur de TMD n'était pas présent dans ce premier album, en même temps c'est un peu normal.
Bon, tu comptes chroniquer celui entre les deux ?
BEERGRINDER - 17 Mai 2008: Oui, je pense faire The White Crematorium sous peu.
The Apotheosis est quand même largement intéressant et même si il n'est pas aussi novateur que Triumvirate, question intensité ça enterre quand même pas mal d'autres groupes.
guithebutcher - 16 Juillet 2010: je viens de recevoir the apotheosis et je dois vous dire que c'est une claque en pleine gueule, peut-etre pas aussi planant que triumvirate, mais chaque morceaux a un quelque chose de spécial qui les différencient des autres, mes selon moi le meilleur morceaux est cathedral of corpses(slyer of jihad 1 et 2)
MikeSlave - 23 Avril 2014: "du Nile avec une M16 à la place du javelot d'Osiris". Je n'aurais pas dit mieux hé hé hé Une tuerie cet album. Rapide, hystérique. Ces mecs ont une sacrée dent contre la religion des Mahometans. Thanx pour le papier BG.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de The Monolith Deathcult


Autres albums populaires en Death Brutal